Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le lancer de pudding devient sport olympique | Page d'accueil | On a toujours besoin d'une brouette »

05 avril 2009

Mots misérables au fond d'un temps crépusculaire

aegis.jpgS’il te plait, prends moi dans tes bras, prends moi contre toi. Murmure à ma bouche, à m’en couper le souffle. Je me ferais douce, pour cueillir sur tes lèvres, les mots qui touchent. Même si c’est éphémère, je saurais le faire, même si c'est précaire, je pourrais m'y faire. S’il te plait, Laisse moi découvrir, le grain de ta peau, je me ferais plume, pour y dessiner un désir, griffonner une envie, conjuguer quelques vertiges. Et des erreurs. Serre moi fort, je trouverais ma place, prend moi sur ton cœur, pour effacer mes peurs, annihiler le cauchemar, fabrique nous un rêve, même périssable, pour qu’on m'y enferme, loin de tout, ensongée entre quatre fantasmes, sans portes ni fenêtres, l'illusion pour horizon. S’il nous plait, pour ne jamais en revenir.

Illustration Aegis-Strife's

Commentaires

Bel ouvrage madame gazouille ;) Bisous du dimanche.

Écrit par : Blog_trotter | 05 avril 2009

C'est un joli texte qui ressemble à un SOS vu de mon pas de pote... mais joli et envoûtant.
Bon dimanche

Écrit par : Athenays | 05 avril 2009

BT m'a piqué ma réplique ! ;-)
Bel ouvrage, en effet, un joli vocabulaire finement dentelé, des soupirs et frissons saccadés de virgules... J'aime !
Reviens-nous quand même ! ;-)
Je t'embrasse tendrement

Écrit par : M. | 05 avril 2009

C'est pas moi qui vous ferai des plans
De loup-garou, de grand méchant
S'il faut se battre pour qu'ça vous plaise
Malaise

J'vous aimerai pas dans la sueur
Genre stakhanoviste du bonheur
La voix mielleuse, "alors heureuse" ?
Horreur

Genre australien blond, sable chaud
Surf sur les vagues, sel sur la peau
Grands les sourires, gros biscottos
Zéro

Mais je serai doux
Comme un bisou voyou dans le cou
Attentionné, tiède, à vos genoux
Des caresses et des mots à vos goûts
Dans la flemme absolue, n'importe où
Mais doux

Je serai doux
Comme un matou velours, un cachou
A l'abri lovés dans notre igloo
Couché, debout, sens dessus dessous
Grand manitou de tous vos tabous
Si doux

JJ Goldman

Écrit par : Mitch | 05 avril 2009

Dis, je m'inquiète... Je comprends tout ! ;)
Très beau texte. Je suis touchée et tu sais que ça me plait.

Écrit par : PrincesseOnLine | 05 avril 2009

Moi aussi j'ai tout compris comme Princesse ! :)
Rien de misérable dans tout ça mais une invitation charnelle qu'il serait bien agréable d'accepter.
L'air de rien, il me donne la chair de poule ce texte !
Pas de peur, plutôt de délice ...
Probablement cette histoire de huis clos entre quatre fantasmes ;)
Bien jolies caresses que ces mots ...
Je t'embrasse fort.

Écrit par : Philo | 05 avril 2009

Merci Monsieur BT et bises du soir

Cela pourrait être effectivement Athenays, et merci, j'espère qu'il le fut pour vous aussi.

Si en plus vous vous piquez les répliques Petite M. ;-) et je vais essayer d'en revenir, après tout on ne construit pas sa vie sur un rêve, si ? je t'embrasse fort.

Les paroles de Jean Jacques en écho, merci Mitch.

Je dirais qu'il ne faut pas, t'inquiéter Princesse et je sais et ça me touche aussi et ... enfin tu vois quoi ;-)

Écrit par : Bougrenette | 05 avril 2009

Le titre m'inquiète ... ouhlà, ça n'a pas l'air d'aller ...
Le texte distille une certaine mélancolie, malgré toutes les envies qui s'y expriment
Mais au vu des commentaires, je doute ... je n'ai peut-être rien compris ...
En tout cas, je t'embrasse :)

Écrit par : quine | 05 avril 2009

Faut pas douter :-) et il n'y a finalement rien à comprendre et je t'embrasse aussi

Écrit par : Bougrenette | 06 avril 2009

Misérable ? Non... Humain ? Oui !! Ce sont sur ces accords que l'on puise certaines forces ... Tout comme toi , nous en demandons encore et toujours . Mais si a l'heure actuelle , on trouve de tout sur le marcher pour compenser nos frustrations , celle là, en revanche , est la plus difficile à satisfaire , une denrée rare ; ) . Gros bisous venant de l'Ouest !!!

Écrit par : Manue | 06 avril 2009

Ça ne peut pas faire de mal, demander n'a jamais été qu'une façon comme une autre de ne pas se priver sans raisons ;-) gros bisous ma Bretonne

Écrit par : Bougrenette | 06 avril 2009

Bisous du soir.

Écrit par : BT | 06 avril 2009

:-)))) et voila le matin, merci BT

Écrit par : Bougrenette | 07 avril 2009

Bon, ben là, j'ai tout compris !
C'est beau quand quelqu'un vous dit "serre moi fort", je trouve ;o)
Bises de papillon

Écrit par : VéroPapillon | 07 avril 2009

"Mots misérables"...!? Certainement pas ! S'il y a avait plus des comme ça, y'aurait plus de chauffage dans les coeurs ! D'ailleurs, rien que les lire, ça fait du bien.

Écrit par : Alex | 07 avril 2009

J adore Kate Havnevik, surtout que c est monhommelointain qui me l a fait decouvrir, et sa voix accompagne tellement bien la beaute et la gravite de ton desir d amour que tu livres ici et qui me fait fremir comme une eau sous le vent. Je t embrasse fort.

Écrit par : Dana | 08 avril 2009

Je dois reconnaître que j'aime bien Véro, je te bise fort.

Avec un synonyme alors Alex, mots affamés, ça fonctionne aussi ;-)

Merci Dana, pour Kate Havnevik et le reste. Je t'embrasse.

Écrit par : Bougrenette | 08 avril 2009

tres fort... on a envie de te prendre ds nos bras...
bizous

Écrit par : Ibid Norio | 08 avril 2009

C'est un peu le but Ibid :-), bisous.

Écrit par : Bougrenette | 09 avril 2009

Pourquoi dans nos bras seulement? Pourquoi pas en levrette? ;)

Écrit par : Isolde | 09 avril 2009

Ça doit pouvoir fonctionner aussi Isolde, et j'avoue que tu m'as fait rire

Écrit par : Bougrenette | 09 avril 2009

"loin de tout, ensongée entre quatre fantasmes, sans portes ni fenêtres, l'illusion pour horizon. S’il nous plait, pour ne jamais en revenir."
J'adore tes jeux avec les mots, ma Grenouille....
On en revient toujours, de "l'illusion pour horizon", de l'horilluzion. Hélas...
L'essentiel c'est d'avoir quelqu'un au retour, pour te prendre dans tes bras, même dans le gris froid du quotidien, Ca existe, tu sais.
Si, à ton retour à toi, y a personne pour le câlin consolateur, appelle-moi ! ;-)

Écrit par : Lancelot | 15 avril 2009

Sans faute Chevalier, et puis entre nous c'est pour le meilleur et pour le pire ;-)

Écrit par : Bougrenette | 16 avril 2009

Les commentaires sont fermés.