Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Avec tout au plus un masque de beauté | Page d'accueil | Agrandir la vie »

11 avril 2011

L’instantané miraculeux se fane d’un non-sens

Celle qui se trompe de voûteJ’ai gravé par erreur une distraction légère sur ma mémoire peau, égratignée, estropiée, elle a l’imprudence de me distraire comme une épreuve déroutante.  Etourdie par cette absence, j’ai peur de l’oubli par omission, la crainte que ne se dissipe la particularité de ce désir est singulière. Sous la coquille fragile se cache l’absurde d’être aimée par défaut, comme on s’échappe dans un malentendu, une bavure au quotidien, le lapsus d’une vie naïve.

Commentaires

Aie!
Aimée par défaut!
Les mots sont implacables.
Une vie de façade?..

Écrit par : psganarel | 11 avril 2011

Ou mascarade, ça fonctionne aussi.

Écrit par : Bougrenette | 12 avril 2011

Non, non, tu n'es pas aimée par défaut !
(tu vas voir comment je vais t'aimer pendant 15 jours, moi ! :p)

Écrit par : Fiso | 13 avril 2011

Et ca va être le bonheur (dommage pour le jambon par contre) ; -)

Écrit par : Bougrenette | 13 avril 2011

"Dans un oeuf noir, je me fais réchauffer
par l'attente du vol habitant en moi." (Nichita Stanescu, poète roumain )

et, bien évidemment, une chanson pour la route : )


http://www.youtube.com/watch?v=oF9Ki9zTt2I

Écrit par : Dana | 14 avril 2011

oui oui c'est très clair !!
;-)
kissous
Am'

Écrit par : amelie | 14 avril 2011

Ils disent de bien belles choses les poètes roumain, Dana merci et pour la musique aussi ! (période particulière et beaucoup de pensées souvenirs s'envolent vers toi en ce moment)

: -) je n'en doute pas une seconde Amélie.

Écrit par : Bougrenette | 14 avril 2011

Aimée par défaut? Comment tomber amoureuse d'une béquille en retour?L'amour n'est pas un boomerang!

Écrit par : Alex C. | 15 avril 2011

Ah bon ? pourtant ce n'est pas improbable Alex

Écrit par : Bougrenette | 15 avril 2011

Les commentaires sont fermés.