Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Capacité à aimer au carré force des sentiments à l’impossible puissance. | Page d'accueil | Reconquérir l’envie du désir »

07 septembre 2010

Se hasarder à l'humeur

a32.jpgIncrédule innocence. S‘offrir le luxe d‘une désinvolture légère, un artifice à l‘ombre d‘une amnésie sélective brutale, omettre le paraître. Je pense donc je devrais être, c’est sans l’ombre d’un doute, mais la lucidité maladroite tourne en boucle sans saisir cette réalité, lui préférant la chimère d‘une obsession désirable, une monomanie tentante. L’esprit se torture, se fait martyre supplicié, se décline à l’agonie, se laisse aller sans entrave, sans se travestir d’une vague théorie d'autosuggestion, sans se tendre vers une possible vérité favorable répétée encore et encore, pour tenter de camoufler l‘évidence. Crédule naïveté de croire que l’intervalle sera sans conséquences, sans fuites, sans abandons, sans conclusions définitives.

 

Photo Manuel Archain

 

Commentaires

Il faut que je vous le dise : vous m'épatez ! Ben si. Vous faites du Boug', votre style est unique, c'est un style à tiroir qui offre au travers de chaque texte des petites boites bien douillettes aux lecteurs pour y mettre leurs propres mots. A première lecture, on pourrait croire, je pourrais croire que vous vaticinez et extravaguez sans fin mais c'est faux, le sens se fait au fil des mots. Ce que le lecteur ne sait jamais c'est s'il vous lit vraiment, ou s'il se lit lui à travers vous !

Écrit par : Gicerilla | 09 septembre 2010

Je suis toujours très touchée quand vous m'écrivez ainsi, on (je ne pense pas être la seule) se demande toujours de quelle façon sera appréhendé ce que l'on peut envoyer, comment faire pour que les yeux extérieurs, les esprits, puisse se retrouver dans une humeur, un avis, une pensée. Imaginer qu'on puisse se dire à un moment ou un autre "tient moi aussi ..." je trouve ça particulièrement positif en ce moment : -) Merci Gi. A te voir bientôt.

Écrit par : Bougrenette | 09 septembre 2010

j'ai un peu de mal a comprendre le style... J'ai essayé d'ouvrir le premier tiroir mais il faudrait que je mette un peu d'huile car il a tendance à coincer...
je voudrais bien faire toute l'armoire, mais avant je dois mettre la main sur un bon dictionnaire-décodeur...
bonne journée
Am'

Écrit par : amélie | 09 septembre 2010

Alors moi, je te rejoins sur un certain regard naïf porté sur le monde, sur un certain trouble obsessionnel compulsif...

Écrit par : Dana | 09 septembre 2010

Un mien ami vous dirait Amélie,

Tenter de comprendre le style c'est s'interdire de s'abandonner au souffle des mots...à moins que ce ne soit la peur de se laisser emporter dans le tourbillon et découvrir que vous même auriez tant à dire si seulement...


L'armoire était fermée de l'intérieur et le poisson sauta par dessus la lune !

Bises à Val'

Écrit par : Le rameur | 09 septembre 2010

Comme je te l'ai dit hier Amélie il est parfois inutile de tout comprendre : -) ceci dit merci d'être venue me le dire ici j'apprécie.

J'aime bien quand tu me rejoins chère Dana, et je t'embrasse fort pour l'occasion.

Le rameur, votre ami est un sage : -) et un jour il rencontrera la lune au lieu de lui sauter par dessus, bises aussi à vous deux.

Écrit par : Bougrenette | 10 septembre 2010

Il est si bon de sauter la lune, quelquefois.

Écrit par : B. | 14 septembre 2010

Surement une question d'apesanteur, parfois.

Écrit par : Bougrenette | 14 septembre 2010

Je me contenterai de la lecture de tes mots ... et de l'analyse de Gi ! ;)
Je t'embrasse.

Écrit par : Philo | 15 septembre 2010

"Je pense donc je suis" est, dans ce contexte apparemment, une erreur occasionnant des blessures.
"Je pense donc je ne suis pas" est bien sûr, trop abrupt et intenable.
Alors, après les longs moments où l'on s'est infligé des blessures à soi-même, pourquoi pas "Je panse donc je suis" ? Douceur de se retrouver soi-même en essayant de se soigner...

Bises, ma Boug

Écrit par : Lancelot | 15 septembre 2010

du moment que tu te contente Philo ca me va et je t'embrasse aussi

finalement tout est une question de pensées Chevalier, le soi même n'étant peut être pas ce qu'il nous faut retrouver : -) gros bisous Lancelot

Écrit par : Bougrenette | 16 septembre 2010

bon, tout cela me rassure ! pas besoin de dictionnaire compliqué pour revenir te voir !
hihihi !
bonne journée

Écrit par : amélie | 17 septembre 2010

Venir te voir et te relire. Je pense à toi, et t'embrasse fort.

Écrit par : if6 | 23 septembre 2010

Je sais que je ne fais pas mieux, mais quand même ...
T'es passée oùùùùùù ????
Je t'embrasse fort Boug'

Écrit par : Philo | 28 septembre 2010

:-)
Aucun dictionnaire Amélie, non, un peu de patience plutôt en ce moment.

Moi aussi If, même si je n'en ai pas l'air, merci et je t'embrasse tout autant.

Mouai dans le genre, Philo mais bon, on va dire que je suis là, j'ai pris un peu (trop) de recul peut être, difficile de revenir, faudrait inventer une boite à idée, tient ca me donne une idée ; -) et je t'embrasse.

Écrit par : Bougrenette | 28 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.