Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le coeur s'échauffe et tisse ses tortures | Page d'accueil | On ne rassasie pas une cuillère en la nourrissant d'un chameau »

02 décembre 2008

L'espace d'une histoire extérieure

"Je pense à toi tout doucement, sans bruit, ainsi va la vie …"

prised10.jpg

Silencieusement,
Sur la pointe,
Des sens,
Des pensées, égarées
A peine, imaginées,
Tout juste, Développées.

Délicieusement,
Sur un éveil,
De désirs,
Des caresses, supposées,
A peine, fantasmées,
Tout juste, Déposées.

Délices, silencieux,
Des jeux, amoureux,
Chagrins, étouffés,
Dans l’étreinte
D’une réalité,
A demi,
Mot.

Faux sanglots,
Longs, d’un hiver
Que je traîne.

"Comme je t’aime."



Commentaires

Que c'est beau !
Franchement, ça en jette.
Bravo Bougrenette !
Bises.

Écrit par : PrincesseOnLine | 02 décembre 2008

Mmmm ... je préfère nettement les divagations sensuelles !
L'égarement des pensées, les désirs ... à peine, tout juste, comme tu dis ...
Cela mérite bien une bise de plus ! ;)
P'tain chui un vrai boulet ...

Écrit par : Philo | 02 décembre 2008

Ma grenouille, nous coassons dans la même mare, et la même eau trouble des sentiments brisés, rêvés, inassouvis baigne nos sensibilités ce soir.

Écrit par : Gicerilla | 02 décembre 2008

Traduction:
Entre un potiron ou un postérieur, ta pince de crabe et nos silences sur une péniche flottante, ce sont nos histoires défenesrtées délicieusement et silencieusement serpentines et ragaillardies, sans bruit et sans vie, le verbe aimer vient de se noyer! Passé au garde à vue, sa vue est imprenable, improbable me confie le phantasme, déplorable me chuchotte la réalité, bref la bise de la rumeur sur une péniche c'était quoi au fait? Du passé écoppé qui ravive le présent et moutonne l'avenir! «Comme je t'aime» a le temps de se souiller! De s'echauffer et de tisser ses tortures, quelle belle aventure! Cordial pélerinage et belle fluidité pour ton texte!

Écrit par : FERBER | 02 décembre 2008

Cruel hiver...

http://www.deezer.com/track/974958
(la musiques ne fait pas qu'adoucir les moeurs, elle soigne tous les maux, crois moi)

Je te serre et t'embrasse

Écrit par : M. | 02 décembre 2008

c'est splendide !!!... une esquisse, à peine ...tout ça du bout des doigts
et cet hiver quel inspirateur (?)

des poutoux

luz

Écrit par : luz | 03 décembre 2008

Gentiment

Sur tes joues habituellement enjouées
Je déposerai un petit baiser
Une marque en guise de tendresses
Une infinité de particules caresses

simplement

Suis dans tes pensées
Dans ton bourbier
Ta plume est mélancolique
Mais ton sourire restera authentique

Écrit par : gabin | 03 décembre 2008

Je jette à vos yeux conciliants surtout :-) merci Princesse, et des bises aussi.

Je confirme Philo, la prochaine fois avec ton café je te ferais aussi un dessin :-) avec la bise.

Oui ma Gi, visiblement nous baignons dans la même eaux un peu agitée, comme souvent.

Eric, ta traduction fantaisiste me ravie :-) tu brodes mes mots avec tes couleurs et j'aime beaucoup.

Cruel mais surement lucide aussi :-) merci Petite M. pour ta musique comme une caresse. Je t'embrasse fort (et j'espère que ton blog va revenir bientôt ;-) )

Merci Luz, tu n'es pas loin d'une certaine réalité quand tu écris du bout des doigts et poutoux pour faire mordre la poussière à hiver :-)

Gabin, l'hiver t'inspire aussi, agréablement touchée, merci, te revoilà et un lien en cadeau, j'aime bien :-)

Écrit par : Bougrenette | 03 décembre 2008

Très beau texte, en effet, un peu triste, nostalgique, je sais pas, mais ça va bien avec le temps...
Bises de papillon

Écrit par : VéroPapillon | 03 décembre 2008

Des bises aussi Papillon.

Ma Fée, bientôt te remercier comme j'ai hâte, et tendrement évidemment.

Écrit par : Bougrenette | 04 décembre 2008

Comme c'est bien glissé sur une nappe glacée d'un hiver qui joue les prolongations. Bisous doux de redoux.

Écrit par : Blog-trotter | 04 décembre 2008

tres joli poème !!
pour tout te dire, j'avais été un peu hâtif à la première lecture, et j'avais lu "Silencieusement, sur la pointe des seins..."
Hum....

Écrit par : Ibid Norio | 04 décembre 2008

Sur la pointe des seins ... Ca pourrait le faire oui ! ;)
Je pensais découvrir une mosaïque d'images, mais je pense que ce sera pour plus tard :)
Bonne nuit Nénette,
Bisous.

Écrit par : Philo | 04 décembre 2008

Blog-trotter, tu te joues des saisons et du temps, c'est bien :-) bisous en retour

Hum ... c'est le double effet kiss cool Ibid ;-) merci

J'étais dessus, ce n'est pas rien, c'est du boulot, si si, tu l'as raté de peu, merci et bisous

Écrit par : Bougrenette | 04 décembre 2008

Penser à quelqu'un, ça peut faire énormément de bruit, aussi...

Et les sanglots peuvent être aussi ceux de l'été, la brûlure d'une canicule...

Au fond, quelle est la bonne méthode...?

Se retrouver en automne, fraîcheur des sous-bois, odeur des feuilles, éclater de sourire...

Écrit par : Lancelot | 05 décembre 2008

Ou l'art des compromis :-) sans méthode bien définie, reste l'envie d'y revenir parfois, juste parce que, sans savoir ni pourquoi ni comment. Je t'embrasse beau chevalier de mon cœur.

Écrit par : Bougrenette | 05 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.