Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Sous la surface | Page d'accueil | Sur le vif »

17 mai 2008

Réalités

free music

 

Et tu pleures, la réalité d'un toi que tu veux nier.

384102459.jpgTu gommes ton existence, ombrée d’hésitations. Tu te hais, je me déteste et tu fermes les yeux pour ne pas voir, ce que tu refuses, d’apercevoir, chaque jour, qui commence, sur le rejet de ce soi, de ce être qui ne peut naître, que tu ne reconnais pas. Tu te façonnes à tes doutes, qui s’effarouchent à ces autres que toi. En résonances, face à ces échos qui t’esquissent dans le noir de tes heures, qui se croisent et se déplient, par chemins de tes riens, que tu souffles en voluptes acides, des détresses, en avis de tempêtes, en haut-le-cœur, qui te terrassent et se convulsent, à la nuit qui se fige et se brise, sur un matin, sans rêves, arrachés, dans un cri qui n’en fini plus de mourir, dans le fin fond de ta tête et qui te camisole, définitivement.

 

Commentaires

Compréhension de ce soi, de l'environnement de ce ce soi, de ce qui a façonné ce soi, puis acceptation de ce être que constitue le tout ...

Maigre piste, mais qui parfois aboutit ...

Écrit par : Quidam LAMBDA | 17 mai 2008

"...dans le fin fond de ta tête et qui te camisole, définitivement"

Définitivement, c'est toujours ce qu'on pense quand ça va pas, sauf que après lorsque ça va mieux, bien, voire très bien, on se dit : "Tiens, et dire que je croyais des choses pareilles avant !" ;-)

Des bisous pleins d'affection.

Écrit par : Alex | 17 mai 2008

Je sais bien qu'on se demande parfois à quoi sert la vie.
A être vécue je pense, et c'est déjà ça ...
Je t'embrasse fort.

Écrit par : Philo | 17 mai 2008

Longue phrase pour cet oiseau rare qui hésite sur le chemin à prendre, son vol par saccades est passé dans le rectangle de ciel dévolu aux oracles
oiseau rare quand reviendras-tu?

Écrit par : if 6 | 17 mai 2008

Oula, ca va pas fort Bougrennette en c'moment...

Écrit par : wajdi | 17 mai 2008

être soi , face aux aléas de la vie devient parfois difficile ! Les incompréhensions nous amènent à nous perdre parce que les questions que l'on se pose restent sans réponse sur l'instant du mal être . Les envies , les besoins sont si forts par moment que la lassitude nous envahit puisque ce qui nous rassurerait ne s'offre pas à cette urgence !! Mais une chose est sure ! Nous sommes notre meilleur ami et nous devons nous aimer . Tu aurais tord de te détester ! Tu vaux bien mieux que ça ! Les expériences de vie sont parfois difficiles et il serait dommage que tu te mettent à douter de toi ! Reprends courage , il y a plein de gens qui t'aiment ... Je t'embrasse très fort !

Écrit par : manue | 18 mai 2008

Je note que tout cela vous parle, vous cause, même avec des mots mélangés :-). Bon l'idée de départ c'était un miroir dans lequel on ne pourrait se voir, comme quoi je suis à mille lieux d'elle, et puis il y a eu un dialogue, un écho à l'idée, et ça s'est enchainé, je l'ai déposé malgré le fait que cela ne soit pas forcément d'un optimisme éclatant, et pourtant, c'est à la fois une réponse et une question. Et je vous remercie d'être là malgré tout.
Et puis j'ai craqué pour Kwak, il lui fallait quelque chose autour ;-)
Je vous embrasse de fin de dimanche.

Écrit par : Bougrenette | 18 mai 2008

Je pense... parfois, c'est en fermant les yeux que l'on voit mieux.
Je t'embrasse fort fort.

Écrit par : Dana | 18 mai 2008

cou
cou
cou
cou!
Bon pas le temps de rigoler mais quoi tu serais triste? toi? tu as passé un bon dimanche j'espère ma belle, je t'embrasse et
@+ (demain par ex, au ptit bistro du coin !):)

Écrit par : if6 | 18 mai 2008

Moi aussi douce Dana, fermer les yeux ;-) oui
Un week end, qui est passé, If, et par exemple, après tout, pourquoi pas

Écrit par : Bougrenette | 19 mai 2008

je ne l'avais pas commenté mais je comprends mieux pourquoi maintenant. Il fait surgir en moi trop de désarroi...

Écrit par : Gicerilla | 10 août 2010

le désarroi, c'est notre lot souvent Gi, faut il lui faire face, lui résister, ou au contraire se laisser emporter, voir ou cela pourrait nous mener, faire en sorte d'ouvrir les yeux sur ce que l'on ne veut pas voir.

Écrit par : Bougrenette | 11 août 2010

Les commentaires sont fermés.