Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Je ne m'en lasse pas | Page d'accueil | Manue sur "Simplifie-moi" »

08 avril 2008

Simplifie-moi

1594577003.2.jpgRéduis-moi au silence, cloue-moi la bouche, fixe-moi sur l’instant, violemment, du bout de la langue, lie-moi de tes mains, sans liens, étouffe-moi de ton avidité, que j'en oublie de respirer, esquisse un délice, d’un doigt, tatoue-moi, à vif, la chaleur des prémisses. Enchaîne-moi à ta peau, aimante-moi à ton sexe, invente-nous les règles d’un jeu, à deux, sans artifices mais dans le feu, qui éclate, déborde, explose, passionnément, en détresse. Réanime-nous, sous le choc, dans un désir apocalypse, pleure ta jouissance comme dans une tragédie, temps mort, au coin d’une nuit, prend-moi, en furie, comme on vit, comme si c’était la fin, demain, la dernière heure, le bout de tout, juste pour nous, survivants, éperdument.


podcast

Commentaires

programme alléchant pour un ours mal léché ?
et si après ce n'est pas la fin ?

Écrit par : francouas | 08 avril 2008

juste pour apercevoir, pour sentir ... le bout du bout du monde

j'adore la photo ...c'est ta main ?

poutoux

luz

Écrit par : luz | 08 avril 2008

Moments d'abandon , hors du temps , dans la violence du désir et des sens pour donner corps et âme au sentiment d'amour ... J'aime beaucoup ce texte , il est très fort en sens et en ressenti . Moment où tout chavire ! Gros bisous à toi !

Écrit par : Manue | 08 avril 2008

Si c'est pas la fin, il ne reste plus qu'à recommencer, ou pas :-)

C'est toi Luz qui a demandé un jour, si c'était la fin dans ..., c'est un peu l'idée, c'est bien ma main, je te poutluz

Hello Manue, oui, la force du désir, l'envie au delà de certaines limites, c'est fort, surtout quand l'on oublie certains repères. Je t'embrasse

Écrit par : Bougrenette | 08 avril 2008

Un texte plein de résonnances...
De la violence des envies, des vies, des dits, des non-dits... "en furie, comme on vit"...

Waouwww ta main ... Quelle photo! J'adore ! Dis, moi qui passe des soirées entières pour choisir UNE photo pour un texte, je peux passer des commandes ???

Écrit par : Faits Divers | 08 avril 2008

Au coeur du voyage , l'ivresse du plaisir prend son envol
De pensées sages propices à l'invitation de la découverte d'un Toi , d'un Moi , d'un Nous .
La fusion de deux corps , de deux âmes se transporte sur les contrées inconnues
De la déraison et de l'abandon.
Force et violence se mêlent à ce jeu emprunt de tendresse et de volupté
A la recherche d'un Nous que l'on voudrait un dans l'osmose d'un imaginaire conquérant
Lutte sans égale pour faire passer le message brûlant , indicible car trop fort pour être nommé.
Empreinte brûlante que l'on désire fixer dans la chair , dans l'âme , dans l'espace et le temps.
Un trop plein d'amour que l'on ne peut contenir et qui se déchaîne au delà de l'envie d'aimer .
Comme une toile abstraite , les couleurs du Nous se mélangent pour nous permettre encore de tout imaginer .

Écrit par : Manue | 08 avril 2008

sur commande ? hum pas sur de pouvoir y arrivé, déjà pour moi j'ai du mal, celle ci est le resultat des fameux essais avec le téléphone portable, j'aimais bien, elle a été à peine modifié ensuite. Et je suis ravie de voir qu'elle te plait Faits, je serais curieuse de voir aussi ce qu'elle pourrait t'inspirer ;-)

Manue, Manue, Manue .... et là de me dire, quand même tu vois, ces mots mériteraient bien mieux que ce commentaire dans l'ombre d'une note.

Écrit par : Bougrenette | 09 avril 2008

Les systèmes autobloquants ont la faculté de se déverrouiller avec aisance ...
J'aime le concept de la réduction au silence pour mieux être à l'écoute de nos envies.
Il y a de l'urgence dans l'air Bougredincendiaire !
Je t'embrasse.

Écrit par : Philo | 09 avril 2008

Je te dirai que je me surprends moi même ! J'aurai pu l'écrire sur feuille à l'abri des regards mais c'est ta note qui a déclenché cela ... Un sentiment que je souhaite à tout le monde de connaître ... Bisous

Écrit par : Manue | 09 avril 2008

oui, Manue, c'est très joli... Au contact du talent de Bougrenette, le tien refait surface...

Écrit par : Ibid Norio | 09 avril 2008

C'est bien connu Philo, neutralise l'un des sens et aussitôt les autres se développent. faut faire le 18 non ? moi aussi

Se surprendre, quoi de mieux quand l'on arrive encore a le faire ? je suis ravie Manue, et pour notre plus grand plaisir que ce soit ici.

Ibid, c'est tout en délicatesse, peut être qu'avec ton aide, elle remettra la machine en marche, qui sait ! ;-)

Écrit par : Bougrenette | 09 avril 2008

un jour je réussirai p't'être à faire aussi sex que toi dans mes écrits! pas gagné! (j'ai essayé!!!) surtout que c'est tellement... érotique... et si peu... vulgaire... enfin bref! bravo! j'adore! et j'assume! ;-)

Écrit par : Rouge | 09 avril 2008

Les histoires de col roulé, ça finit toujours mal ;-)
Ne tétonnes pas après si c'est dur !
Bonne journée la Grenouille,
Bisous.

Écrit par : Philo | 10 avril 2008

Quel rythme dans ces lignes ! Je suis un peu essoufflée. Un peu autre chose, aussi...
Et la chanson est juste magnifique. Ce n'est d'ailleurs pas une chanson, mais un poème, hein ? J'écoute... encore...

Écrit par : M. | 10 avril 2008

Rouge je me trémousse comme une mome, merci, je dois reconnaitre que j'ai moi aussi fait des essais, différents, mais ca marche pas, je me laisse plutôt portée par les envies, les émosensations.

Figure toi que je suis retombée sur Loïc par hasard et que j'avais complètement raté "Aux étoiles" faut être débile ;-) c'est magique comme texte et cette voix, elle déchire. Merci pour Badaboum.

t'inquiète Philo, je tétonne jamais c'est pas mon genre, ah ça non alors !
toi aussi belle journée, bisous.

M., Loïc Lantoine, http://www.loiclantoine.com/
comme il le dit dans Badaboum, c'est de la chanson pas chantée ...
une belle découverte, c'est différent, perso j'aime beaucoup.
Je suis plutôt contente de t'avoir essoufflé ;-)

Écrit par : Bougrexpress | 10 avril 2008

explosif ! j'adore !
bravo& amitiés

Écrit par : Cyberbubu | 10 avril 2008

Merci :-) j'adore les commentaires qui s'exclament ainsi
(j'aime bien le bouc aussi)

Écrit par : Bougrenette | 10 avril 2008

J'aime l'urgence des mots. J'aime le désir impétueux qui sourd de ces lignes. J'aime aussi votre main. Superbe pattucure, pour une Grenouille !

Écrit par : Gicerilla | 10 avril 2008

Dis-donc, ce que tu déclenches, toi !...

Écrit par : Oh!91 | 11 avril 2008

la grenouille les a rongé pendant longtemps, du coup c'est devenu important. Ma Gigrenette, effectivement une certaine urgence dans cette indécence, je l'avoue.

Moi ? ...
Oh! je suis innocente comme une poule qui vient de naître

Écrit par : Bougrenette | 11 avril 2008

Ca y est, Oh!91 bande !

Écrit par : Fiso | 11 avril 2008

vite la bassine ... !

Écrit par : Bougrenette | 11 avril 2008

Tu n'as pas fini de nous bassiner avec tes histoires à sucer la vie !
Ca ne te suffit plus les Chupa Chups ?
Et c'est kiki bande déjà ?...
Oooohhh !!!

Écrit par : Philo | 11 avril 2008

C'est l'Printemps chez Bougrenette !
Sympa :)))

Écrit par : Philo | 11 avril 2008

C'est surtout des essais et un ordi qui rame, avant de couler, chier ... bref il est coincé sur cette présentation, non pas que j'aime pas mais bon c'est pas tout à fait ça.

Et je suce ce que je veux, ce matin j'ai été accueillie au bureau par un "tu suces toujours ?" (belle voix grave et accent russe à croquer) et bien moi je dis, ça vaut le coup de sucer ... hin hin hin

Écrit par : Bougrequirâle | 11 avril 2008

vert pomme?! ça colle pas avec la note! et toc! remarque ça fait grenouille... ou chenille!

Écrit par : Rouge | 11 avril 2008

Se taire c’est pas mourir, se prendre c’est lier
Nos sangs pour en nourrir ce moment tout entier
Ce moment où l’on donne plus qu’une éternité
Où l’on reçoit en loi le simple fait d’aimer

Se vivre, se délier, au diable les hier !
Au feu, au si bon feu les pages sans lierre
Sans liens d’aurores franches et sans serments de pierre
Etre ivres, se serrer parler en langues fières

La sueur en rosée et les mots en baisers
Le corps en écritoire, l’embrasement de dire
La foi qui peut se lire en perles vives ailées
Tels deux anges damnés mais qui soudain respirent

Écrit par : Alex | 12 avril 2008

bah mouai pomme verte, j'aime bien ;-)forcément quoi qu'à la base de son histoire ma "grenouillesympa" soit rose. je laisse comme ça, finalement j'aime bien le blanc surtout.

Encore pire, quand la voix prend le dessus sur le reste pour délivrer un message d'une beauté sublime de cruauté. Merci chaton.

Écrit par : Bougrenette | 12 avril 2008

Les commentaires sont fermés.