Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Parler au hasard et tisser des fils dorés | Page d'accueil | Un accro dans l’histoire fauve de la girafe »

21 janvier 2009

L’alpenage de Knobst, emballé de fauteuils rouges

Je suis allée au Théâtre hier soir, avec Oh! On est allée voir « L’alpenage de Knobst »  au Théatre 14 invités par Laurent Delpit, (merci Laurent pour ce beau cadeau) une sombre affaire de deal de bouquet de fleurs à remettre à Letti Laubiès, l’une des actrices de la pièce. Oh! m’a gentiment demandé : ca te botte ?, j’ai dit oui, évidemment. J’ai passé un très très bon moment, c’est surprenant, l’histoire est originale et le jeu des acteurs ne laisse pas indifférent. Avant que cela ne commence, Oh! m’a révélé ses talents de tragédien, Britannicus de Racine, bientôt à l’affiche, fouillant sa mémoire, il avait tout, le rythme, la tension qui monte ...

"Ce dessein s'est conduit avec plus de mystère.
A peine l'empereur a vu venir son frère,
Il se lève, il l'embrasse, on se tait, et soudain
César prend le premier une coupe à la main :
"pour achever ce jour sous de meilleurs auspices,
ma main de cette coupe épanche les prémices;
dit-il ; dieux, que j'appelle à cette effusion,
venez favoriser notre réunion."
par les mêmes serments Britannicus se lie ;
la coupe dans ses mains par Narisse est remplie ;
mais ses lèvres à peine en ont touché les bords ...
"

et vlan, il tombe raide mort ! tu vois ? attend je recommence, "Ce dessein s'est conduit avec plus de mystère ..." et il a recommencé plusieurs fois, avec les mains, les yeux, la bouche, tout, une merveille.

En cherchant Britannicus sur le net ce matin j’ai trouvé cette réplique que je trouve très belle (j’ai tant de choses à découvrir encore) :

"Excité d’un désir curieux
Cette nuit je l’ai vue arriver en ces lieux,
Triste, levant au ciel ses yeux mouillés de larmes,
Qui brillaient au travers des flambeaux et des armes,
Belle, sans ornements, dans le simple appareil
D’une beauté qu’on vient d’arracher au sommeil.

De son image en vain j’ai voulu me distraire...
Trop présente à mes yeux, je croyais lui parler,
J’aimais jusqu’à ses pleurs que je faisais couler."

(Acte II, scène 2)

J’avais pris l’appareil photo, bien sur …

Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net hébergement de photos et d'image

Sur le chemin du retour, nous parlions de cigarettes et Oh ! me lance :

- Tu as entendu, ils ont verbalisé une femme qui conduisait au volant ?
- … ? pardon ? une femme qui conduisait au volant ?
- Oui, ils ont mis une prune à une femme qui conduisait au volant !
- Une femme qui conduisait au volant t’es sur ?
- Oui, une femme qui conduisait au volant, pourquoi ?
- …
- °_O
- Oh p’tain faut que je la note celle-ci !

(mais non Oh! ca ne fait pas truffe du tout Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net hébergement de photos et d'image)

Commentaires

truffe, mais prem's aussi... Na !

Écrit par : Oh!91 | 21 janvier 2009

22 h 50 pour toi, je viens d'aller voir, je te gratte de quelque minutes, voir un bon quart d'heure :-) c'est le bonheur !

Écrit par : Bougrenette | 21 janvier 2009

C'est bien connu, la tragédie à haute dose nuit gravement à la compréhenion de la radio ! Une femme qui conduisait au volant ... Hum, ça mérite réflexion.

Écrit par : Gicerilla | 22 janvier 2009

Vous vous régalez des classiques, alors que moi j'en suis aux livres pour young adults. J'ai honte ;) "J'aimais jusqu'à ses pleurs que je faisais couler", ah, ces hommes !

Écrit par : Dana | 22 janvier 2009

Ben oui une femme qui conduisait au volant !
Je l'ai entendu aussi à la radio !! :)
C'est vrai que tu n'es jamais au courant de l'actualité ...

Écrit par : Philo | 22 janvier 2009

hello
j'aime toujours autant tes collages photos, et d'autant plus quand j'y reconnais des amis, et les boutons d'une manche, un sourire ici, un regard là. Bravo! Et bravo pour vous être rendus là où vous n'arriviez pas (?!?) Je suis flemmard, je peux désormais faire un billet largement copié-collé d'Oh! et de toi! avec les liens, l'affiche et vos petites histoires. Moi qui n'ai pas vu la pièce. Bon! va falloir qu'on se rencontre en vrai de vrai. Quand même! Oh! et toi êtes invités à Albi quand vous voulez! Quand je suis là, quand même.

Écrit par : ohlebeaujour | 22 janvier 2009

Réflexion je ne sais pas ma Gi, mais ça a déclenché un beau fou rire.

Il ne faut jamais avoir honte Dana, allons voyons, quand aux hommes :-) soit un ah ! mais ça serait tellement triste sans eux.

Jamais c'est vrai Philo :-) du coup je récupère les infos fatiguée d'une bonne journée, quelque part je préfère.

Salut, Laurent, encore merci, vraiment. Je suis ravie que ces quelques photos puissent te plaire, et j'ai bien l'impression qu'effectivement pour te voir va falloir se bouger, Albi il y a pire et j'aime bien.

Écrit par : Bougrenette | 22 janvier 2009

Ca m'étonne pas, y en a même qui fument en clopant !

Écrit par : macaron | 22 janvier 2009

Reste à me demander de quel genre clope vous parliez !!! Il parait qu'il y en a qui vous mettent la tête à l'envers !! ;) Je t'embrasse !!!

Écrit par : Manue | 22 janvier 2009

Ca me fait penser Macaron à cette blague et à la question : et toi tu fumes après l'amour ? ... warf :-)

Il y avait peut être des tucs illicites dans les chinoiseries que nous avons mangé avant la pièce Manue, va savoir ;-) je t'embrasse aussi

Écrit par : Bougrenette | 23 janvier 2009

je dois aller voir la pièce fin février, je vous raconterai à toi et à Olivier :o) bise de 16h18

Écrit par : ohlebeaujour | 23 janvier 2009

Après lecture de ta note :

Eh bien ! de leur amour tu vois la violence,
Lancelot ! De toi ? Elle s’en balance !
Elle aime mon rival, je ne puis l'ignorer ;
Eux vont au théâtre et je suis désespéré.

(Acte II Scène 8)

Écrit par : Lancelot-Néron | 23 janvier 2009

C'est cela oui :-) Laurent, devant un verre j'espère !

Mon Chevalier, tu m'as fait mourir de rire, je te vois d'ici, sur les planches et je t'aime, tu le sais bien :-) aucune balance là dedans, j'ai hâte de lire la scène 9

Écrit par : Bougrenette | 23 janvier 2009

cette femme était en faite un homme..
j'ai juste entendu la version hombre moi..sinon c'est un scandale..un argument de plus pour descendre dans la rue.
d'ailleurs le 29 janvier, elle va etre puissante la manif..qu'on se le dise

francouas, grippé, aphone,en arrêt mais agitateur comme il le peut
bisous petit bougre

Écrit par : francouas | 23 janvier 2009

Une vraie blogreporteuse !
Heu...c'était au Qatar pour la femme ?
Bises de papillon
ps : tu pourras me dire le truc magique qui aspire les blogs ? (j'ai failli dire "suce" les blogs...mais bon, quand même...;o))

Écrit par : VéroPapillon | 23 janvier 2009

P'tain, faut faire gaffe sur les blogs, tout ce qui est dit est répété (ou presque), mes potes non-blogueurs le regrettent parfois, surtout quand ils disent une grosse connerie et qu'ils voient mon oeil s'allumer lubriquement ;)
Un bisou ma Boug', tu m'as manqué aujourd'hui, maintenant tu sais, le we, c'est téléphone !

Écrit par : Fiso | 26 janvier 2009

Bon, il est tard pour t'envoyer un sms, tu vireras les 2 premiers coms, hein ?
;)
(vais me coucher moi ...)

Écrit par : Fiso | 26 janvier 2009

Ok pour le suceur de blog Véro :-) et des bisous !

A moi aussi, j'ai le cerveau crevé par la crève, les infos s'en échappent sans que je ne puisse rien y faire Fiso (j'imagine assez bien ton oeil lubrique ;-) ) C'est fait j'espère que tu as passé une bonne nuit.

Écrit par : Bougrenette | 26 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.