Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« J'aime pas M, Mathieu Chédid | Page d'accueil | Réinvestir »

13 février 2008

Rien

de681963acc22e0e797136267df8d3a7.jpgLes mains battent la mesure de cette servitude ambiguë, d’un clavier à l’écran les mots s’alignent sans suite, bercés par la liberté absolue de couper les liens qui se tissent, renoncer aux attachements extérieurs pour se raccrocher à ses peines intérieures, songes de mini bonheurs, mirages de nuits qui câlinent les jours qui passent dans la douleur. Se recroqueviller, fœtus à l’âge adulte, qu’on aimerait avorter pour tout recommencer. Les genoux dans le cou, le souffle court, les yeux serrés sur l’obscurité de bas fonds aux courants glacés par la souffrance, se crier à l’aide en silence, mais les mains sur ses peurs, rester sourd à ces appels. On s'accouche au matin, avec forceps et sans anesthésie, on se bouscule à vivre, l’âme ratatinée, séchée par la chaleur d’un enfer personnel et gelée d'un froid à couper au couteau.

Commentaires

bonjour bougrenette, ce rien est plein
j'aime bien "la chaleur d'un enfer personnel et gelée d'un froid à couper au couteau.."
bonne journée à toi
et des bisous :)

Écrit par : if6 | 13 février 2008

et moi, là, à l'heure où je te lis, dans l'état où je me trouve, c'est ça que je prends, et que je signe : "renoncer aux attachements extérieurs pour se raccrocher à ses peines intérieures", et aussi "l'âme ratatinée et gelée". Bon, excuses, c'est pa la grande forme non plus, de ce côté-là... Bises

Écrit par : Oh!91 | 13 février 2008

C'est souvent dans le blues des autres que j'arrive à oublier le mien. C'est grâce à ces attachements extérieurs, comme celui du Grenouille ou d'une Lionne ( j'aime les bêêtes ... ) que les choses peuvent prendre bien plus de sens. Je sais que cela fait du bien de le coucher sur ce foutu écran, ce que je ne sais pas faire moi-même, pour se délester un peu du poids de la vie ...
Je t'embrasse.

Écrit par : Philo | 13 février 2008

Vos mots comme des coups de poings dans l'estomac !
Seulement quelquefois je ne sais pas si c'est l'envie de les infliger ou celle de les ressentir qui est la plus pressante.
Et s'ils faisaient ressortir vos angoisses, vos cris non formulés, votre trop plein d'impuissance, d’indignation, de révolte ...vos jouissances silencieuses, alors,
Oui éructez les !
Pour ne garder que l'essence de votre belle âme VIVANTE et tourmentée.
Si les vécus : les vôtres et ceux que vous laissez vous atteindre carbonisent l'âme c'est peut être que vos attachements extérieurs sont si intimes qu'ils charrient jusqu'à vous le sang du partage et celui des souffrances,... Cela fait mal et parfois vous transporte de joie, alors....ENJOY

Écrit par : MarieM | 13 février 2008

rien ... n'est pareil
rien ... n'est comme avant
rien ... est un tout
rien ...ne vaut rien

mais rien ne vaut la vie

poutoux

luz

Écrit par : luz | 13 février 2008

Bon, Valounette, il fait beau ; c'est pas grand chose mais c'est déjà ça.
Sur l’âme ratatinée, séchée par la chaleur d’un enfer personnel et gelée d'un froid à couper au couteau, il faut mettre de la crème hydratante (si si je t'assure, c'est nécessaire !) J'en connais une de crème qui est bien, c'est ton sourire qui, normalement, figure en haut de la page à gauche, parce que vois-tu, ce sourire il répare vraiment toutes les gelures qu'on peut imaginer (et même celles qu'on imagine pas.) Cela dit, j'ignore s'il fonctionne sur toi aussi... Mais tout de même, essaie juste de le regarder dans un miroir et tu verras que, l'air de rien, rien n'égale un tel sourire.

Écrit par : Alex | 13 février 2008

Se recroqueviller, foetus à l'age adulte , qu'on aimerait avorter pour tout recommencer ...
Comme tout ceci me parle bien ... Tes textes sont toujours si riches de sens ... Dans la joie ou la tristesse , tu as pleins de choses pour toi . Ces sourires offerts à chacun de tes passages sur blog sont un réel bonheur ... " Tout ceci " te va si bien ..... Bisous bien amicaux

Écrit par : Manue | 13 février 2008

L'âme est vagabonde. Un instant au sommet d'une colline, un horizon dégagé. un peu plus tard au bas d'un vallon.

D'un canyon de quelques mètres de profondeur, la grande plage voisine ne se voit. Mais quelques pas, un petit effort d'escalade, et la douceur du sable blanc ombré de palmiers est à nouveau accessible.

Le tout est de trouver en soi le chemin qui permet de grimper la falaise du canyon, en prenant garde aux rochers de la paroi mal attachés. Ce n'est pas aisé, mais c'est faisable. :-)

Écrit par : Quidam LAMBDA | 13 février 2008

N'oublie pas l'essentiel, ce que tu as découvert toi- même, la LIBERTE de couper , de rompre, de partir, de te détourner. Aimer avec détachement, les mains libres et vides. Je sais que c'est possible. Je t'embrasse.

Écrit par : Dana | 13 février 2008

he bien c'est le blues ce soir dans les coms, pas tous non,
allez demain ça ira mieux... ce que dit quidam L me paraît bien , trouver le chemin en soi , éloigner la douleur et pourquoi couper les liens qui se tissent, non les entretenir au contraire
trouver du sens à sa vie enfin je dis beaucoup de bétises aussi,

dana , aimer avec détachement oui peut-être , tu veux dire sans attachement excessif, ?
je t'embrasse très très fort B.

Écrit par : if6 | 13 février 2008

On ne vous le dit pas toujours, mais moi je le sais, on pense à vous ...

Écrit par : Bo | 13 février 2008

t'as décidé de planter la saint valentin de tous les amoureux qui passeraient par chez toi c'est ça???!!! pari réussi!!! merci qui???!!! hahahaha!!!

Écrit par : Rouge | 14 février 2008

Tu parles ! ... en ce jour de Saint Machin, après lecture de vos commentaires, je me dis "pour le meilleur et pour le pire" je suis limite de vous demander de m'épouser ;-) en fait vous m'avez touché et face a vos attentions il est difficile de rester insensible. merci.

Écrit par : Bougrenette | 14 février 2008

ah ah ah !
oh !oh!oh!
ih!ih!ih
tu ne manques pas d'humour
moi j'veux bien t'épouser
en amitié
car chuis déjà mariée
& tu vois ce soir i am alone too
mais c'est pas grave
j'ai fait de la confiture d'orange
c'est genial
et puis, et puis
même si j'ai ^pas d'inspiration pour écrire
je-m'en-fous
j'écoute de la music
& i dream
today is the first day of your life (imagine )bisous

Écrit par : if6 | 14 février 2008

Je dirais plutôt : Pour le meilleur. Et pour le pire ? Ne t'en fais pas, chère B. on va fêter la St. Valentin le 1er avril ! ( enfin vous, car on n'a pas cette fête dans notre culture, par contre on a le 1er avril, comme quoi... )
Pas très cohérent, je sais.
Je t'embrasse.

Écrit par : Dana | 14 février 2008

Bon alors, vous l'ouvrez cette porte que je vienne vous dorloter ?

Écrit par : L'infirmière | 15 février 2008

rectificatif mon commentaire est sur rien et non j'aime pas, merci ferbereric

Écrit par : FERBER | 16 février 2008

Tes mots sont si troublants que je ne sais qu'en dire. Trois jours que je les lis et les relis...et rien. Remarque, je suis en accord avec le titre. ;-)
J'aime.
La chanson d'Aaron aussi... Comme un élan d'amour, c'est elle qui m'a pousée à t'écrire aujourd'hui, même si rien.

Écrit par : M. | 16 février 2008

if toi je t'épouse deux fois ;-)
Malgré l'incohérence je note le rendez vous d'avril Dana, moi aussi.
Mme Mon Infirmière, après réflexion avec mon moi profond, la porte reste fermée mais ce n'est pas une raison pour ne pas me dorloter, j'adore ça ;-)
J’ai noté Eric, merci pour le passage, le corps est un mystère, mon mystère et quand on ne peut rien y faire, je laisse couler.
M. je comprends les silences tu sais, Aaron l'une de mes découvertes des derniers jours, j'ai constamment un métro de retard mais toujours autant de plaisir.

Écrit par : bougrenette | 16 février 2008

Les commentaires sont fermés.