Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La boucherie de Papa | Page d'accueil | Habiller le temps »

09 juin 2008

"L’équivoque, l'imprécision, le sous-entendu"


Découvrez Mauss!

 

Ad_Infinitum_by_CrisVector.jpg Me sous-entendre, sur l’onde d’un mirage pour m’emballer, sans l’ombre d’un espoir. Croire que je pourrais me laisser planer, ambiguë, entre les pages d’un secret qui s’illusionne d’un silence. Crois-tu en l’équivoque d’une énigme qui ondule ? Au crépuscule, de ces heures transpercées de part en part, par des minutes, critiques, sur le fil. Inexplicable, dérobée par un confidentiel et mystérieux moment de quiétude, mais chut ! Tu ne saurais avouer le trouble qui t’agite, ce qui fait vibrer ta peau sous le feu de l’anticipation, peux-tu deviner la lame qui s’enflamme sous le flot de ton imagination en goutte à goutte, qui s’écoule, qui se bloque, qui s’y frotte, pique-moi. La mémoire s’amuse sous l’évocation de nos troubles-frissons crevant l’obscurité de ces vies qui s’amplifient aux caprices, de vouloir tout changer, tout aimer, tout briser et recommencer, encore, tant, autant, en oubliant les si, définitifs. Après cela, m’emporter sur allusion, la réticence gorgée d’équivoques avances, subtiles mi-temps, saupoudrées de solitudes, qui sans un bruit passent. Défaillances, dans cet espace, ma petite faiblesse, entre avant et pendant, je te manque au présent, si seulement cela avait pu, hier, il est trop tard, salaud de temps, qu’on ne remonte, qu’en rêve.*

  
Illustration CrisVector

* Ces mots sont le résultat d'un défi lancé par Le caméléon ayant pour thème "L’équivoque, l'imprécision, le sous-entendu" et je l'ai relevé à ma façon, évidemment, bien sur le défi reste ouvert, forcément.

12:52 Publié dans Echos à Vous | Commentaires (19)

Commentaires

Tu aimes bien les défis toi !
Tu devrais te mettre au slam car en jouant des cinq pieds, cela t'en ferait trois de plus pour courir après tes mots ...
Je t'embrasse la Grenouillescargote.

Écrit par : Philo | 09 juin 2008

Texte qui résonne fort !! très fort ! bisous !!!

Écrit par : manue | 09 juin 2008

Après une longue absence, je retrouve ma bougrenette bougonne qui bougrement bouge comme une bougresse...
Ce n'est plus une prose mais une poème résonnante comme Manue a dit, et rapide comme Philo a vu.
Tu ne veux pas manger avec moi un de ces jours ? Je veux faire jaloux les mecs autour de toi :)))
Bizz,
Igor Le Terrible

Écrit par : igor | 09 juin 2008

alors franchement ça dépasse tout
le défi est gagné, je te déclare vainqueur au 1 er round.
sans équivoque possible
bravo

une ola pour notre poétesse svp!

:-)

Écrit par : francouas | 09 juin 2008

Si seulement...

Je suis très touchée ...

Parce qu'à l'aube de l'inconnu qui me tord le ventre. Alors, je suis floue. Devant.
Au loin.
Mais plus ce temps, ce "salaud de temps" avance, et moins j'ai envie de me dire qu'il est trop tard. Alors secouer la lune, faire tomber les étoiles, redescendre du piedestal et ... Et demain ...

Écrit par : Fée d'hiver | 09 juin 2008

"Crois-tu en l’équivoque d’une énigme qui ondule ?"
C'est beau ça comme phrase.

"ces heures transpercées de part en part, par des minutes"
Celle-là aussi.

Et déjà cette conjugaison du sous-entendu : "Me sous-entendre"

Tu vois, je pioche... Je te pique tes mots poétiques pour en faire mes moments de poésie. ;-) (ça adoucit les insomnies, entre autres)

Écrit par : Alex | 09 juin 2008

Ca résonne comme l'écho d'un éclair en quête de fermeture.
Comme la résonance d'un roulement de baguette de batterie,
dans les entrelacs de l'espace temps qui aspire à retrouver
les marques de ses bégaiements antérieurs et à venir.
(...)
Ouhais : c'est ça. Et c'est ça qu'est bien....

Écrit par : Ji-el-Bê | 10 juin 2008

oui Philo, je l'avoue, je résiste difficilement aux défis. Courir après les mots, y a de l'idée ... c'est un fait :-) je t'embrasse Philotendre.

J'aime bien te faire résonner Manue, gros bisous.

Mon Igor, on en reparle et on fait ça, v'ont être verts les z'autres :-) (l'était longue ton absence) je t'embrasse très fort.

Ola ! François ;-) tu as vu ? en plus du défi, je m'offre une surprise, l'est pas belle la vie ? (au passage avis aux amateurs, l'album de Mauss est génial, je trouve, encore un truc découvert chez Mandor, je l'adore :-))

Ma fée douce, de te dire que si il y a une chance de refaire un essai, demain, autrement, il ne faut pas la rater, c'est trop rare, pour toi et ceux qui te sont précieux, écrire un nouveau chapitre sans forcément changer les personnages est un beau et lumineux défi, mais toi seule, tu trouveras les réponses à tes inconnus. Je t'embrasse très très fort.

Alex, je suis ravie de pouvoir adoucir tes nuits, mes mots que je poursuis, qui s'échappent, c'est peut être simplement pour vous qu'ils partent ainsi. Tu pioches et c'est tout à fait le principe, y trouver ne serais ce qu'une virgule qui parle à sa tête ou à son coeur.

Merci Ji-el-Bê, j'aime tes ça comme ça, qui résonnent d'une bien jolie façon.

Écrit par : Bougrenette | 10 juin 2008

Bon,je recommence à étudier le "Bougrenette Illustré et commenté"
La mouette devrait collaborer un peu plus étroitement avec le caméléon.
Je vois un paquet-cadeau
A l'intérieur se trouve la réalité francouasienne
Emballé avec de la sybillique Bourenettique...
Le résultat serait interressant,j'aime tes mots,mais je ne les déchiffre pas dans leur contexte,alors que les textes du caméléon,je les saisis avant d'en avoir lu le dernier mot...

Écrit par : guy | 10 juin 2008

la mouette ... :-) mais pourquoi rit-elle ?
rassure toi (ou pas) Guy j'en connais très peu qui arrivent à déchiffrer, au mieux certains devinent et encore ce n'est pas gagné, mais c'est pas tant être décrypter que de provoquer une réaction, un écho, quelque part. Toi tu me connais autrement, donc forcément.

Écrit par : Bougre de mouette | 10 juin 2008

Bon...
Euh...
Je ne sais pas combien de fois je suis déjà passé par ici depuis ce matin (cela doit faire du bien à tes statistiques)
Donc,je dis:
Bougrenette,ne te fais pas d'illusions sur mon compte
Je ne connais qu'une seule Bougrenette,et c'est toujours la même version (avec quelques Maj)
Je te connais beaucoup moins que tu crois (phrase mal écrite,mal tournée,mais ça bloque dans mon cerveau)
J'ai beaucoup joué au devin moi aussi...
Voila
Ugh
C'est dit

Écrit par : guy | 10 juin 2008

c'est pas possible tu as avalé un timbre de travers ... :-) tu sais parfois il vaut mieux reformater, effacer, ne pas ré installer, plutôt qu'effectuer des maj qui finissent par plomber le système.

Écrit par : la mouette | 10 juin 2008

tu connais le dicton
"temps de rien ...temps de chien "
( rien à voir avec la patate, non?)
donc voilà pourquoi

des poutoux
Luz

Écrit par : luz | 10 juin 2008

Pas trop tard pour moi...
Pour "nous" ça l'est ... maintenant je sais...
alors le coeur serré...

Écrit par : Fée d'hiver | 10 juin 2008

Donc voilà c'est ainsi ;-) et pour la patate, faut voir. Je t'embrasse.

Dommage mais également une belle et grande chance pour toi, du courage et ton coeur vaillant, tes amis et l'envie d'avancer, encore et toujours.

Écrit par : Bougrenette | 11 juin 2008

mauss et miossec ne font qu'un ?

:-#

Écrit par : francouas | 11 juin 2008

hein ? je ne vois pas pourquoi, je ne connais pas Miossec

Écrit par : Bougrenette | 12 juin 2008

Ohlà, je n'avais pas entendu parler de ce défi lancé par le Caméléon, mais en tout cas, le thème me parle, et toi, avec ton texte, tu m'exclames !

"La mémoire s’amuse sous l’évocation de nos troubles-frissons crevant l’obscurité de ces vies qui s’amplifient aux caprices, de vouloir tout changer, tout aimer, tout briser et recommencer, encore, tant, autant, en oubliant les si, définitifs."

Mmmmmm....

Bingo, mon Lilas. En plein coeur.

Écrit par : lancelot | 14 juin 2008

t'exclamer ... quoi de mieux, si à partir des mots jetés il y a de l'écho. j'adore.

Écrit par : Bougrenette | 15 juin 2008

Les commentaires sont fermés.