Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« A la marée Alevin godille | Page d'accueil | La frappe de la mémoire »

03 avril 2010

A propos à l’envie de quelques mots à dire.

Aime-moi à ta peau, je me déroute, amnésie indulgente, déserte à la fuite attendue. Indolence de l'abandon, une calme insouciance, sous ses habits de luxure. Efface tout, mais à peine, supplice sans condamnation, félicité d'une lubricité, impudique et quelques vertus dessus, en couverture. Bouscule-nous en chaos troublant, délectable, à l'équilibre de ton désir, à l'attrait de cette divagation voluptueuse, tempère, un deux trois, sur un air d'indifférence feinte, et, foudroyant, coule-toi aux profondeurs, dans les creux, les gouffres, les vides en abîme, aux souffles de nos bouches, sans l'intervalle d'une respiration, perdue, à l'horizon lointain, effacée dans l'oubli d'un renoncement, absolu, féroce. Dans le désordre de ce carnage, quelques traces douces et sucrées, tièdes d'avoir aimé dans les ruines d'un temps lunatique, d'une utopie fantasque accrochée à mes chimères, que je suce pour achever, ne jamais rien oublier, quand le cœur se déboîte et se froisse, à l'heure d'une entrevue, qui brûle et nous consume.

des mots à dire.jpg

Observation : certains s'offrent des Palaces, d'autres des Quick Palace.

Conclusion : rien ne vaut une bonne ambiance musicale.


Commentaires

Le lien sur les Palaces ne fonctionne pas mais m'en moque... je crois savoir de quoi ou de qui il s'agit et ça ne m'intéresse pas plus que ça. L'ambiance musicale non plus (je crois que mon ordi est pas au top sur ce coup là)... dommage sans doute.

Il y a donc le texte et ce Miro en noir, gris et blanc.

Tu es une princesse. Merveilleuse princesse. Merci pour cette beauté.

Bises sucrées.

B

Écrit par : petite française | 05 avril 2010

Je ne peux pas voir la vidéo et le lien n'est pas valide, mais on s'en tape heinggg ?? :)
Mais il reste les mots d'un moment en mosaïque ...
Là ça me cause plus déjà !
Et puis cette conclusion que je partage tout à fait avec toi. Cela peut changer la réalité en rêve et je crois savoir que tu es assez douée pour cela ! :)
Je t'embrasse.

Écrit par : Philo | 05 avril 2010

Je suis tout à fait d'accord avec vous, rien ne vaut l'ambiance pourtant, là, j'suis sceptique sur le choix. En revanche, vos mots et le patchwork toujours aussi réussis. Y'a qu'vous avec ce savoir-faire !

Écrit par : Gicerilla | 06 avril 2010

bon j'ai un vrai problème de liens, et je ne sais toujours pas pourquoi, mais j'espère l'avoir réglé.

merci à toi B. Miro, j'en suis flattée et toujours touchée par tes commentaires. Je t'embrasse.

Philo une fois encore désolée ; -) je pense que ça te cause, tient en parlant de photo je suis tombée par hasard sur l'une des tiennes ailleurs, et hum enfin voila quoi, quel cul ! si je peux me permettre l'expression et je t'embrasse aussi.

On peut l'être, sceptique Gi, je dois même reconnaitre que je le suis aussi, une pointe d'humour, une façon aussi de dire que certaines choses ne comptent pas quand le moment est important et troublant, qu'à moi je ne pense pas mais c'est fait avec le cœur et j'espère que ça se voit.

Écrit par : Bougrenette | 06 avril 2010

Comme souvent, hésitation entre laisser un commentaire ou me taire lorsque c'est intime, si intime, je te dirai juste que j'ai lu et me suis laissé entraîner dans le tourbillon de tes mots...

T'as préparé ton sac ? Sourire.

Écrit par : Dana | 06 avril 2010

Le lien fonctionne à présent. J'avais déjà pris connaissance de cet article et du lieu qu'il décrit. A ce propos, elle est drôlement bien équipée la dame ... ;)

Tu tombes par hasard sur une photo de mes fesses toi ?
Je ne te crois pas une seconde !
Celles qui te servent de plateau-repas ne sont pas mal non plus ... ;)

Tu peux tout te permettre ou presque, tu le sais bien :)

Je t'embrasse Nén... tout court !

Écrit par : Philo | 06 avril 2010

Même pas Dana, je crois que le sac va se remplir à l'arrache : -) et j'y pense j'y pense, hâte de te voir, bientôt semble soudain si proche, incroyable et tellement attendu.

Tu crois que c'est la Dame qui est équipée Philo ? et oui c'est réellement le hasard, de liens en liens sans rapport avec toi, paf ! me suis prise tes fesses dans les yeux ; -) et bisous itou.

Écrit par : Bougrenette | 06 avril 2010

Maintenant je vois la vidéo ! (tout arrive ...)
Mc Gyver ?
Ca devient trop métaphysique pour moi tes articles ... :)
Si tu as relu les commentaires du Palace, on m'a bien confirmé qu'il s'agissait de l'attirail de la Dame !
J'espère que mes fesses ne t'ont pas causé de désagréments autres que le plaisir de les voir ;)
Bisous.

Écrit par : Philo | 06 avril 2010

Ouais... j'avais vu juste et même si le lien fonctionne désormais... je ne retire rien à mon premier com. On est d'accord.

C'est vrai qu'il y a des lieux qui transforment un moment. Mais est-ce celà qui fait le moment ? J'avais écrit un petit texte de rien, "improvises-moi" où justement je voulais mettre en exergue que peu importait le lieu la plupart du temps. Je n'avais pas la nostalgie, enfin pas trop.

Avec un brin d'indulgence et de tendresse, j'aurais tendance à dire qu'il faut bien un cadre à certains récits, les mettre en scène. et comme tout metteur en scène, le choix du décor importe. Mais l'indulgence a ses limites. Le théâtre est factice et artifice. Là, c'est la vie. Où alors, je n'ai pas compris. Peut-être que c'est cela.

Bon... parlons d'autre chose : les fesses de Philo. En fait, non, n'en parlons pas. Méditons.

(d'ailleurs c'est amusant et très réussi, n'as-tu pas une photo pour participer ?)

Ah... bonne route au fait !

plein de bisous

B

Écrit par : petite française | 08 avril 2010

Métaphysique on s'en approche tout doucement et sans désagrément, aucun. Bisous évidemment.

On est d'accord : -) sans l'ombre d'un doute B et je n'en avais pas beaucoup, méditons mais sans photo, ainsi soit il dans le meilleur des monde et sur la route. Je t'embrasse plein aussi.

Écrit par : Bougrenette | 08 avril 2010

Les commentaires sont fermés.