Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 juillet 2009

D’une simplicité perle

nuit étoilée.jpg

Née d'une poussière de lune, à sa face cachée, se love, en quelques langues, scriptes du cœur à mes peines caressent.  Dernières heures  à l'orage, avant un nouvel âge. Signe d'eau plonge aux mirages, des passages, brasse mélancolie, en souvenirs. Les années passent, pas de deux, valsent, en parquet ciré, raboteurs et lustres de fête, princesse, dans un regard, nuit étoilée, en frissons, se fige à ma peau écaillée. Tête dans la lucarne se rit à mon bonheur et remercie d'elle à ma vie, encore et toujours. Quelques regrets écoulés, à l'ombre d'un ou deux remords, si j'avais su, aurais je voulu, ainsi, ou autrement, sait on jamais, à la fin des jours qui s'écoulent, s'écrasent, en grains de tempêtes, en charmes obsolètes, et moiteurs qui se grêlent. Un éclat de bonheur, se joue d'un hasard, bout de trottoir, qui croise ses yeux, je le veux improbable.