Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mars 2011

Avec tout au plus un masque de beauté

Un univers visuel étonnant pour la marque Illamasqua, fascinée j'ai cherché et j'ai trouvé une artiste maquilleuse : Alex Box et quel talent, terriblement attirante l'idée qu'on puisse ainsi créer des personnages éphémères, uniques, qu'on démaquille ensuite quand c'est fini.

 384.jpg

celle qui admire les possibilités imaginatives et home

illamasqua-maquillage-04-944x629.jpg

29 mars 2011

Jour après jour, les moments exquis

L'ambroisie

Ainsi est passé un moment unique, ainsi avons-nous reçu un présent fantastique. Recevoir un Monde en cadeau, un sentiment d’extase, un cœur qui s’offre et le percevoir comme une grâce.

celle qui t'aime sans ridicule

17 mars 2011

Les délirantes passagères

celle qui s’infléchie tordueUn vertige, sombre, âpre sur une lenteur doucement attendrissante pourtant  et un silence aigu, indicible, posé sur l’indéfinissable songeuse, la fugitive anxieuse qui se blesse à ses failles, s’enchaîne. Soupirer une intention indéfinie, vaguement confuse, une négation sans nuance et  quelques tendances à l’amertume vaine, inutile. Dissiper l’épreuve, ineffable phénomène s’inclinant sur sa proie tourmentée. Exprimer pour s’exhorter, plonger, sombrer et dans l’évidence de cette chute, se surprendre et se voir consternée, évidemment.

Sache souffrir. Mais ne dis rien qui puisse troubler la souffrance des autres ... Léon-Paul Fargue

03 mars 2011

A rien d'autre que soi

celle qui avance à l’aide de ses sens contrairesIntimes caresses, laisse faire, laisse courir le désir à la peau attaché, devine le chemin du sauvage abandon, unique différence entre plaisir et passionnément, projet fou d’une perte de raison, éperdument. Peut-être chimérique, mais fantastique, fabuleuse sensation d’une déroute en émotions. Concevoir une fuite en émois pour briser la langueur de l’espace nu, hanter le vide, le pénétrer pour l’inonder de frémissements, troubles de sang-froid, à chaud, rendre l’âme et l’accorder pour  succomber à la luxure. Défaillir jusqu’au vertige. En mourir pour disposer d’une inspiration, d’une nouvelle perspective et ainsi rétablir des fonctions vitales, primitives et absolues.

Illustration ^kuschelirmel