Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« S’enduire les heures de capteurs de lumière | Page d'accueil | Jaune lumière sépia qui par à-coups »

15 mars 2009

Le souffle de l'autre irisait l’aube

"La peur règne et rôde : "rester soi" murmure-t-elle dans son abri de peau. Car l'oiseau fou, le Morphnus, passe dans les corps en siflant "métamorphose" ! Puis son chant , qui vient de la bleue terre, du violon-sable et du sirop des cuivres, se fait souple et sinueux ..."forme se déforme, se transforme l'orme, le fluide flue, le feu est froid, ciel devient miel, écoule-toi ..." siffle d'oiseau."

Alain Damasio, extrait de "La horde de contrevent".

the eyes.jpg
Illustration Razvan Ciocanel

Commentaires

bel hommage a un grand artiste.
Un vrai...

Écrit par : Ibid Norio | 15 mars 2009

et combien ces mots me parlent, te parlent... ciel devient miel, n'oublie pas.

Écrit par : Oh!91 | 16 mars 2009

Très belle illustration !
Tu as le chic pour déchiner les perles de ce genre ...
Quant aux maux en mots, je préfère le soleil ce matin ! :)
Tu m'en veux pas ?
Bisous plein Nénette.

Écrit par : Philo | 16 mars 2009

Chiner ... Déchiner ... Dénicher ...
Ca se vaut bien tout ça, heingg ? :)

Écrit par : Philo | 16 mars 2009

Que j'ai, perso, découvert un peu tard, grâce à une chanson ici sur ce blog, "La nuit je mens" suite à une note et une photo, une perte énorme ... un vrai oui Ibid.

Jamais je n'oublies Oh! et pourtant parfois, faudrait pouvoir :-) pour certaines choses, ces mots sont magiques, et à chaque lecture, un nouveau paysage.

Ah Philo contente que l'illustration te plaise, un rien sublime je trouve et jamais je ne pourrais t'en vouloir ;-) le soleil c'est vraiment bien mieux que tout le reste, même si ça te fait perdre les lettres, je t'embrasse !

Écrit par : Bougrenette | 16 mars 2009

Ben moi, je connais pas Bashung ni Dalmasio... Mais je te fais plein de bises ;o)

Écrit par : VéroPapillon | 16 mars 2009

Désolée, quand on me dit "Gaby", me vient immanquablement aux lèvres une reprise complètement débile de Pit et Rik .... je la connais par coeur, te la chanterai un soir ;)

Écrit par : Fiso | 16 mars 2009

J'ai aimé ce livre et l'illustration est magnifique.
Quant à Bashung ... tu sais déjà ...

Écrit par : quine | 16 mars 2009

Et c'est le plus important merci Joli Papillon ;-)

Tu n'y couperas pas toi Fiso chanteuse ! tu me connais maintenant que je sais (une p'tite vidéo peut être ?) :-))))

Quine, contente de découvrir quelqu'un qui connait ce livre, à l'écriture si particulière et oui j'avais cru deviner pour Bashung ;-),il aura marqué de ses chansons quelques coeurs

Écrit par : Bougrenette | 16 mars 2009

Bonjour matinal, attiré par les belles images, celle ci est véritablement superbe !! Je t'embrasse ma Valou et te souhaite une bonne journée

Écrit par : Lolelutin | 17 mars 2009

je ne "connaissais" pas vraiment Bashung ; pas pris le temps d'écouter au lieu de simplement entendre
alors je ne le miss pas mais le découvre grace à toi et à d'autres bloggueurs
et je kiffe ses mots qui jouent les échos en moi
alors ...Alain B is not dead ?
"... Ma pute à coeur ouvert
Trop de cuirassés
Pas assez d'écrevisses..."

Je te bise mon éclaireuse

Écrit par : MarieM | 17 mars 2009

Joli texte et quelle illustration !!

Écrit par : Manue | 17 mars 2009

Hello le lutin ! merci merci, avec un peu de retard je te la souhaite belle aujourd'hui aussi, bisous.

Je te bise aussi Marie (prénom que j'adore) et les mots sans vraiment de sens mais qui en prennent, toujours différents.

yep ! Manue, merci pour eux.

Écrit par : Bougrenette | 18 mars 2009

Les commentaires sont fermés.