Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Elle avait un grain de beauté collé au sourire | Page d'accueil | Elle lui a mis son nez dans la bouche »

01 octobre 2008

Petite Fantaisie pour un sentiment qui chute

heaven.jpg Rends-toi à l’inclinaison de nos corps, qui s’emmêlent dans l’étreinte kamikaze assassine, ta peau pour horizon, mon paysage, dans le brouillon de nos jeux futiles, pas si fragiles. Ébauche-moi quelques heures contre ton cœur, en tempo, berce-moi à l’harmonie divine, du désir, entre tes bras. Laisse-moi couler, profondément, dans l’apnée de tes baisers. Sauve-moi d’un cri dans la nuit, d’un plaisir avide, affamé et cannibale. Griffe mes certitudes ridicules, l’absence de demain, brise le temps, en fracas, en petits morceaux somptueux, précieux. Aspire-moi dans la convoitise d’envies qu’on ne peut avouer que dans l’ébène d’obscurs moments et souffle-moi les caprices sauvages, les fantaisies volages qui s’amusent de nos troubles en désaccords, pour mieux en jouir, sans en finir. Révèle-toi encore dans tes « je veux » charnels, tapinant les torpeurs, qui précèdent la lumière, équilibristes sur le fil de tes sombres détresses, tombant dans l’aurore, sans faire le moindre bruit, si ce n’est les battements sourds, du silence.

Illustration Contessa of Everything

Commentaires

Les battements sourds du silence et les mille débris du temps fracassé... Voilà qui nous renvoie quelques échos d'un petit bout d'éternité, ça...

Écrit par : L'Eronaute | 01 octobre 2008

tiens.... un ange... moi aussi j'ai illustré mon avant-dernière note avec un ange aux ailes déployées...

Écrit par : Ibid Norio | 01 octobre 2008

Là je vais te dire ... J'adore !!!
Une noirceur sensuelle qui rejoint parfaitement l'illustration.
Et que dire de toutes ces images fantasmagérotiques, sinon qu'elles réveilleraient un mort-vivant ! ;)

Écrit par : Philo | 01 octobre 2008

L'Eronaute :-) c'est un plaisir de découvrir ta trace ici. Faire des moments présents, des bouts d'éternité, est selon moi une idée séduisante.

Ibid, l'ange n'est pas une nouveauté pour moi :-) je dois même dire que c'est un sujet récurant, je vais aller lire ta dernière note ;-)

Philo, je suis ravie que cela te plaise, cette illustratrice a une talent fou, je trouve, quand aux images fantasmagérotiques :-) botter le cul à la mort est un bonus non négligeable.

Écrit par : Bougrenette | 01 octobre 2008

quel bel écrin de sensualité sombre ...

rien à ajouter .

luz

Écrit par : luz | 01 octobre 2008

Avec toi, on a toujours l'impression d'y être, "en live" ! c'est GEANT.
Bravo ma Boubou ! Bisous à toi

Écrit par : Lancelot | 01 octobre 2008

alors la chapeau
du grand art !
il faut absolument que tu ajoutes une suite à cela
même si la couleur et le ton au fil des phrases pourrait s'assombrir
j'emprunte ton oeuvre, j'en ferai aussi quelques choses..j'espere
bisous !

Écrit par : francois | 01 octobre 2008

Ca me suffit :-) Luz

Quel enthousiasme, MERCI ! beau chevalier, je t'embrasse.

Une suite ? je ne crois pas François, mais d'autres moments, autrement, surement :-) merci et tu empruntes, aucun soucis si ce n'est le nom de l'artiste si c'est l'illustration, en attendant de découvrir ce quelque chose. Bisous

Écrit par : Bougrenette | 01 octobre 2008

sombrement délicieux !!

Écrit par : manue | 01 octobre 2008

Superbe et haletant...

Écrit par : Incompréhensions... | 01 octobre 2008

Merci Manue ! j'aime quand tu trouves cela délicieux :-)
Incompréhensions, j'espère te croiser en direct ce soir !

Écrit par : Bougrenette | 01 octobre 2008

euh... merci pour ton comm de ce matin... tu étais la première à réagir... pas facile, mais bravo
bizous

Écrit par : Ibid Norio | 01 octobre 2008

"Griffe mes certitudes ridicules, l’absence de demain, brise le temps, en fracas, en petits morceaux somptueux, précieux."
vraiment trés joli... ce mélange d'action et d'arret total du temps qui se fige en morceau de volupté... C'est un sentiment récurrent dans ces moments.

Écrit par : Alice | 01 octobre 2008

A lire à voix haute, mais basse, un peu comme si l'on se faisait à soi-même une confession et alors, les mots prennent une autre dimension. D'apparence juxtaposés ils deviennent alors comme articulés et des images se créent et se mettent à évoluer devant mes yeux ! Il y a des textes qui me parlent mieux lorsqu'ils sont "vocalisés"...

Écrit par : Gicerilla | 01 octobre 2008

Métaphores filées en toiles d'araignées, champs lexicaux qui se succèdent sans jamais vraiment se taire, personnifications et allégories qui animent l'ensemble, des impératifs qui miment la violence du désir, contrarié certes , par la présence des oxymores, et malgré tout, des rimes intérieures qui suggèrent l'harmonie... Petite fantaisie pleine de poésie qui ne chute pas, non, qui cascade!...

Écrit par : Rouge | 01 octobre 2008

De rien Ibid, puis c'était normal :-) Bisous

Alice, c'est un fait, il y a certaines actions qu'on aimerait rejouer en boucle indéfiniment.

Je l'écris ainsi Gi, vous avez l'art et la manière pour découvrir mes p'tites ficelles :-)

Rouge, merci pour cette "analyse" qui me touche tout particulièrement par sa justesse.

Écrit par : Bougrenette | 02 octobre 2008

Petite fantaisie en ut ou en be mol peu importe, c'est dandysme comme style, raffinée de noirceur dans laquelle la beauté trouve son éclat. Un peu comme dans la divine comédie dont l'enfer que je ne me lasse pas de relire à mes temps perdus, en mémoire avec le magnifique tableau de Dürer de l'enfer de Dante, j'étais resté sans voix dans le paradis lors de la découverte de l'original. Depuis la tambouille des sentiments et des émotions nage aussi bien avec la larme du rire et celle du pleur, c'est les saisons, ses controverses en apostrophe avec la rosée de l'amour, la rosée de la vie, mélange subtil de la mélancolie et de la joie! Bref, la vie dans ses embouteillages!l'inclinaison de la pensée qui peine à se redresser! Bien à toi

Écrit par : FERBER | 02 octobre 2008

Amour à mort, d'ange foudroyée par les éclairs démoniaques, une main qui tente de se raccrocher mais qui glisse, un corps qui sombre dans le désespoir, avec le sourire.

Écrit par : Fiso | 02 octobre 2008

Eric, toujours un plaisir de découvrir tes "tricotages" de mots, faut te le dire comment ? OUVRE UN BLOG ! ;-) merci à toi.

Ma Fiso Jolie, qui s'y glisse :-) j'aime.

Écrit par : Bougrenette | 02 octobre 2008

you're welcome Miss, le plaisir était pour moi! et si en plus je suis tombée juste... c'est cool!!! ;-)

Écrit par : Rouge | 02 octobre 2008

Magnifique ce texte.
Bravo, Valounette !

Écrit par : Alex | 02 octobre 2008

Oui plutôt juste Rouge :-)

Merci Alex.

Écrit par : Bougrenette | 02 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.