Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ramasse-mots | Page d'accueil | Stéphane chez Fiso »

28 novembre 2007

Un rien

Il y a des jours et des nuits, au milieu parfois, quelques minutes où cela se mélange pour se dire tout est fini et ainsi va la vie. Ca pince le coeur ou le ventre, enfin ça pince quelque chose qu'on situe pas bien car ça va et vient.

Image hébergée par servimg.com

12:04 Publié dans Instants figés | Commentaires (16)

Commentaires

je demande une tite explication de texte car là je ne vois pas ou tu veux en venir..

cela se mélange pour se dire tout est fini et ainsi va la vie..

help professor petit bougre help

Écrit par : francouas | 28 novembre 2007

franchement tu pousses un peu, quand je te dis que tu n'es pas réactif comme garçon, je tape pas bien loin ;-) trêve de taquineries, je te laisse méditer les rapports jour/nuit/fin/vie et la photo. Ceci dit j'ai jamais eu l'audace de croire qu'on pouvait me comprendre, même moi j'y arrive pas toujours, ça aide :-) bisous

Écrit par : Bougrenette | 28 novembre 2007

je découvre ton blog et pense y revenir de temps à autres... j'aime bien ce pseudo et l'histoire qui s'y attache...

Écrit par : Rouge | 28 novembre 2007

La Bougrenette de Chabrol est une belle histoire. Merci d'être passé et d'avoir laissé une trace. La magie des liens j'ai découvert le tien Rouge ce matin en passant par un "temps-mort" j'ai pas fini ma lecture ...

Écrit par : Bougrenette | 28 novembre 2007

grrr..

francouas..cogito ergo sum remis en cause
pas reactif..pff

;-)

Écrit par : francouas | 28 novembre 2007

Petite décharge d'adrénaline, vasoconstriction, pincement agréable ou douloureux, c'est selon ... mais c'est bien au niveau du cœur (l'organe) que ça se passe ... :-)

Quand à l'origine de la libération d'adrénaline, ma foi, ça, c'est une autre histoire, celle des êtres qui se croisent ... et se décroisent ...

Écrit par : Quidam LAMBDA | 28 novembre 2007

Respire Francouas, tu verras ça va passer :-)

Oui la petite décharge c'est bien ça, mais je dois avoir le coeur mal placé ou mal attaché :-)

Écrit par : Bougrenette | 28 novembre 2007

Scrogneugneugneu
Trés chère Bougrenette
Je prends ici la défense de Francouas,et je trouve qu'il a un peu raison (si,si).La premiere phrase de ton texte est difficile à déchiffrer,il y manque quelque chose ou il y en a de trop.
Quand au rapport jour/nuit/fin/vie
Le jour,la vie?
La nuit,la fin?
La fin de quoi?
La fin de la vie?

Nos nuits agitées,bruyantes et pleines de lumières qui n'éclairent parfois pas,ressemblent parfois à des souhaits de jours.Alors que certaines journées,grises,moroses,vides de vie,peuvent aussi ressembler à des nuits,les nuits calmes et reposantes dont on rève (la nuit).
:-)

Écrit par : guy | 28 novembre 2007

J'expliquerais pas, ronchonner est inutile, c'est comme ça.
(ps : j'avais oublié combien tu était doué dans l'art du ronchonnage tiré par les mots)

Écrit par : Bougrenette | 28 novembre 2007

Mon petit doigt me dit que ton ps. est du genre menteur
:-)

Écrit par : guy | 28 novembre 2007

Si c'est que le petit doigt tout va bien :-)
Mais c'est vrai j'oublie rarement ou alors contre ma volonté propre.

Écrit par : Bougrenette | 28 novembre 2007

Merci pour le lien! c'est un honneur! ;-)

Écrit par : Rouge | 28 novembre 2007

Pour moi un véritable plaisir, deux belles découvertes en quelques heures, j'hésite presque à ouvrir le champagne et la boite à boudoirs.

Écrit par : Bougrenette | 28 novembre 2007

soyons folles! ouvrons les deux! et à la tienne! et un sourire banane avec ça! (c'est comme ça que tu dis me semble-t-il?!)

Écrit par : Rouge | 28 novembre 2007

oui un sourire banane :-) zut j'aurais dut mettre le champagne et les boudoirs sur la note d'excuse.

Écrit par : Bougrenette | 28 novembre 2007

Mourir pour mieux renaître ... Les moments les plus plaisants se trouvent souvent à cette limite où le jour se perd dans la nuit ou au contraire la nuit épouse le jour ... Sentiment particulier que ces limites temporelles dégagent en nous . Couleurs ensorcelantes qui réveillent en nous , le meilleur de soi car plus à même d'interioriser .

Écrit par : Manue | 28 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.