Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Attention travaux, mise en conformité de la déco | Page d'accueil | Fragment détaché »

28 septembre 2009

« Je pense à toi dans mon silence. »

Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net hébergement de photos et d'image

Tu sais quoi, je ne parle pas encore le silence. Ce n'est pas ma langue familière, celle que je préfère. Il y a bien longtemps déjà que j'ai arrêté de chercher, à deviner, ce qui se tu, d'un rien. C'est du vent, sans rien atteindre, sans vouloir éteindre, un souffle infime, la respiration de l'absence, sans un regard. C'est le dérisoire qui prolonge l'histoire, l'imaginaire de ce que l'on ne peut que taire, dans un secret mutisme, à la discrétion s'endort. Et pourtant quelle délicieuse rencontre que celle de deux soupirs qui se brisent l'un contre l'autre, dans l'évidence d'un trouble, qui dure toujours.

Commentaires

Dans tes pensées crocodiles il y a toujours des choses qui me causent et d'autres moins, c'est assez normal.
Mais ce qui me parle et peut évoquer ce que j'aimerais parfois savoir exprimer est joliment écrit.
Quant au titre, chacun peut se l'approprier je pense, pour son usage personnel. Et cela aussi est chouette de pouvoir l'exprimer ...
Je t'embrasse.

Écrit par : Philo | 28 septembre 2009

C'est bien d'être dans la pensée de quelqu'un d'autre... C'est comme une assurance sur la vie.

Écrit par : L'Eronaute | 28 septembre 2009

Quand Bougrenette fait du Brougrenette. La dernière phrase, toute seule, magnifique, me suffit. Les autres phrases ne lui servent que de faire-valoir.

Écrit par : Gicerilla | 28 septembre 2009

@ Gi : C'est bien pour ça qu'on l'adore, entre autres ;)

Écrit par : Philo | 28 septembre 2009

Je ne compte plus les silences ;-) et je suis heureuse Philo qu'il puisse y avoir quelque chose de chouette, merci, je t'embrasse.

Je suis partagée, L'Eronaute, les pensées en silences me semblent malgré tout un peu muettes ;-) mais c'est la vie.

Merci Gi, sincèrement, pour tout, d'être encore là a supporter mes états d'âmes ;-)

Philo je t'adore aussi, pour ce genre de p'tite chose, je te re embrasse tient, pour le plaisir.

Écrit par : Bougrenette | 28 septembre 2009

c'est dans le silence d'une nuit sur la plage
que j'aime entendre le roulement des vagues
le vent qui fait chanter les herbes sauvages
j'aime le bruit du silence sur mon visage

Écrit par : Multi-sourires | 29 septembre 2009

Comme d'habitude jolies et tendres rimes.

Écrit par : Bougrenette | 29 septembre 2009

ne dit-on pas "le silence est d'or" ?!
Suis d'accord avec Gicerilla, jolie pépite que la dernière phrase !!
Bises de papillon

Écrit par : VéroPapillon | 29 septembre 2009

Après le bruit,le silence Soupir un
Belle absence Pensée deux
Qui dévoile à son tour Lumière trois
Rassurante présence Chaleur plus
Le bruit Poussière vide
Du silence Passé plein
Qui repose Loin
Enfin Derrière
Le silence du silence Regrets impossibles
De la peur Solitude inversée
Cercle à briser,et recommencement bruyant Encore

Écrit par : Le conteur d'outre mauve | 30 septembre 2009

Véro il y a aussi : "Le silence est comme l'ébauche de mille métamorphoses." Rimbaud par lui-même. Ca peut vite devenir difficile :-) merci et je t'embrasse fort.

Le conteur le silence t'inspire tout autant que la solitude.

Écrit par : Bougrenette | 30 septembre 2009

Je ne parlais pas silence non plus et maintenant il me manquerait comme un ami
j'ai appris à deviner ses couleurs , ses bruits , ses odeurs et tout un monde de joyeuses complicités ou de cris calfeutrés
que l'on n'investit pas toujours
c'est une exigence étrange que celle de regarder dans son miroir les reflets des autres pour y percevoir d'intimes réciprocités

bises mouillées

Écrit par : Ballade | 30 septembre 2009

C'est pour cela que je (guy,ig(r)or,et moi) passe de temps en temps par ici.J'avais besoin d'une petite mise à jour de mes idées.Ton blog est un endroit ou je trouve de l'inspiration.Avec mes excuses à Bruno,si Bruno il y a (chez toi (Bougrenette),on ne sait jamais,tu sais si bien brouiller les pistes...)

Écrit par : Le conteur d'outre mauve | 30 septembre 2009

Ballade, rien de mieux à rajouter à tes mots, je te bise en retour, merci.

Ok tu es plusieurs Le conteur, et si réellement tu lis ce blog tu dois pouvoir répondre toi même à ta dernière remarque.

Écrit par : Bougrenette | 01 octobre 2009

Et parfois le vacarme assourdissant de ses silences
tourbillonne dans ma tête avide de lumière
Du sombre écho de cette absence
Ne reste que les bruits d'un trouble éphémère

Écrit par : Mitch | 01 octobre 2009

Je passe et reviens sur ce texte, encore. Sans trouver les mots. Alors je précise simplement que j'aime les relire. M'en imprégner, y réfléchir.

B

Écrit par : petite française | 01 octobre 2009

Eh bien, "parler silence" ce n'est pas si déplaisant que ça, une fois qu'on a passé le (très) long cap des (mille) premières leçons. Il arrive un moment où il est doux d'oublier les mots, d'abandonner les conjectures, de laisser glisser les phrases. Ca peut avoir du bon, aussi. Je t'embrasse ma Boug

Écrit par : Lancelot | 01 octobre 2009

Mitch, rare mais précieux, merci pour ces jolis mots.

B dans l'idée, certaines choses se passent de mots, dans le cas présent merci j'apprécie que tu puisses t'en imprégner et me le dire. Je t'embrasse.

Oui mon Chevalier, on en revient surement à nos évidences et c'est très bon. Plein de bisous.

Écrit par : Bougrenette | 02 octobre 2009

Chapeau Boug !Je n'ai pas tout compris, mais c'est superbement écrit.

Écrit par : deftones75 | 02 octobre 2009

Merci beaucoup deftones et bienvenue au club de ceux qui ne comprennent pas tout ;-)

Écrit par : Bougrenette | 04 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.