Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Que n'effleure à son heure un rien de lumière | Page d'accueil | Novembre, mois des brumes »

01 décembre 2010

Un grand bruit sur une petite chute

Screen_shot_2010-11-04_at_1.37.10_PM.jpgJe suis en manque d'inspiration, de motivation et de temps, et je ne sais quoi écrire, dire, montrer, j'ai de la matière mais sans recette particulière, je laisse courir en me disant qu'il y aura toujours un moment pour revenir, même si le rythme est chaotique et les nuits inhabitées, les voyages me sont encore et toujours indispensables, c'est un lien précieux riche d'années particulières. C'est la fin d'un chapitre qui avait débuté ici, dans l'ombre, ma motivation, mon évasion, quelque chose vient d'être effacé, des jours et des jours gommés par quelques mots sur un papier tamponné, tout reste à écrire, j'ose le croire, je me permets de l'espérer, j'aime l'idée. Loin d'être triste, je suis juste inquiète face à l'avenir, comment remplir une vie, comment combler les vides, faut-il pleurer pour savoir rire, trouver le courage de résister, se battre encore et se jeter dans une nouvelle bataille, oublier la douleur pour s'offrir le bonheur. Il y a tant de questions, si peu de réponses, et quelques hasards sur mes espérances. 

Commentaires

Ne jamais désespérer...
Toujours regarder le ciel...

C'est pénible, ce manque d'inpiration, quand on est taraudé par l'envie, le besoin, la nécessité, de laisser une trace de soi, non par narcissisme, mais au moins pour les autres, pour leur laisser un bonjour, une caresse, un souvenir : "j'existe encore, je vous aime toujours." Le blog est aussi une alternance d'inspiration et d'expirations, d'ombres et de soleil, de saisons changeantes, mais dont la succession n'est pas prévisible comme celle de l'hiver et de l'été. C'est peut-être ce qui en fait le charme.

Prends ton temps, reprends ton souffle. Je te bise fort. :)

Écrit par : Lancelot | 02 décembre 2010

Se battre encore et toujours, tu sais le faire. Il n'y a pas de raison que ça cesse maintenant. Les fenêtres sont à présent grandes ouvertes, laisse entrer l'air et respire à fond. (Ouais, je sais, c'est moi qui dit ça ! Mais j'y crois, du moins pour toi). Baisers tendres.

Écrit par : Les nuages bavards | 02 décembre 2010

Les mots du chevalier Lancelot sont bien beaux :)Le manque d'inspiration passera, tu es là, et c'est si important que tu sois là, tout près.
Je t'envoie ce que j'ai sous la main, des boules de neige toute douces, et des bisous.

Écrit par : if6 | 02 décembre 2010

Pourquoi se battre, pourquoi remplir, pourquoi chercher ?

Écrit par : kielut | 02 décembre 2010

Hum tu es inspiré Chevalier un développement tendre et paisible, se laisser le temps de respirer et je t'embrasse tout aussi fort.

Oui je sais (et je sais que c'est toi pour moi)et y croire pour nous : -) on y arrivera et je t'embrassement (faut qu'on te trouve un raccourcis aux nuages)

Mon If, venir se rouler dans la neige avec toi : -) peut être cette année qui sait, en février, tout reste à faire, gros bisous.

Pour ne pas s'arrêter, pour ne pas s'immobiliser, le mieux étant de se motiver je crois Kielut : -)

Écrit par : Bougrenette | 02 décembre 2010

Lorsque cet amour
Parure de nos jours
Retourne en guenilles
Sur un accord en silence

Lorsque nos larmes
S'épavent sans âme
D’un pas lourd et sénile
Sur la rive de l'absence

L'avenir s'écrit en lettres de solitude,
Etrangement sans aigreur ni regrets,
Alors la plume se libère.

Les pleins en plaisirs,
Les déliés en désirs,

Les mots que l'on veut taire
Etrangement embrasent nos souhaits.
L'avenir s'écrit en lettres d'habitude.

Et bis répétita...

Écrit par : Le rameur | 03 décembre 2010

Vous saviez que cela arriverait. Le tampon ne devrait pas être comme une guillotnine, même si symboliquement il coupe un fil, un fil ténu, si ténu qu'au fond il ne vous liait plus. La vie continue, ma Boug', et ici c'est chez vous, ça l'a toujours été et je compte bien continuer à vous y retrouver, quel que soit le rythme de votre respiration !

Écrit par : gicerilla | 03 décembre 2010

Comme dirait l'autre : " Ca c'est fait ! " ...
C'est le principal, non ?
Reste plus qu'à penser aux fêtes ! :)
Gros bisous Boug'.

Écrit par : Philo | 03 décembre 2010

L'avenir s'écrit aussi en lettres de gratitude
Miraculeusement s'enlacent les solitudes,
On ne saurait taire les mots qui apaisent, tu sais.
... Je t'embrasse et mes pagaies en cadeau pour noël le rameur ; -)

Oui je le savais et pourtant je ne peux rien y faire Gi,et comme c'était bon les ronchons, de te voir et pouvoir se dire depuis le temps on est toujours ensemble à se suivre pas à pas, et ça personne ne pourra rien y changé.

C'est fait c'est un fait Philo ; -) justement ce n'était pas le principal pour moi, j'avais surement besoin de cette illusion, quand aux fêtes c'est encore une autre histoire. Tu sais que j'attends toujours que tu passes pour le café que tu as gagné ? tu t'es mis au thé ? gros bisous

Écrit par : Bougrenette | 04 décembre 2010

la vie, c'est des hauts et des bas, des certitudes et des doutes qui s'entremêlent dans un écheveau complexe...
Après la puie, le beau temps... Après le flux, le reflux. Après l'ombre, la lumière...
kissous
Amélie

Écrit par : amelie | 06 décembre 2010

Comment remplir une vie ?

That is THE question.

Les amis, les amours et les amants (comme dirait Charles) sont de bons contenus...

Pour ce que j'en pense en tout cas.

Bonne chance et toute ma tendresse pour t'accompagner.

Et qui sait, peu être qu'un jour au détour d'une journée...

Écrit par : ZORG | 07 décembre 2010

Que du vrai Amélie, mais comme tu le dis c'est complexe : -)

Ce que tu en penses est intéressant Zorg, pas surprenant venant de toi : -) et j'espère que ta vie à toi l'est et je te remercie la tendresse ne se refuse pas et qui sait oui, justement j'en parlais dernièrement, 2011 sera peut être l'occasion.

Écrit par : Bougrenette | 07 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.