Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 mai 2010

Toi-même à mon altitude émergeant des nuées.

pensif.jpg

Des mots ici jetés, ceux qui ne veulent pas sortir, les étouffés dans un murmure, ceux qui restent bloqués, muets. Je suis inquiète, je n’habite plus ton silence, une porte s’est fermée, je n’invente plus cette compréhension, inconsciente, de ton absence. J’ai l’imaginaire en déroute, qui tourne en boucle, sur un malaise, si seulement, j’arrivais à te toucher, juste un peu, voir dans tes yeux, à peine, juste de quoi chasser ces regrets amers, d’avoir été sans pouvoir être, c’est d’une étonnante banalité, c’est sans l’ombre d’un doute sous un ciel d’incertitudes, c’est l’heure d’hiver d’une saison en pleurs, l’esprit a mal d’être tellement bancale des sentiments avortés, dans un soupir je m’invente l’I.V.A., l’Interruption Volontaire d’Amour, œil pour œil et sans moi. Aux cœurs errants rien d’impossible et d’un dérisoire naît un néant absolu, des formules en bataille pour changer de sujet.

Dans un autre registre justement et pour parler d’autre chose, faut arrêter de me prendre pour une conne, ça commence à me gonfler, sérieux.