Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« En ôtant sa robe d’osier | Page d'accueil | Le monde se mettra d'aplomb »

20 avril 2009

Tes yeux et moi dedans, différente.

pensif.jpgPas de chagrin, juste un rien, un si peu, heurtant le sentiment, brutalement. Rejouer quelques accords, souffler sur une nuit, trop vite finie, qui s'est étouffée sur l'absence, inévitablement. Inventer les jours, à ta bouche, à ta peau, à ton spleen, mémoire vive, violente, en fuite. Je t'en veux, presque, pas encore, sûrement jamais, pourtant tu me manques, depuis longtemps, trop souvent, pas évident. Écrire en passant, aimer asphyxiée, réprimée, sans trop savoir quoi en faire, de coté, sans en avoir l'air, dans ma tête, sans rien en dire, sous silence, sans même le réaliser, comme une litanie, pour y croire, pour de vrai, tout simplement, véritablement, sincère, toujours. Désirer, désirable, séduction attirante, envoûtante, tissée d'illusions, d'égarements, pensées qui jouissent rien qu'à l'idée, frissonnent à l'imagination, débordante, d'envies, agressives, câlines, puériles, inutiles, tellement superflues, dans la dépendance de ce manque, du vide, et le néant tout autour.

Commentaires

Les choses que l'on tait sont souvent (toujours ?) les plus importantes.
Cette désirable séduction, ces frissons d'imagination et ces illusions si réelles sont enviables même si parfois (toujours ?), elles font mal. On est riche et vivant.
Je t'embrasse.

Écrit par : P.o.L | 20 avril 2009

Ton coté optimiste, P.o.L surprenant :-) je t'embrasse

Écrit par : Bougrenette | 21 avril 2009

Tes yeux et moi dedans c’est toute cette différence où ci gît ta farandole contre l’humeur de mes pattes et la crevette qui nous gourmande. Ton tablier de bonne cuisine stigmate en moi un odorat avec son fumet de questionnement du bouillon Magic, c’est si peu dire ! Le hasard et l’imprévu quelle philosophie insécurisée de nos temps pour oser la mettre dans sa marmite ! Cordialement

Écrit par : FERBER | 22 avril 2009

Tu savais pas encore que j'étais surprenante ? Pfff... J'te jure ! ;)

Écrit par : P.o.L | 22 avril 2009

Un texte sentimental mais enlevé et frais comme le printemps. @ +++

Écrit par : Pierre-Jean | 22 avril 2009

"aimer" et "asphyxier" c'est antinomique...
Respire, ma Boubou, respire...
Entre deux bises de Chevalier

Écrit par : Lancelot | 22 avril 2009

Que dire ? Quels encouragements donner ? Quelle perspective ensoleillée dessiner ? Les mots sont si peu de chose, mais ils peuvent devenir offensifs si on les utilise mal à propos. Des baisers...

Écrit par : Gicerilla | 22 avril 2009

Une belle différence oui Eric et je ne crois pas qu'il y ai une sécurité à la philosophie ;-) Bises

Si, tu es pleine de surprises Princesse :-) mais va falloir vérifier encore et encore !

Un plaisir que de pouvoir te saluer Pierre-Jean, le sentimental est encore au goût du jour et heureusement :-)

Antinoquoi ? t'inquiète je fais que ça et je t'embrasse fort

Écrit par : Bougrenette | 22 avril 2009

Plein, en attendant de pouvoir vous remercier comme il se doit un beau jour de mai, j'ai hâte et je vous embrasse fort Gi

Écrit par : Bougrenette | 22 avril 2009

Lorsque l'on dispose d'une telle sensibilité, d'un tel souffle on devrait avoir mieux à faire, non? ;)

Tendresses.

Écrit par : BT | 23 avril 2009

Oui !:-) c'est bien comme ça que je vois les choses aussi et je t'embrasse, merci.

Écrit par : Bougrenette | 23 avril 2009

J'ai lu et relu. Mais pas trouvé ces mots qui ne soient pas pâles, incapables.
Je préfère t'offrir une chanson et des bisous.
http://www.youtube.com/watch?v=XTa_RQC8ZxA

Écrit par : Dana | 23 avril 2009

Dans la boite la chanson et je garde les bisous pour le plaisir, merci Dana

Écrit par : Bougrenette | 23 avril 2009

Un vide, c'est comme un rien, il faut le combler
mon congélateur est pleins sans oublier ma cheminée
histoire de programmer une date pour dîner
avec de la chaleur, de la lumière et de l'amitié ;-)

Écrit par : Multi-sourires | 25 avril 2009

Malgré ce vide, cette absence dont tu parles, on te sens vivante dans tes émotions, tes désirs même si tu les juges "superflus", pas sûr que ça le soit...!! En tous les cas, garde bien tout ça, au cas où ça puisse resservir, et ça resservira sûrement (même si je suis pas devin, la vie est tellement pleine de surprises !)
Bises de papillon

Écrit par : VéoPapillon | 25 avril 2009

Et bien moi , quand je lis tout cela , je ne peux t'envoyer qu'une bonne dose de tendresse . Tu as tout en toi pour redonner de l'éclat à ton soleil !! Les beaux jours arrivent ... Affiche vite ton joli sourire sur ce blog , il me manque !!! Bisous jolinette !!

Écrit par : Manue | 25 avril 2009

MS je n'ai aucun doute là dessus je suis sur que tu es totalement apte à combler un vide :-)

J'ose te suivre Véro et y croire aussi aux surprises et je te confirme je suis plus que vivante :-) merci à toi et je t'embrasse fort

Oui je sais Manue, là je rame un peu, je dois reconnaitre que je ne trouve rien qui ne m'amuse à partager, il y a des trucs qui m'agacent par contre :-) mais je peux t'assurer que j'en souris, en grand. Gros bisous

Écrit par : Bougrenette | 25 avril 2009

Les commentaires sont fermés.