Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 août 2011

La relation naturelle

celle qui se penche dessus

Je veux tout changer et un nouveau départ, un appartement, mon espace à moi.

J’ai accroché « La Forme poussant dans les jardins aimés » pour voir.

J’ai presque pleuré dans les cabines en essayant de jolies choses qui ne m’allaient pas, mon image me fait du mal dans les miroirs.

Et après j'ai pleuré pour rien, en tournant la tête cela ne s'est pas vu.

On me dit que je dois être « belle » car je compte pour elle, le mariage est dans 10 jours à partir de demain et ça ne va pas le faire.

Ange s'exprime le matin dans la salle de bain, elle doit avoir des nuits à raconter, je ne parle pas le chat et c’est dommage mais elle me raconte quand même.

Il y avait ce matin par terre une boule délicate qui s’est cassée entre nos doigts.

L’amour est dans le pré, c’est osé, intrusif et intime et pourtant ça fait un peu rêver, c’est touchant leurs sourires et ces bonheurs fragiles.

Ca fait quatre années que je voyage de nuit, j’ai pensé que c’était tout, qu’il m’avait tout donné, eux surtout, ceux qui comptent, que j’avais épuisé les sujets et les envies de partager et puis non.

Quand je regarde mes pieds ça me fait bizarre et j’aime nos audacieuses confidences et les larmes dans ses yeux quand elle s’émeut.

 

29 août 2011

Dans le cercle restreint d'un sous-vêtement

celle qui se pèle"...heureusement que j'avais la culotte, je vénère la culotte, je veux me réincarner en culotte slip ..."

25 août 2011

bien au-delà d'une volonté

celle qui te fableRemplir une nuit, ta présence dans l’obscurité, ton corps contre ma peau, lové, serré, ton ventre dans le bas de mon dos, mon sein dans ta main, mon souffle court, ton désir vivant. Je te devine à tes contours et te réalise, te laisse jouir sans te suivre et le parfum m’enivre quand sous mes doigts, entre tes bras, je frémis d’envie … Je voudrais aimer, le dire, l’écrire, le vivre, j’aimerais du manque et des retrouvailles, des pour toujours et un cœur rien que pour moi, des baisers, des sentiments,  des heures pleines, des heures vides à envahir, je souhaite croire que tout sera possible si j’aime sans crainte d’avoir à en souffrir… Je rêve d’un autre monde, où je me sens à ma place, du matin au soir, où le bonheur se touche, il serait orange, avec ton rire dedans.