Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 juillet 2009

Pécher à la mouche bleue

pensif.jpg

 

Rien, rien ne vient, je ne sais ni quoi dire, ni comment, c'est un grand vide que je ne cherche même pas à remplir, car au final je m'y sens plutôt bien, au milieu, en attendant, encore. Une étape, qui passera ou pas, le début d'autre chose, même pas, va savoir. Le temps s'englue, coute que coute, passe, en d'autres jours, ombres portées, s'effilochent, d'ennuis propices, l'esprit se fige, ignore les pensées, tétanisées, d'ignorances, à un futur dentelé, d'incertitudes. Tant, autant, toujours plus, jamais sans, c'est pesant, vraiment, et pourtant, au final, ça pourrait être pire, également.