Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 avril 2011

L’instantané miraculeux se fane d’un non-sens

Celle qui se trompe de voûteJ’ai gravé par erreur une distraction légère sur ma mémoire peau, égratignée, estropiée, elle a l’imprudence de me distraire comme une épreuve déroutante.  Etourdie par cette absence, j’ai peur de l’oubli par omission, la crainte que ne se dissipe la particularité de ce désir est singulière. Sous la coquille fragile se cache l’absurde d’être aimée par défaut, comme on s’échappe dans un malentendu, une bavure au quotidien, le lapsus d’une vie naïve.