Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Errer comme une âme heureuse | Page d'accueil | L'étincelle du caillou »

22 novembre 2008

Les lumières s’incarnent dans un rayon d’hiver

nom.jpgEt dans quel état j’erre, maintenant, suffisamment heureuse pour me laisser aller à me mélancoller à toi, doucement, le temps d’un soupir, d’une envie, je m’autorise les minutes d’une réalité tu me manques, d’une absence, définitive, en point final d’un nous, posé sous le linceul d’une trahison et je t’efface, tendrement, ainsi que d‘autres qui font mal. Cette tendresse que je me réapproprie entre les bras de quelques Anges, réapprendre les gestes, les caresses, ces riens qui font tout, dans la chaleur de leurs bras, si doux, qu’aucun dessein ne vient troubler. Sans amour, pour bien plus encore, je me voile et me trouble sans la séduction des corps à corps, heureuse mais pas belle et pourtant profondément s’aimer, enfin, face à des accords futuristes qui conjuguent l’avenir en teintes pastelles que je voudrais éternelles.

Photo Igor Siwanowicz

Commentaires

Il manque toujours un petit quelque chose pour que tout soit parfait.
La quête d'un bonheur si simple mais tellement furtif qui nous glisse sans arrêt entre les doigts.
Ah mélancolie quand tu nous tiens ...
Je t'embrasse.

Écrit par : Philo | 22 novembre 2008

Même avec tes anges ,tu es bien plus belle que tu ne le conçois !! Il n'y a qu'à lire ce billet et là sauf aveugles , ta beauté transcende sur la mélancolie d'une époque que tu effleures pour nous du bout des doigts .Je t'embrasse tout fort bougrémotion !!!

Écrit par : manue | 22 novembre 2008

oh toi, tu as l'air toute pourrite... C'est quoi "je m'autorise", "pas belle" "je me voile" J'y crois ! T'es rayonnante, dis pas non, je t'ai vu ! Alors vas-y autorises-toi à fond !!
Bises de papillon à Bougrémotion ;o)

Écrit par : VéroPapillon | 22 novembre 2008

C'était... :
"j'y crois pas"
...(j'ai zappé le "pas" dans le com)

Écrit par : VéroPapillon | 22 novembre 2008

Oh! cette grenouille est un caméléon, flirter avec la lumière qui incarne un rayon divers ça sent la neige , ça sent le blanchiment de l'émotion et des interrogations comme les plinthes ou les plaintes pastelles. Tout cela hume une atmosphère des plus diplomatique de ce que peut être l'amourette! Bref le corps à cor avec son harmonique de suggestions idéalistes, le principal est de le vivre de sa peau! Cordialement et bon hivernement!

Écrit par : FERBER | 22 novembre 2008

Nous on l'a lu à deux, ton billet, et pour une fois, j'ai tout compris sans relecture, me suis souvenu, avec un sourire, un peu triste, celui-là.
Suis restée scotchée sur ton "me mélancoller à toi".
Les anges de ton billet, y sont joufflus comme ceux qui sont accrochés aux plafonds des églises baroques ?
;)

Écrit par : Fiso | 23 novembre 2008

Je ne sais pas si c'est tant le manque que le fait de savoir s'attarder sur ce que l'on a déjà :-) je t'embrasse fort Mon Philo

Manue je ne sais quoi dire, alors je ne dis rien et je te serre dans mes bras, comme j'aimerais le faire.

Petit Papillon, merci, touchée, me faudrait peut être une écharpe en poils de grenouille à moi aussi pour faire la différence ;-) plein de bises aussi

Eric, tu as toujours le chic pour jouer des mots et je te remercie pour ta présence. Bises cordiales :-)

Me doutais que tu comprendrais mon Ange solaire :-) et que vous ayez pu le lire vous deux, ce n'est pas rien, mes Anges sont merveilleux.

Écrit par : Bougrenette | 23 novembre 2008

---> Bonjour,

Du bout de ton doigt, je me tiens et je perçois la douceur de ton coeur...

Bien amicalement, Jack.

Écrit par : Jack Maudelaire | 23 novembre 2008

Eprouver... C'est le verbe qui me vient en te lisant.
Mettre à l'épreuve une âme qui a vécu.
Faire l'essai d'"autre", autre chose, autrement, autre vie. Renouveau.
Faire souffrir. Les souvenirs, les amers ...
Mais ressentir...
Et tu sais quoi ? Ta peinture est belle... Comme beaucoup d'autres choses chez toi ...

Écrit par : Fée d'Hiver | 23 novembre 2008

"Et je t'efface tendrement"...Si c'était possible. Il est bien peut-être de s'écarter parfois un peu des hommes et se laisser aux mains des anges, le temps de faire taire la mélancolie et de se réapproprier un espoir naïf. Bisous : )

Écrit par : Dana | 23 novembre 2008

Pinaise, elle a l'air d'avoir très faim cette grenouille ! :-p

Écrit par : Alex | 23 novembre 2008

Pov'ranouille !
Il aurait pu mettre du scotch autour au moins ! Tortionnaire !

Écrit par : Fabien | 24 novembre 2008

Jack Maudelaire, bienvenue, j'ai beaucoup aimé "les âmes du silence" contente que celui ci soit brisé, ici, aujourd'hui.

Fée, rare mais quand tu ricoches, tu ne fais pas semblant ;-) merci

Je crois cela possible finalement Dana ;-) et la naïveté de croire en l'espoir , bisous.

Alex, ;-) elle a surement les yeux plus grands que le ventre

Du scotch ? fabien, elle a l'air plutôt à l'aise la batracienne pourtant.

Écrit par : Bougrenette | 24 novembre 2008

c'est toi sur la photo, qui fait un suçon au doigt ?...
;-)
bizous

Écrit par : Ibid Norio | 24 novembre 2008

il y a eu :
la minute de Monsieur Cyclopède
La minute Maid
Et la minute petit Bougre

A choisir, je prendrais la dernière minute, celle qui comme le poisson rouge à sa mémoire reviendrai indéfiniment..

Écrit par : francouas | 24 novembre 2008

Enlève-moi ce voile qui te voile et laisse sortir le soleil de l'intérieur. Moi aussi je t'ai vue et moi aussi je sais que tu rayonnes !

Écrit par : PrincesseOnLine | 24 novembre 2008

Ca se pourrait Ibid :-) bisous zaussi

Tient un revenant ;-) alors il neige dans le nord Francouas ? va falloir sortir les bottes à poils, les raquettes, et les chiens, avec les poissons, surtout rouges ça fonctionne pas.

Merci Princesse

Écrit par : Bougrenette | 24 novembre 2008

"...point final d’un nous, posé sous le linceul d’une trahison et je t’efface, tendrement, ainsi que d‘autres qui font mal."

Je vais devoir venir prendre des cours chez toi. Des cours de philosophie de la vie. Se stoïcisme face à l'existence. De sérénité contre la Douleur.

"effacer, tendrement.." : Oui. Oui....

Écrit par : Lancelot | 24 novembre 2008

hum, clairement je te le souhaite pas Mon chevalier, faut un paquet de coups du sort pour une telle philosophie :-) mais la tendresse toujours et rien ne vaut qu'on l'oublie

Écrit par : Bougrenette | 24 novembre 2008

Ou là, en apnée, d'y croire et d'attendre

Écrit par : cBête | 29 mars 2010

Les commentaires sont fermés.