Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un monde à la douleur idyllique | Page d'accueil | Elle avait un grain de beauté collé au sourire »

23 septembre 2008

Le clapotis des âmes

veil.jpg Moi l’ange déchu, Lucifer ou quelque soit le nom que l’on me donne, je suis le porteur de lumière, au plus profond de sombres ténèbres, l’étoile du matin qui peut visiter, en songe, le cœur de tendres  amoureuses. A vouloir être au-delà de tout et plus encore, j’ai arraché mes ailes, sans espoirs de retour. Mon cœur ne bat que pour le désespoir de ces amours impossibles, je vis dans les peines et les chagrins, me nourris de profondes tristesses et me saoule de mélancolies en pleurs. Ton amour pourra me faire vivre, un peu, alimenter mon paradis factice mais jamais au creux de tes bras, dans les caresses et les baisers, je ne serais qu’un mirage, une illusion fragile, impossible à toucher, loin de ton regard et de ton cœur, tu m’effaceras de ton temps à vivre, pour ne garder que le souvenir sulfureux, de ton diabolique amant, unique, rêvé et né dans le froid de l’hiver. Je le souhaite tant, à en pleurer des larmes de sang, qui me permettent, cette nuit encore, de t’écrire, une dernière fois. Je te demande de vivre jusqu’au bout de ton souffle, comme si chaque jour était le dernier, crois en mon amour car rien n’est vain et laisse-moi t’abandonner en croyant faire du bien à ton mal, crois en ma souffrance si cela peut t’apaiser, laisse-moi retourner à mon enfer, que finalement je n’ai jamais voulu quitter, si ce n’est pour t’aimer.

Illustration Adro N. Von Crow †

18:20 Publié dans Echos à Vous | Commentaires (22)

Commentaires

Comme si chaque jour était le dernier...
Je me suis toujours demandé s'il valait mieux que les jours soient comme les premiers, avec l'envie, le désir, le "pas encore", le "presque", le frôlement, ou comme le dernier. L'avidité, l'intensité du dernier...
Mais peut-être que cette question est stupide, sûrement d'ailleurs...
Bref... Aimer, encore et toujours.
Pleurer, vivre, hésiter...
Le tournoiement.
Ca virevolte...
Je sens la vitesse...
Mais se poser.
Et puis sentir...
Et le démon, celui des nuits...

Écrit par : Fée d'hiver | 23 septembre 2008

Ouh la la! Entre le clapotis des âmes, la douleur ydillique et A plumes et à bec, doté d'ailes qui lui permettent généralement de voler, j'encre ma cartouche de stylo aussitôt en noir et aussitôt il fuit! Malheureusement il voudrait fuir ton blog, claquer la porte mais l'idiot s'entâche! En vain , en enfer est ce possible de se laisser bercer ou langer par le verbe aimer?

Écrit par : FERBER | 23 septembre 2008

Tu es sûre que c'est Lucifer qui a écrit ça ?
Parce que ces mots, je les attends depuis longtemps, je les espère d'une bouche qui ne saura jamais les prononcer, d'une main qui tremble trop pour les écrire, et toi, là...
T'es trop forte, ma Bougre
(oui, ce soir tu deviens mienne, parce que quand tu parles à mon coeur comme ça...)

Écrit par : M. | 23 septembre 2008

Bigre !!!
Vive les petits dej sur l'herbe.
Les cafés-crême sur canapé.
Les apéros à dos d'chameaux.
Les plats du jour saucisses-lentilles.
Les digestos calva-menthe-à-l'eau.
Les bringuebalent-hô-dis- Hisse-et-hô-mâtelos !!!!
Du type drisse-là-haut : hê-hô-Santi-âaa-inhôoo....
(la suite au prochain numéro ???)
(...)

- "Dis, dis Gérard à Dédé, toi l'accoudé au comptoir du Bar-Tabac-du-coin ; j'la sens de moins en moins ton histoire. C'est qu'j'ai les brebis qui vont vêler et les margouillats qui vont mettre bât. Alors, dans ces cas là..."
- "A toi donc d'la faire; la conclusion"...

Écrit par : Ji-el-Bê | 24 septembre 2008

Moi, à l'ange déchu, j'uis fait cuire des nouilles avec une p'tite bière pour faire glisser le tout. Il aime bien ça.
Après, on se fait un p'tit film à la con, en lâchant tranquillou des caisses dans le canapé.

Pourquoi faire compliqué quand on peut se gratter les couilles peinard ?

Écrit par : Fabien | 24 septembre 2008

Ce texte me remue les tripes et déchire mon coeur
Tu as touché un point faible de ma douceur
quand on ne distingue plus choix et concessions
quand le sacrifice est un moyen de tenir bon

Écrit par : Multi-sourires | 24 septembre 2008

Petite Fée, je pense que jamais aucun question n'est inutile et encore moins stupide. Qu'il faut savoir garder la magie des débuts en envisageant à chaque instant la fin, rester en équilibre.

Fuir mon blog ? :-) en voila une idée Eric, j'en serais très peinée. Quand à la conjugaison du verbe aimer, hum cela doit être l'un des seuls verbes a avoir des accords un peu aléatoires.

M. Lucifer, peut être :-), tout comme je pense que nous avons tous un ange gardien, nous devons aussi avoir par ailleurs un démon, "quelque soit son nom" ou son pseudo. Etre la tienne est un immense plaisir, je t'embrasse fort.

Ji-el-Bê, m'enfin ! Toujours très étonnée et ravie de voir que tu peux ainsi déposé tes mots tout à coté et pourtant si colorés, Bigre !!! que cela doit être bien.

Fabien, l'ange déchu aime les nouilles et la bière et il pète, évidemment, pourquoi non. Faire compliqué permet souvent d'en tirer quelques évidences, comme le soulagement sans prétention d'un grattage de couilles :-)

MS, tu es en accord parfait avec l'émotion liée à l'écriture (quasi instantanée de ce petit texte sans prétention), au cœur même des contradictions que font naître des relations ambiguës flirtant avec les sentiments.

Écrit par : Bougrenette | 24 septembre 2008

" Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir ..."
Ah queue ça me fiche le bourdon tout ça !
Baiser ensoleillé Nénette.

Écrit par : Philo | 24 septembre 2008

Un texte qui me parle beaucoup à moi aussi ...
J'ai toujours autant de soucis avec mon ange qui ne laisse rien passer venant de l'extérieur !! Je vais surement déménager d'içi peu !!! Je le sens venir comme ça , tralala ... Bisous Bel Ange !!!!

Écrit par : manue | 24 septembre 2008

Je ne vois absolument pas pourquoi le bourdon Philo, marrant ça me fait l'effet inverse à moi, mais bon surement une histoire de ficelles :-) Gros bisou mitigé Philobutineur

Ne m'en parle pas Manue, c'est la cata, je ne t'en veux pas bien sur mais ta plateforme, clairement, ça m'a l'air d'être un peu bizarre, ceci dit chez hautetfort, au niveau des notes il y a des trucs louches aussi. Je vote pour le déménagement ! gros bisous choupette

Écrit par : Bougrenette | 24 septembre 2008

l'amour était enfant de boheme s'il est fils de lucifer en plus et bien ...

Écrit par : waid | 24 septembre 2008

encore l'amour
aie! sujet hyper dangereux...

Écrit par : if | 24 septembre 2008

Waid, le feu tu connais, et l'amour peut naître de tout et n'importe qui :-) il y a surement là une alchimie un peu magique ;-)

Dangereux, surement If, mais p'tain quel sujet quand même.

Écrit par : Bougrenette | 25 septembre 2008

"A vouloir être au-delà de tout et plus encore, j’ai arraché mes ailes, sans espoirs de retour. Mon cœur ne bat que pour le désespoir de ces amours impossibles". Et c'est moi qui signe. Pour toi, pour lui ,pour L., pour M., pour S. Sommes nous si nombreux à nous confronter à la douleur des impossibles ?

Écrit par : Oh!91 | 25 septembre 2008

j'aime votre univers et vos titres de note
même si c'est pas toujours trés gai ...

au plaisir
automne

Écrit par : automne | 25 septembre 2008

Bel Oh, visiblement un grand nombre, l'impossible ayant la saveur d'un festin divin.

Automne, merci, pour mon univers, le votre me semble plutôt bien parti, et les titres (si je pouvais je ne ferais que des titres d'ailleurs ;-) )
Au plaisir oui

Écrit par : Bougrenette | 25 septembre 2008

C'est beau....
snif...
Bon, assez pleuré. J'vais aller me déboucher une Kro, moi.
Na

Écrit par : Ibid Norio | 25 septembre 2008

Tu as raison, faut toujours garder un plan B, enfin une Kro, sous le coude, au cas ou ;-)

Écrit par : Bougrenette | 26 septembre 2008

Il y un livre qui est sorti récemment, "L'ange incliné",j'ai oublié le nom de l'auteur, mais le titre m'intrigue, tu le trouveras peut-être sur les rayons.
J'entends un frissonnement. Ca doit être ton âme.
Encore des bisous.

Écrit par : Dana | 27 septembre 2008

"L'ange incliné" hum faut que j'aille voir ça, le titre est tout un poème :-) merci et des re bisous itou

Écrit par : Bougrenette | 27 septembre 2008

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/mari-pierre/l-ange-incline,12098657.aspx

Tu auras une pensée pour moi en le lisant...

Kisses : )

Écrit par : Dana | 27 septembre 2008

"Révélation et retrait : la rencontre déploie sa magie sous le signe d'une séparation annoncée, comme si l'une était indissociable de l'autre et que néanmoins tout fût possible alors même que la conscience d'une finitude atteste du contraire."

On reste dans le sujet visiblement :-) merci, bisous

Écrit par : Bougrenette | 27 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.