Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« J1 : 06 novembre 2009, 16:00. Articulé à la perception. | Page d'accueil | L'orchestration des captifs »

12 novembre 2009

Cosmos et la somnolance Pétrifiée

manja_lee.jpgLa texture des mots, « Inassouvie, la vie, puisqu'il nous manque toujours quelqu'un ou quelque chose. Inassouvie, nous survivons; Inconsolables, nous demeurons, nous les humains, les inassouvis. » Fatou Diome. Coups de cœur, dans la peau d'un homme, parfum de lune, air du temps. Laisser une trace, plus que jamais, sur les pistes d'un rêve, on oublie le souffle, le secret d'un regard, mon premier amour. Magicien des sens, vous êtes Unique, l'irrésistible, rire, tous ses éclats, pour ne pas pleurer. Plein la tête, il était une fois, à l'auriculaire droit, une chevalière où est incrustée le titre de la tragédie de corneille. Je t'aime du bout des doigts, de sable et d'eau, de la fusion à la désillusion, ensemble au grés des courants. RARE est trop singulier pour se mettre au pluriel mais le pouvoir de séduction de ce mot « solitaire » est si fort ... Elle peut s'en inspirer. « Il me dit : tu es là. Il me prit la main mais il se tourmenta encore. » Le Petit Prince de Saint Exupéry. La pale lumière givrante a repeint la forêt en camaïeu gris-argenté pour le tisseur de rêves en soie primitive, qui s'active, doux et généreux.

 

Illustration Minjae Lee

Commentaires

Quand j'analyse mon existence je me déclare insatisfaite
Parce que j'ai mais il y a toujours dans ma petite tête
des envies opposées, des désirs et parfois des questions
Ca veut dire que je vis ! et sans désillusions ;-)

Écrit par : Multi-sourires | 13 novembre 2009

Je ne crois pas souffrir de ce manque ou de ce vide.
Je crois que j'apprends petit à petit à accepter le fait qu'on ne contrôle pas grand-chose mais que ça n'empêche pas de profiter et de ressentir, au contraire.
Et puis, j'attends aussi, avec une certaine impatience c'est vrai, le jour de la grande découverte

Écrit par : Julie | 13 novembre 2009

Vivre n'est il pas le plus important finalement M.S. qu'importe les désillusions si l'on peut se sentir vivant.

La grande découverte Julie ? on apprend encore et encore, je pense, face justement à ce que l'on ne contrôle pas.

Écrit par : Bougrenette | 13 novembre 2009

Tout à fait d'accord. Néanmoins, je crois au jour de la grande découverte. Apres c'est histoire de croyance, etc. :-)

Écrit par : Julie | 13 novembre 2009

Actuellement (mes convictions changent souvent),je me dis que le jour ou je serais totalement satisfait de la vie,cela serait une sorte de mort,une fin définitive débouchant sur le néant.Mais, comme écrit dans ton texte,nous n'en avons jamais assez,et,peut-être est ce cela,un début d'indice de l'existence ce que l'on appelle l'éternité...

Écrit par : Le conteur | 13 novembre 2009

Vivre, gouter et laisser les instants de pâle saveur pour ne garder que le délicat et le doux dont elle n'est jamais avare, la vie ... ;-)

Écrit par : Quidam LAMBDA | 15 novembre 2009

Être une plante sauvage de la lande. L'inaccompli a un goût de sable et parfois de neige. Applaudissez ce cœur, s'il vous plait, il s'étire d'avantage d'un océan à un autre. Il a vu l'amour lorsque les chansons d'Oum Kalthoum ont givré une larme sur une lettre non achevée. Et puis, vous lire. Voyager jusqu'à vous. Des puits. Un espace incertain. Cavités où je traque les mots. Fuck, les rues ressemblent à Noël déjà. Ne ferme pas ta taverne, je serai ton unique client. Ce soir. On emmerde dimanche. Je comprends beaucoup de choses tu-sais. La mort, elle m'a visité il y a une semaine. Non, je lui ai rien offert. La boulangerie française de coin n'avait plus de croissants. Comme d'habitude. Non, j'ai encore soif. Oui, je vais écrire.Le Petit Prince de Saint Exupéry, tu parle d'un souvenir !

Écrit par : Chokri | 16 novembre 2009

" De la fusion à la désillusion", et parfois le vide autour de soi.Je crois que, quelque part, tu auras toujours l'âge du Petit Prince : )
P.S.- Tu viens de recevoir un prix, mais il y a des conditions! je t'embrasse.

Écrit par : Dana | 16 novembre 2009

Julie mais vas tu me dire ce qu'est la grande découverte ! ;-)

Mais à choisir, le Conteur, faut il s'arrêter et se déclarer "satisfait" enfin, ou rester encore des éternels insatisfaits.

Quidam, et l'un sans l'autre la saveur serait elle la même.

Chrokri, tu me parles là, j'ai comme un écho étrange :-)

J'espère bien Dana, le Petit Prince me revient toujours au détour d'une pensée, d'un jour ou d'un hasard. Merci pour le prix je vais aller voir ça :-)

Écrit par : Bougrenette | 16 novembre 2009

@Bougrenette:Cela serait une question pour le prochain baccalauréat...dans le genre:"la satisfaction est elle humaine...",qu'est ce qui est "humain" et que veut dire "satisfaction".Un truc sans fin...Il reste la réponse de Mike Jagger,pour changer de celles données par les penseurs habilités...Quand à ma réponse,elle sera:l'humain aura toujours des questions à se poser,et ne sera jamais satisfait...je ne sais pas si c'est la bonne réponse...

Écrit par : le conteur | 16 novembre 2009

Satisfaction : Sentiment agréable qui résulte de l'accomplissement de ce qu'on souhaite.
Souhaiter : Former un souhait, désirer.
Désirer : Avoir le désir de quelque chose.
Désir : Envie d'obtenir, d'avoir quelque chose.
Envie : Vif désir.
Vif : Ardent, énergique, violent.
...
etc etc, il n'y a pas de bonne réponse :-)

Écrit par : Bougrenette | 16 novembre 2009

Ben... pourquoi tu nous as pas dessiné un mouton ?! Dis, dessine moi un mouton (et triche pas ! Pas dans sa boîte ! ;o)
Bises de papillon

Écrit par : VéroPapillon | 16 novembre 2009

Ca marche Véro :-) je t'embrasse

Écrit par : Bougrenette | 17 novembre 2009

il n'y a que des bonnes réponses dans ces coms !:)
bisous

Écrit par : if6 | 17 novembre 2009

Ah ben, si ça part sur le Petit Prince, moi je veux repenser au Renard. Il m'a toujours empli d'une tristesse douce quand j'étais gamin. J'étais sûr qu'il était malheureux, et je me disais que j'aurais aimé lui caresser les oreilles.

"La texture des mots", "le tisseur de rêves"... Voyage de blog en blog, comme derrière l'allumeur de réverbères, un autre des personnages du roman.

Je t'embrasse.

Écrit par : Lancelot | 17 novembre 2009

La question était tordue, d'ailleurs y avait il une question finalement ? ;-) bises If

Malheureux le Renard ? je ne sais pas, il sait faire la part des choses, il voit d'une façon très claire ce qu'il cherche et pourquoi. De blog en blog ? crois tu ? ;-) Chevalier je t'embrasse.

Écrit par : Bougrenette | 17 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.