Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L’alpenage de Knobst, emballé de fauteuils rouges | Page d'accueil | Les cattleyas du poisson-lune »

25 janvier 2009

Un accro dans l’histoire fauve de la girafe

Ghost_Whisper_by_fearawaken.jpg

« Vous le diriez banal, sans doute, mais en me voyant, il souriait, à chaque fois, on aurait pu bâtir une vie sur ça » Miss Pettigrew, lives for a day. L’ordinaire auquel on veut échapper, à tout prix, n’est il pas finalement ce que l’on devrait chercher, quelle est cette course folle vers l’originalité, l’envie de se démarquer, hors limites, si ce n’est celles qu’on imagine, tant bien que mal, dans les échos voilés, écorchés, d’autres, tout aussi perdus. Un songe s’écrase dans la pièce, éclaboussant les murs, d’ombres et de lumières, les rêves brisés, recollés, sèchent, accrochés à un fil, tendu, sous pression, de cycles à composer, en vase clos. Se murer, autiste, à temps partiel, dans quelques heures qui s’étouffent de tout, qui s’assassinent d’envies impossibles, qui se frottent, à des fantômes, farceurs, moqueurs, amnésiques et la vie tourne, frappant, quelques coups, parfois, quelques rituels pour nous, sans remèdes, une pincée de ça, et si, toute proportion gardée, d’hasards, hagards, cherchant le sud, les yeux au ciel, aveuglés d’avoir pleuré, à sec.

 

Illustration fearawaken

Commentaires

J'aime bien cette idée de fantômes farceurs et en même temps autiste à temps partiel.
Bises accrochées à un fil ;)

Écrit par : Blog-trotter | 25 janvier 2009

Prem's encore ! J'ai pas tout compris, mais le songe, faut pas le laisser se fracasser, les murs viennent d'être refaits... Plein de bises à toi.

Écrit par : Oh!91 | 25 janvier 2009

T'as raison, le sud faut le chercher car le temps dure longtemps là-bas et la vie surement plus d'un million d'années et toujours en été... ;-)) Ca vaut le coup, y compris d'avoir pleuré à sec !

Écrit par : PrincesseOnLine | 26 janvier 2009

Revenir à l'essentiel ,le plus souvent possible dans la réalité mais s'offrir de temps à autre sa part de rêve !!! Bon début de semaine " Boubou " ;) Milles bisous

Écrit par : Manue | 26 janvier 2009

Attention au fil Blog trotter, il est fragile ;-) j'aime bien quand tu aimes bien ceci dit. Je t'embrasse de pince à rêves pour la peine!

Et non pas prem's Oh! tu as été grillé sur le fil, une fois encore, tu devrais commencé à savoir qu'il ne faut pas tout comprendre, pour preuve ta dernière note, je te bise à profusion.

Ca fait au moins du bien Princesse et après tout c'est une belle histoire, aussi, dans un beau roman "Ils avaient le ciel à portée de main" ;-)

Le rêve est essentiel Manue, je crois que nous le savons l'une et l'autre, et la semaine démarre, nous allons voir ce qu'elle nous réserve. Je t'embrasse fort.

Écrit par : Bougrenette | 26 janvier 2009

Suis bien d'accord avec toi, Valounette. L'ordinaire, avec des petits extras, mais aussi toute une ribambelle de perles banales. C'est souvent après coup qu'on se rend compte de sa magie scintillante et ça déchire les nuits d'eclats insaisissables comme des fantômes rémanents terriblement beaux.

Écrit par : Alex | 26 janvier 2009

Attention quand même aux rêves, comme dirait mon amis Charles (Baudelaire, oui, je l'ai bien connu ;o) "le rêve tue l'action", rêver oui, mais que ça n'empêche pas de vivre, sinon à la toute fin, on aura que nos yeux pour pleurer, pas de 2ème essai...
Bises de papillon

Écrit par : VéroPapillon | 26 janvier 2009

"En me voyant, il souriait à chaque fois", ce n'est pas du tout banal, au contraire je crois qu'un homme qui nous sourit sert à merveille notre bonheur, qui, au fait, est une construction de chaque jour. Une fois de plus émerveillée par la farandole de tes mots.
Et je crois qu'il faut libérer les cases de notre mémoire remplies de rêves brisés et de songes écrasés pour faire de la place à ceux qui attendent de naître.
Plein de bisous : )

Écrit par : Dana | 27 janvier 2009

Un autiste à temps plein devrait-il pleinement rechercher à se démarquer de la marque ? La marque, oui, mais en Tanzanie !

Écrit par : Ibid Norio | 27 janvier 2009

S'arrêter, regarder, un instant se poser, apprécier..... Puis se sentir tiré.... et se remettre à rêver.... se relever..... avancer... trébucher, s'affaler, regretter, penser,cogiter, triturer, retourner.....s'isoler.....se réveiller, apprécier, s'émerveiller....encore se relever........ Tic tac!

Écrit par : Mitch | 27 janvier 2009

Alex, contente de te voir, je me dis qu'on ne sait plus vraiment profiter des petites choses que l'on pense banales, à tord ou à raison d'ailleurs, en se laissant peut être un peu trop influencer par l'extérieur, le goût des autres.

Véro :-) et si il n'y avait pas de fin ? si certaines choses n'en finissaient pas de mourir pour justement nous aider à vivre ! je t'embrasse, bloup bloup

Cette image du sourire à chaque fois, m'a beaucoup marqué, quelques semaines qu'elle tourne dans ma tête Dana, mais peut on remplacer des rêves par d'autres rêves, cela ne devient il pas trop compliqué, faussé, je ne sais pas. Et de tendres bisous, ma lointaine rêveuse :_)

Ibid, là pour le coup, c'est moi qui ne capte rien ;-)

En espérant, Mitch, qu'on puisse toujours se relever, ou mieux encore qu'on arrête de tomber. Je t'embrasse.

Écrit par : Bougrenette | 27 janvier 2009

Tout le monde court à la recherche des extra-ordinaires et chacun finit par passer à côté des ordinaires.
Pourtant l'ordinaire est la vie, l'extra-ordinaire la frustration

Écrit par : Alessia | 27 janvier 2009

Je n'aime pas vos pensées crocodiles. Je cherche en vain quelques mots positifs auxquels me raccrocher en passant ! Mais je glisse, je dérape, rien, je m'enfonce...

Écrit par : Gicerilla | 28 janvier 2009

Alessia, bienvenue :-) merci pour tes mots et pour votre blog qui m'a conquise.

Ma Gi, vous commencez à me connaitre ;-) faut me pardonner mais ne glissez pas avec moi surtout.

Écrit par : Bougrenette | 28 janvier 2009

"Les yeux au ciel, aveuglés d’avoir pleuré, à sec".

Hum. Souvenir.

Lointain, déjà. Tant mieux.

Je préfère de très loin rire aux larmes...

Écrit par : Lancelot | 01 février 2009

Tu as raison plus c'est loin, mieux c'est.

Écrit par : Bougrenette | 01 février 2009

Les commentaires sont fermés.