Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le choc des vagues contre un temps sur les pointes | Page d'accueil | On ferme les yeux des jours avec douceur »

10 janvier 2009

Ne pas déplacer les fantômes des étagères

coeur.jpg" Je suis plein du silence assourdissant d'aimer. "  Louis Aragon, Le fou d’Elsa. Quand dans l'absence on se fou d'amour. Et l’amour court, à en perdre haleine, dans le blanc d’un hiver, qui se décore d’un cœur givré, du bout du doigt, pour le geste, pour l’espoir, d’y croire. Le cliché est glacé mais l’idée reste, figée à la pensée, de s’amuser du caprice qui s’y glisse. Placebo aux blessures qui grattent un peu, qui s’ignorent, d’un impossible remède, la tête ailleurs pour ne rien en voir. Chercher les images d’où naîtront les mots, les enfiler, sur un fil fragile, seulement rompu, parfois de quelques points, de suspension … pour l’imagination ou ce que l’on ne sait dire sans les mains, sans une peau où écrire quelques caresses, à jouir, d’un silence.

Commentaires

Hummm ... Je suis le premier à occuper l'espace-commentaire sur cette jolie note, sur cette jolie photo. Un privilège trop rare pour ne pas me jeter sur lui...

Dis-moi, le coeur dans la neige, est-ce toi qui l'as dessiné et photographié ensuite ? Le cliché est glacé, peut-être, mais on a envie d'y mordre, dans ce gâteau, ce marron fondant. Et puis, se tenir les mains au-dessus du coeur enneigé, et te frotter les joues de neige, en te chatouillant, jusqu'à te faire crier grâce telleement tu rieras....

Voilà mes points de suspension, et mes caresses à moi, pour Toi.

Écrit par : Lancelot | 10 janvier 2009

"Enfiler les mots, sur un fil fragile...". Que c'est beau ! Il est plein de belles images ton texte et dans tous ces mots glacés que tu emploies, je lis néanmoins de l'espoir... Je t'embrasse.

Écrit par : PrincesseOnLine | 10 janvier 2009

Une grande lucidité au sein de laquelle l'espoir et l'envie ont les meilleures places. Toujours autant d'images, de belles métaphores, et ce rythme qui nous balade...
Le Bougrenette style, j'adore !
Je t'embrasse fort, ma douce.

Écrit par : M. | 10 janvier 2009

Je ne veux plus de points de suspension. Et j'ai pourtant du mal à m'en passer...
C'est difficile de dépoussierer (ça existe ce verbe ???) sans déplacer les fantômes.
Par contre, j'ai plein de remèdes contre les coeurs givrés ; )
Je t'embrasse fort avec des bisous.

Écrit par : Dana | 10 janvier 2009

Ca me va bien tout ça ...
Et surtout, je trouve que ça TE va bien !
C'est bon de te sentir givrée du coeur ...
Bisous Nénette.

Écrit par : Philo | 11 janvier 2009

Te v'la qui te mets à citer Aragon, v'là aut' chose ... et en plus, t'y colles des caresses et du jouir, c'est du prop'

Écrit par : Bo | 11 janvier 2009

Placebo aux blessures ... Si seulement Bougrenette, alors je dessinerais mes milliards de coeurs givrés partout. Mais quand le coeur saigne, aucune glace ne saurait figer le sang chaud qui s'écoule, qui fait fondre le froid en larmes bouillantes sur mes joues !

Écrit par : Gicerilla | 11 janvier 2009

J'adore tes points de suspension, et tes caresses à toi, pour moi, Chevalier merci, plein de bisous.

De l'espoir toujours Princesse :-) sans lui rien n'est tout à fait pareil. Je t'embrasse.

la Bougrenette style, ça me fait rire, merci petite M. et je t'embrasse fort aussi.

Oui il existe Dana, et pour les points de suspension je crois qu'on en aura toujours besoin pour laisser la place à ce que l'on n'arrive pas à dire, ou pour jouer aussi. Tous les remèdes sont bons à prendre, plein de bisous réchauffés.

Contente que cela puisse te plaire Philo merci et gros bisous.

Aragon, est une merveilleuse source d'inspiration, il me pardonnera ce que je lui ai collé j'en suis convaincue, quand au reste malheureusement c'est tout moi.

Quand l'on saigne à ce point ma Gi, effectivement laisser couler est surement l'une des solutions, provisoire, heureusement le cœur a beaucoup de ressources.

Écrit par : Bougrenette | 11 janvier 2009

le cliché est glacé mais parfois (oui quoi ? pas tout le temps... faut pas pousser) les clichés ça fait du bien ... et ça réchauffe

Écrit par : Lsingulière | 11 janvier 2009

...

Écrit par : ... | 11 janvier 2009

Ne m'en parle pas Lsingulière, pas tout le temps mais le plus souvent, ça marche :-)

... que dire si ce n'est ?

Écrit par : Bougrenette | 11 janvier 2009

comme "ce frémir d'aimer qui n'a pas de mots"... j'aime ce silence assourdissant d'aimer, et Aragon qui n'a pas d'égal, sauf toi bien sûr, pour dire l'amour...

Écrit par : Oh!91 | 12 janvier 2009

merci Oh! je suis touché, surtout à coté d'Aragon, rien ne peut lui être comparé, je crois.

Écrit par : Bougrenette | 12 janvier 2009

L'amer n'existe pas :
http://www.deezer.com/track/955846

Elle ne s'invente pas non plus :
http://www.youtube.com/watch?v=LCCi_Dq1Cyc

Mais bon (la nave va, non ?) :
http://www.deezer.com/track/2554486

Écrit par : Ma barque au loin douce à ramer | 13 janvier 2009

Tu me manquais :-) je rame sévère pour les ambiances musicales. Merci !

Écrit par : Bougrenette | 13 janvier 2009

Il est bien que tu puisses continuer d'enfiler des mots sur ce fil fragile , c'est que surement tu regardes dans la bonne direction .Les miens sont visiblement gelés et pourtant ... Des bisous !!!

Écrit par : Manue | 13 janvier 2009

Je regarde partout Manue ;-) ça aide et des bisous aussi !

Écrit par : Bougrenette | 13 janvier 2009

ne pas déplacer les fantômes des étagères
ou alors
tout
doucement
pour ne pas les effray...
mince !

Écrit par : isdid | 23 janvier 2009

suffit d'un rien ;-) bienvenue isdid

Écrit par : Bougrenette | 23 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.