Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« On change mais pas trop | Page d'accueil | Exposée aux souvenirs »

16 février 2013

Notre empreinte

Une contribution de Lesaker

Voici un espace. Un espace à combler, pour y ajouter des mots, des vidéos ou des photos. Le principe est de ne rien dire. Si seulement nous pouvions écouter le silence dans nos vies numériques. Mon silence à moi dure depuis plus de 4 ans. Un blog, un espace, mon identité numérique, mes humeurs, mes désirs, mes empreintes, un espace qui ne témoigne de rien finalement. Je suis le seul à pouvoir ajouter de la nostalgie et des souvenirs sur les notes que je dépose. Comme vous.

J’ai le plaisir des livres et de la lecture depuis 4 ans. Avant je n’écrivais pas. Jamais. La feuille blanche était une douleur, le clavier et l’écran un plaisir. Pourtant nos témoignages sont éphémères, je le revendique, il suffirait d’une énorme panne pour tout supprimer. Mais il ne se passe jamais rien sur la toile. Calme plat. Le seul plaisir ultime que nous pourrions prendre sera demain, plus tard, lire et relire nos notes, les mots, se souvenir du moment, de cet instant ou l’envie était forte de se perdre encore quelques instants devant nos pixels. Notre aventure numérique est personnelle.

Pourtant je suis ici. Une envie pressante de frapper le clavier et de venir contribuer. J’y ajoute une nouvelle fois mon empreinte du soir, 2h42 du matin, dans la nuit du 13 au 14 février. En terminant cette missive j’irais me coucher, avec le plaisir de découvrir cette note dans ton espace. J’ai une certitude. C’est l’émotion. Nous cherchons à nous en procurer. A toi de m’en donner.

Leshaker. (c'était ici)

Je suis très impressionnée, touchée une fois encore par ce que tu peux partager, chez toi et ici aujourd’hui, enfin cette nuit, l’autre nuit, hier soir, c’est passé mais c’est une empreinte, une bien belle trace, merci à toi. Bougrette” ps : va quand même falloir que j’écrive moi quelque chose de beau comme vous, c’est la honte, j’ai honte.

Les commentaires sont fermés.