Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Peinture à plumes | Page d'accueil | L'humeur n'ose aller toute nue »

29 juillet 2009

Bouche cousue génétiquement rare

Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net hébergement de photos et d'image"Non ce n'était pas une bonne nouvelle, j'avance encore en aveugle, sans informations, je crois que j'aurais préféré une échéance, même définitive, cette ignorance commence à m'épuiser, et même si je résiste encore, j'ai peur de craquer un jour, de ne plus supporter les accumulations, aux douleurs sans remèdes vont s'ajouter maintenant les privations, les examens, les hôpitaux, cette maladie ne me tue pas mais elle me pourrie la vie, je ne sais pas ce qui est le mieux. Ce ne sont pas mes 40 ans qui me font peur, ce sont les années à venir." Ca fait des heures et un jour que je rumine, en pensées que je n'ai pas envie de dire, mais à vomir ce que je ne peux retenir et les années au passé déchiré, et ce futur morcelé, d'impuissances. Epuisée oui et tellement fatiguée, de plus en plus, à résister, à battre les silences de mes frayeurs, à des heures que j'impose de toutes mes forces, de tout mon coeur, sans rien en dire ou à peine, depuis peu, pour créer une certaine réalité que je pourrais briser. Et au milieu de tout je les aime, ceux qui me font dire oui, à ça te dit, ceux que je retrouve au milieu des jours, qui posent sur mon calendrier des avenirs que je dois, qu'il me faut attendre, encore.

Commentaires

Laisse-les s'exprimer, tes pensées crocodile, couche-les là, sur le papier, sur les écrans, tu n'as aucune raison de faire comme si, les sans quoi sont stériles, cette force que tu te prouves à toi-même, garde-la près de toi comme un cailloux auquel t'accrocher, comme un trophée à brandir, mais ne la laisse pas te dévorer, tu n'as pas besoin d'être rongée davantage. "Futur morcelé", mais tangible quand même, avec des sourires généreux et reconnaissants.
Je t'en envoie un, tiens, juste là, par les ondes, par les câbles, en temps réel. Qui te dit un dérisoire "courage !"

Écrit par : Oh!91 | 30 juillet 2009

Oh la, la jeunesse des quarante ans s’assombrit ! C’est déjà bien que tu feuillettes calendrier et horoscope, ce sont les dépositaires du vieillissement ! bonne cure et suite de jeunesse, mademoiselle ! évites de passer rue Madame, c’est du macadam vieillissant ! cordialement

Écrit par : FERBER | 30 juillet 2009

La maladie... je la connais, je l'ai haïe
aujourd'hui je m'en suis faite une amie
je l'accepte, lui parle et c'est ainsi
que j'ai pu retrouver quelques sourires ;-)

Écrit par : Multi-sourires | 30 juillet 2009

Ah, la Boug' ça vaut le coup. Il faut fermer la gueule à vos peurs en croyant fort que demain sera meilleur. Seules votre énergie et vos envies vous aideront à dépasser (à terrasser ?) ce sale moment. Restez en resistance. Et puis, moi, j'aime quand vous dites votre fragilité, vous dites votre épuisement, car alors vous me donnez la possibilité de vous soutenir de mes mots, de mes bras s'il le faut. Des bises, la Boug'

Écrit par : Gicerilla | 30 juillet 2009

Merci :-) un mauvais moment à passer, après d'autres, je me connais ça le fera, et l'une des bonnes raisons, motivations, c'est vous, car sans cela serait bien différent, bien plus difficile encore. J'ai longtemps hésité à en parler ici, la maladie n'y avait pas sa place, enfin pas explicitement, j'ignore encore si j'ai bien fait mais sur le moment ça me semblait la seule chose à faire, je me suis sentie un peu plus légère, mais je sais également que cela ne sera pas un sujet récurent ;-)
Je vous embrasse fort.

Écrit par : Bougrenette | 31 juillet 2009

On voudrait pouvoir faire quelque chose ... mais on ne peut pas.
Alors juste t'envoyer des tonnes de bisous.

Écrit par : Quine | 31 juillet 2009

La solution c'est la "positive attitude" il fait toujours beau
Gros bisous jolie fleur

Écrit par : XXX | 31 juillet 2009

Que je reçois avec un réel plaisir merci Quine.

Le problème fleur étant réglé par ailleurs, j'ai bien reçu le message XXX, je t'embrasse sur la fesse droite.

Écrit par : Bougrenette | 31 juillet 2009

Évidemment que "ça le fera" ! T'es pas du genre à baisser les bras et la garce, tu l'auras ou au pire tu l'apprivoiseras. Ca ne fait aucun doute pour moi ! Cela dit, parle, dit, plains-toi, ça fait du bien parfois et pas seulement à soi... à ceux qui nous entourent aussi. Une manière de se sentir moins exclus, une occasion de montrer qu'ils tiennent à toi. Je t'embrasse.

Écrit par : P_o_L | 31 juillet 2009

J'oublie ce détail un peu facilement je le reconnais :-) hâte de te voir, et j'espère que tu profites de tes vacances et que tu as une foultitude de choses à raconter ;-) je t'embrasse

Écrit par : Bougrenette | 01 août 2009

Oui, je ne peux que me rajouter au choeur des autres pour te dire : parle, et ne garde rien, aucune miette en toi des souffrances et frayeurs. Ecluse, évacue. Ecris, aussi. Fais de tout ça des textes, des phrases. Du bon, du beau.
Je te serre, ma mouette.

Écrit par : Lancelot | 05 août 2009

Merci mon Chevalier mais tu sais rien n'est jamais simple, pour moi cela serait donner bien trop d'importance à quelque chose qui ne le mérite pas. Je t'embrasse fort.

Écrit par : Bougrenette | 06 août 2009

Les commentaires sont fermés.