Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Une nuée de ténébrions | Page d'accueil | Une bombe atomique est tombée sur le Entoto »

26 août 2008

Avec un chiffon imbibé de lumières

crisvector.jpg C’est passé, bref, instantané, laconique. Les pensées en morceaux, qui s’ajustent ou se déchirent pour ensuite se redéposer, inconscientes du désordre ainsi provoqué. L’idée que l’esprit s’étire et se tricote des images, des paysages, des histoires, fantastiques, avec des vides sur les inattentions et quelques erreurs en pleurs. Il peut broder aussi sur certains faits établis mais sans suites, des fantasmes écarlates d’avoir à en rougir, sur l’ignorance des conséquences. Se voiler la face pour ne rien voir, simplement y croire, au plus profond d’un désir, camouflé, loin des yeux, mais au plus près d’un cœur que la raison étouffe doucement, sans convictions.

 

 

 

 

 

 

Illustration CrisVector

Commentaires

Des pensées multicolores , lancées sur la toile . On a alors quelquefois de l'abstrait , puis ces mêmes pensées sur une autre toile peuvent devenir concrètes . En cherchant plus loin , on peut à loisir en faire différents tableaux et c'est selon , on y voit ce que l'on veut , ce que l'on pense à l'infini ....Bisous Bougredefée !!

Écrit par : manue | 26 août 2008

Un chiffon imbibée de lumière à au moins l'avantage de s'éssorer naturellement ce qui n'est malheureusement pas le cas des pensées crâniennes dont tu nous fait part, cela ne s'essore pas mais prend la crue avant de nous prévenir! Les pensées en morceaux même en sucre ne se caramélisent, que faut il en faire? les empester pour fuir, les porter en bracelet de prisonnier ou les faire décarpir à l'aide d'un charlatan, harmoniser le tout sécuritaire pour les faire vivre à l'abri? la mère Denis avait très certainement une solution pour langer tout ce beau linge de pensées! Au fait merci pour le zeste , j'espère qu'il se dissout gazeusement! bougres! J'ai beau me voiler la face ça me donne la chair de poule!

Écrit par : FERBER | 26 août 2008

Toujours cette impression d'explosion en mille éclats, en échardes si aiguës qu'on ne s'en relèvera pas. Et puis les relevailles comme après un accouchement difficile, parce que la vie continue, toujours ! C'est bizarre j'ai la métaphore obstétricienne ce matin...

Écrit par : Gicerilla | 27 août 2008

J'adore l'intitulé de tes pensées "crocodile"... tu t'évades ? sors les "grandes dents" de crocodile ?............ je te lis studieusement... a++++

Écrit par : Virginie B | 27 août 2008

Besoin d'un coup de chiffon aussi !
Tu me le prêtes ?
Le kaléidoscope de tes pensées est toujours aussi riche et coloré d'émotions à fleur de peau ...

Écrit par : Philo | 27 août 2008

ben moi j'aime pas
trop noir, trop sombre, trop violent
j'ai l'impression qu'on ne lit pas les mêmes choses
et ce que j'en lis m'attriste
gros bisous néanmoins ;-)

Écrit par : francouas | 27 août 2008

Comme Francouas, j'ai envie de secouer le chiffon par la fenêtre comme une nappe pleine de miettes !

Écrit par : macaron | 27 août 2008

"on y voit ce que l'on veut" là aussi une histoire de lumière Manue, bisous ;-)choupette

De rien Eric, c'est un Zeste spontané :-) pas sur qu'il faille se laver de ses pensées (et elle me fait un peu flipper la mère Denis)

Explosion, l'idée n'est pas loin de la vérité chère Gi, vous m'accouchez un sourire, comme toujours.

Virginie, studieusement, il ne faut pas ;-) les pensées crocodiles, crocodile pour le mot que j'aime beaucoup et pensées comme les larmes.

Philo un chiffon c'est super perso tu sais, au mieux écoute Paris Combo et peut être que comme moi tu tomberas sous le charme de cette musique, justement un rien kaléidoscope.

Bah alors, François, il n'y a rien de sombre, enfin je crois, c'est même le contraire, comme quoi, ne t'attristes pas :-) bisous bien sur.

Macaron l'idée de la nappe elle est bonne et puis les miettes de lumière sont pour les oiseaux de nuits peut être ;-)

Écrit par : Bougrenette | 27 août 2008

Je l'ai écoutée justement cette chanson, avant même de te lire, histoire de créer l'ambiance ...
Cela ne vaut pas la BO de Dexter bien évidemment, mais je l'ai quand même appréciée ! :)
Bon, garde ton chiffon, sale bête !

Écrit par : Philo | 27 août 2008

Que la lumière soit et la lumière fut ...Même au travers un feuillage , elle est belle et vous transporte ... ( ben qu'est ce qui m'arrive à moi ? Une histoire avec le très haut probablement ! tu comprendras ! ;)) zoubis !

Écrit par : manue | 27 août 2008

Mais oui que je me le garde mon Chiffon, tu as cru quoi ? qu'en râlant un peu je céderais ? dans tes rêves ! trouve toi ton propre chiffon.

:-))) ok j'ai compris ! et la bonne parole passe, alléluia ! bon chacun voit la lumière derrière sa propre porte, mais quand même. Bisous.

Écrit par : Bougrenette | 27 août 2008

héhéhé ;-)

Écrit par : francouas | 27 août 2008

Meditation
Après avoir écouté la chanson (parfois mon ordi veut bien,parfois non..)
L'idée
D'utiliser une cafetière comme instrument musical d'accompagnement...

Écrit par : guy | 27 août 2008

C'est quoi ce rire type sadique Francouas ? j'ai encore raté un truc ? ...

Une cafetière ? tu sais quoi Guy, bah parfois, je te suis pas :-) mais c'est pas le plus important finalement !

Écrit par : Bougrenette | 28 août 2008

bonne journée, (pas grand chose à raconter, suis dans mon jardin à ramasser des feufeuilles à sa mémère)
bisous!

Écrit par : if | 28 août 2008

:-) c'est une chanse de pouvoir ramasser les feuilles dans le jardin, ceci dit.
Gros bisous

Écrit par : Bougrenette | 28 août 2008

Les commentaires sont fermés.