Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Histoire primitive | Page d'accueil | Se hasarder à l'humeur »

30 août 2010

Capacité à aimer au carré force des sentiments à l’impossible puissance.

break_heart_by_TakPoprostuu.jpgC’est à la lumière d’une météo tournant à l’orage que je surfe sur des pensées tirant vers le blafard, c’est l’écho des sensations, des sentiments, qui me hérisse la peau, d’un frisson fâcheux, d’un tremblement déplaisant. Ne vois tu pas l’erreur dans l’intention. A toute blessure son sceau, même sur un cœur écorché. Une cicatrice n’est que la partie visible d’une souffrance, celle-ci est toujours de qualité inférieure à ce qu’elle remplace. Sur le cœur elle provoque une perte de puissance, l’énergie s’affaiblit. Conséquences. Faiblesse à se fabriquer des chimères pour habiter les nuits argentées  de scènes extravagantes, s’affoler d’une possibilité de quelques minutes, des secondes d’éventualités, un jour de chance et des années à survivre, en pensant aux alternatives, aux choix et tes regrets par-dessus, pour ne rien voir à l’aube de tes nuits désemparées.

Illustration Aleksandra Piotrowicz

Commentaires

"Une cicatrice n’est que la partie visible d’une souffrance, celle-ci est toujours de qualité inférieure à ce qu’elle remplace."

Hummmm... chuis pas si sûr, tu sais, pas si sûr... Il est des cicatrices qui peuvent gagner en quelité, devenir, avec le temps, douces comme un cocon, à condition de savoir les apprivoiser, les polir, les adoucir. Faire disparaître les rugosités, les éclats acérés, petit à petit. Donner du temps au temps. Disparue, la douceur de la couche de plumes. Mais la planche de la souffrance peut se transformer, petit à petit, en hamac, où l'on se balance. Et on s'en balance.

Te bise, ma Grenouille. Sur la cicatrice, si tu veux. ca te fera toujours une écharde en moins.

Écrit par : Lancelot | 30 août 2010

"A toute blessure son sceau",
A toute souffrance, son inspiration,
A toute histoire, son renouveau,
A tout je t'aime, son je te hais,
Non pour avoir déchiré l'illusion
Mais pour ce qu'on n'avouera jamais.

Nulle cicatrice pour l'écorché
Juste des silences en larmes contenues
Pour un semblant d'apaisement convenu.
A vif, à souhait, errent ceux qui sont blessés.

Bises à toi

Écrit par : Le rameur | 30 août 2010

:-) inspiré mon Chevalier en ce moment, je ne suis pas raccord quand au fait qu'on puisse obtenir de la douceur avec du temps, qu'on puisse s'en balancer par contre pourquoi pas, mais c'est une façon de changer, d'oublier, et il n'y a rien d'évident à faire cela. Je t'embrasse très fort.

Le rameur, merci pour ça, tu sais combien cela peut me manquer souvent, mettre de la poésie dans quelques pensées qui du coup en deviennent presque jolies (les pensées) car ta poésie elle est intacte, tu dois avoir les silences habités faudra bien qu'à un moment ou un autre tu partages ; -) je pense à toi (et à la rentrée) et je t'embrasse tendrement.

Écrit par : Bougrenette | 31 août 2010

Une bonne nouvelle : la météo annonce le retour du soleil et un automne doux : )

Gros bisous et ...seize the day !

Écrit par : Dana | 02 septembre 2010

Qu'il est agréable de tomber sur un rendez-vous (spontané?) de poètes qui jouent de leur plume, armure et rames... pour nous faire voyager immobiles.. au fond de nous...

Écrit par : usclade | 02 septembre 2010

Ca me va ! merci pour cette jolie information Dana, en espérant pouvoir en profiter, je t'embrasse fort.

spontané, surement le contraire serait étonnant et j'aime aussi quand ils jouent ainsi, c'est sincère et toujours très réussi. Merci Usclade de jeter un œil sur ce rendez-vous.

Écrit par : Bougrenette | 03 septembre 2010

Mmmm... Certaines blessures ne se referment pas aussi facilement qu'on pourrait l'espérer...
Quant à ce qu'elles deviennent douces, il y a encore pas mal de chemin à parcourir !
Encore une fois j'ai pioché chez toi ce qui me parle ...
Je t'embrasse Boug'.

Écrit par : Philo | 03 septembre 2010

Tu as bien fait Philo, tu sais y faire depuis le temps ; -) je t'embrasse également.

Écrit par : Bougrenette | 07 septembre 2010

Sur ce plan là , on n'oublie pas , on vit avec . Mais parfois , il y a miracle pour amoindrir et redonner jolies couleurs . Dans ma grisaille , j'ai enfin quelques belles touches de rose et je vais te dire , je n'en reviens pas !!! Je t'embrasse tout fort ma jolie belle

Écrit par : manue | 07 septembre 2010

Et je suis ravie, vraiment, tu mérites d'avoir ta part de miracles, des grands et des beaux. Je t'embrasse tout aussi fort, et surtout profite et n'en reviens jamais.

Écrit par : Bougrenette | 07 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.