Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 mai 2010

Rien de plus qu'une housse à la nuit

l'épine à Philo.jpgCompose-moi, comme Je pense à toi, comme hier, il y avait tes yeux précipices et  tes mains, les effleurements appuyés sur nos caprices, cède-moi, à donner vie à la chimère, aujourd'hui c'est le néant. Sans tarder je t'aimerais, une fois encore, tant, aliène-moi, abondamment. Je t'imagine toi, comme au passé de ces heures mosaïques, à ton dos tourné, dans un trouble silence impénétrable, à la lumière de ton infidélité impitoyable, tu t'en veux comme je te veux, trop fort, cruellement. Évoque-nous, toujours plus déments, insensés, dans le plaisir de nos peaux qui se touchent, et quelques chuchotements audacieux, de la caresse inconsciente, instinctive, qui se colle, se glisse, à l'envie de toi, assidue, là, ici, maintenant. Mon inclinaison, je veux tes lèvres, ton souffle court, entreprend-moi de tes audaces impudiques, comble mes vides de tes désirs vigoureux à en faire rougir nos mémoires, demain.

 

Aujourd'hui c'est l'absence mais je te médite d'une dérisoire perspective.

 

Illustration "sujet épineux" par Philo