Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« En camaïeu gris-azuré | Page d'accueil | Saké chauffé, baguettes animées »

01 juillet 2009

Pécher à la mouche bleue

pensif.jpg

 

Rien, rien ne vient, je ne sais ni quoi dire, ni comment, c'est un grand vide que je ne cherche même pas à remplir, car au final je m'y sens plutôt bien, au milieu, en attendant, encore. Une étape, qui passera ou pas, le début d'autre chose, même pas, va savoir. Le temps s'englue, coute que coute, passe, en d'autres jours, ombres portées, s'effilochent, d'ennuis propices, l'esprit se fige, ignore les pensées, tétanisées, d'ignorances, à un futur dentelé, d'incertitudes. Tant, autant, toujours plus, jamais sans, c'est pesant, vraiment, et pourtant, au final, ça pourrait être pire, également.

Commentaires

Envoi d'un signal radio dans le "grand vide" :
"Allo allo Boubou ? La Terre appelle la Lune ! On te reçoit 5 sur 5, et toi, nous reçois-tu ? On t'aime. Stop. On t'aime. A toi, terminé"

"C'est pesant mais ça pourrait être pire". Ca pourrait même être Rire. Rire à en perdre haleine, à en oublier ce cour hypertrophié.

Un peu idiot de te répéter toujours pareil, mais je veux que tu saches que je suis là si besoin... de câlins, de ma main, de ta main demain dans ma main, comme cette fameuse fois-là, devant la gare de Montpellier.

Ton Chevalier à la bague.

Écrit par : Lancelot | 01 juillet 2009

Ca y est, je crois que la transmutation a fonctionné : tu viens chez moi, tu comprends rien ; je viens chez toi, je comprends tout ! On dirait en plus que t'as choppé mon spleeno-virus et ça, c'est pas bien ;)
La nature ayant horreur du vide, t'inquiète il va se remplir. Quant au futur dentelé, il vaut mieux ça qu'édenté !
Je t'embrasse toujours plus et jamais sans sincérité.

Écrit par : P_o_L | 01 juillet 2009

Les "entre-deux", les "no woman's land" finalement c'est reposant non ?! Ni en haut, ni en bas, un sas de décompression, un caisson hyperbare... ??
Bises de papillon

Écrit par : VéroPapillon | 01 juillet 2009

On peut décider de niveler par le bas, oui, il y a toujours pire. C'est facile de se contenter comme cela. Et puis on peut décider de niveler par le haut, car on peut tendre vers le meilleur. Juste tendre, parce qu'on le vaut bien. Et tendre vers, c'est déjà y croire et accoucher la vie, avec forceps ou pas, mais l'aider. Tendre vers, c'est déjà y croire et je crois au verbe créateur, à la pensée créatrice. Alors ce soir, envie de vous dire "tendez vers..."

Écrit par : Gicerilla | 01 juillet 2009

"Quand rien ne vient, qu'en l'envie n'est point
il faut dormir pour se réveiller plein d'entrain"
c'est de ma grand'mère mais j'ai pu constater dans le temps
que "envie de rien" était synonyme de "manque de sommeil - urgent"

Écrit par : Multi-sourires | 02 juillet 2009

Mouais ... T'as bonne mine tiens ! ;)
Pour le reste, les pauses, il ne faut surtout pas dire que l'on s'arrête, ou que l'on reprend. Il faut laisser faire les choses et l'envie ...
Là je te la joue soft ! ;)
Et puis je pique la formule à Lancelot puisqu'elle me plait bien ...
Gros bisous " Boubou " et une méga dose de tendresse aussi !

Écrit par : Philo | 02 juillet 2009

Je rêve d'une machine qui pourrait me téléporter, et d'un budget voyages illimité, Chevalier, et puis tu peux répéter encore et encore, ça ne me fait pas de mal, au contraire :-) je t'embrasse très fort, pour le meilleur et pour le pire ;-)

Ma P.o.L. merci, nos incompréhensions finalement c'est surement un signe du ciel ;-) une sorte d'échange tout particulier, et c'est précieux, à te voir vite. Je t'embrasse.

Tout ça oui Véro, ce n'est pas un mal, une constatation à ce jour sans solution. Je te bise très très fort.

Gi, ce soir et vos attentions toujours bienvenues, et la tendresse jamais absente aux évidences, tant mieux, tant et tant, à très vite.

Il y a de ça aussi M.S. mais faut reconnaitre que la chaleur des derniers jours n'aide pas à trouver le sommeil réparateur :-) .

Boubou, c'est tout particulier et j'y attache une grande importance :-)alors merci, à Lancelot et à toi Philo. (merci pour les chocolats aussi :-) terribles) tu as bonne mine aussi et mollo sur le soft quand même ça peut faire des ravages. Gros bisous Philou

Écrit par : Bougrenette | 02 juillet 2009

Si tu sais pas quoi dire, tu peux toujours continuer à nous publier des photos de fessier masculins et de mains sensuelles ... perso, ça apporte un vent de fraîcheur sur ma peau moite ;)
(et sinon, j'pense comme VéroPapillon, en d'autres mots, laisse pisser, la non-productivité, ça a du bon)

Écrit par : Fiso | 02 juillet 2009

va pour le vent de fraicheur, je vais en faire part au modèle :-) et t'inquiète pour le reste ça coule tout seul !

Écrit par : Bougrenette | 03 juillet 2009

Pour le vent de fraicheur je veux bien me proposer faut juste voir les conditions c'est le manager qui décide...

Écrit par : zx | 03 juillet 2009

bah voyons :-)

Écrit par : Bougrenette | 03 juillet 2009

un goût de vacances, ne rien faire
ce pourrait être pire en effet (n'avoir que des tas de trucs à faire..;)
et tu as des amis super,ce que dit Lancelot est adorable,
je pourrais glisser un peu de mes mots dans les siens,et te dire on est là,petite assemblée de fidèles, graines de résistance contre la conformité et le mal-être ambiant,
on vient que tu écrives 1 mot ou 100,
je te fais de gros bisous :)

Écrit par : if6 | 03 juillet 2009

Bah ! qui peut dire que le futur n'est pas dentelé d'incertitudes ? J'aime bien tes tags...

Écrit par : Oh!91 | 05 juillet 2009

Après un dimanche en douceurs, je confirme j'ai des amis vraiment superbes :-) et je te remercie If d'être là fidèle encore, je t'embrasse très fort.

merci Chouchou, ils me prennent un temps fou :-) et effectivement où sont aujourd'hui les certitudes ... certainement perdues.

Écrit par : Bougrenette | 06 juillet 2009

Pècher la mouche et de trois komba wa!la grenouille croasse son desarroi avec la cigale?

Écrit par : FERBER | 08 juillet 2009

Et c'est ainsi, qu'entre couleur et mouche, qu'entre fil et pêche, certain, certaine, vagabondent, âmes libres dans les limbes infini de l'être ... Entre deux lueurs qui s'esquissent, sur un horizon sans fin. Bientôt ici, ou là ... ;-))

Écrit par : Quidam LAMBDA | 11 juillet 2009

Les commentaires sont fermés.