Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Une histoire de planètes sans les étoiles | Page d'accueil | Un bonheur à mériter de l’être »

30 septembre 2011

A la plume et à l'encre de vagues

celle qui distingueNous sommes allés au théâtre voir « la douleur » dommage que le metteur en scène l’ai mise dans un coin, à une table, m’empêchant ainsi d’apprécier totalement le jeu fabuleux de l’actrice, tant pis j’ai écouté en fermant les yeux, Dominique BLANC y est sublime de talent, elle porte cette douleur à bout d’émotions.

Pied de nez à mon quotidien gavé d’elle, il y a trois dimension de la douleur, sensorielle, affective-émotionnelle, sociologique, on peut aussi constater qu’une affective-émotionnelle peut déclencher la sensorielle sans trop d’effort. La sociologique ne me parle pas. La douleur au sens large est souffrance. Je viens de lire sur la toile: « Et si la souffrance était auto-engendrée ? » et aussi : « « J'aime la majesté des souffrances humaines » (Vigny) Ce vers n'est pas pour la réflexion. Les souffrances humaines n'ont pas de majesté. Il faut donc que ce vers ne soit pas réfléchi. » Arrêter de réfléchir.

Le crétin sera-t-il enfin heureux, peut on soudain décider d’être amoureux, c’est pourtant étrangement cohérent mais cela semble si fragile aussi.

Au bureau avant hier le tailleur de boubous et son sourire comme un soleil m’a demandé ma taille avant de partir retrouver sa famille dans son pays, c’est triste de les voir vivre loin de ceux qu’ils aiment.

Jérémy semble moins triste, qu’il a été dur de le voir encaisser son premier chagrin d’amour, c’était la femme de sa vie disait il, à dix sept ans, cela est il possible, je n’osais y croire, j’aurais voulu le voir, ses larmes sont un chagrin terrible que je regarde sans pouvoir rien y faire, impuissante. J’ai beaucoup ri en regardant Rango avec lui. Pour ce soir j’ai commandé chinois, j’ai demandé les nouilles sans soja et quarante raviolis grillés, il adore ça avec la sauce qui déchire.

Demain nous allons voir la mer et cette amie très chère qui nous manque tant.

 

Commentaires

Douleur qui annhile la raison, tendresse qui ouvre le coeur. Beau voyage !

Écrit par : kielut | 30 septembre 2011

Beau message, meilleurs massages et aux loins de mains, écarlate les joie et les sourires de la saveur de ton voyage. FERBER

Écrit par : FERBER | 30 septembre 2011

Belle écriture de ce temps qui passe et nous ravit. Je reviens de Toulon, c'était divin tu sais si doux, si chaud et la mer ... Je te souhaite une belle escapade vers la mer et l'amie. Bisous ma tendre B.

Écrit par : if6 | 01 octobre 2011

Il y a parmi mes collègues quelques-unes qui ont rencontré leur mari sur les bancs du lycée et ne se sont plus quittés depuis, donc, c'est possible, c'était au moins, à présent, je ne sais plus... en tout cas, voir son enfant pleurer sur un amour en partance, à force de l'avoir vécu, je connais ce sentiment d'impuissance et nos mots incapables.

Écrit par : Dana | 01 octobre 2011

Merci Kielut.

Je garde "saveur de ton voyage" : -)ça me plait Ferber.

L'escapade fut une aventure qu'il me faut maintenant raconter, t'imagine même pas If : -) et je t'embrasse bien fort.

Moi non plus je ne sais plus vraiment Dana, j'espère qu'il n'y perdra pas trop de sa sincérité face à ce qu'il aura encore à vivre ensuite.

Écrit par : Bougrenette | 03 octobre 2011

BIEN SUR qu'il y a de la majesté dans la souffrance, bien sûr qu'il a raison, de Vigny. S'il n'y en avait pas, alors ce serait carrément l'enfer !!! Une fois que la tempête est passée, une fois que les larmes se sont taries, une fois que la terre a cessé de trembler, ne même pas pouvoir se dire que le passé peut composer un beau tableau, une scène de roman poignante, une symphonie terrible ? Devoir se dire que tout ce qu'on a enduré n'était finalement que du pipi de chat et que tout disparait dans le néant, le coeur meurtri, les larmes déversées, la santé chancelante ? Ah non non non alors !

Il s'y connaissait d'ailleurs, en la matière, de Vigny. Son loup qui "meurt sans jeter un cri" fait partie de l'un des plus beaux passages poétiques français. Si ce loup-là n'a pas souffert, et n'est pas noble et magnifique au moment de sa mort, je veux bien me pendre.

Une vision fort peu poétique, et encore moins majestueuse. Beurque. Mais je n'envisage pas ma pendaison dans l'immédiat ! :)

Te bise fort, et en rajoute une petite, de bise, pour Jérémy. En espérant qu'il reprendra vite goût à la vie.

Écrit par : Lancelot | 03 octobre 2011

Bon moi je venais ici pour vérifier, et pas de montage photo, j'EXIGE que celui que tu as mis sur FB apparaisse ici dans les plus brefs délais ! Nan mais !
(FB versus blogs)

Écrit par : Fiso | 03 octobre 2011

Et bien Lancelot je te trouve bien optimiste : -) je ne connais rien de Vigny, mais je suis quand même partager je l'avoue, et merci pour lui et je t'embrasse bien fort.

Je sais je sais je sais... ca va viendre mais manque de temps, temps, temps ...

Écrit par : Bougrenette | 04 octobre 2011

J'attends avec impatience la photo en boubou ! :p
Bouboug' ... ça t'irait plutôt bien, non ?
Il m'est arrivé d'écouter un concert au paradis, c'est à dire juste sous le plafond, mais c'était de la musique classique !
L'angle mort au théâtre est déjà nettement plus handicapant ...
Tiens, j'ai pensé te passer le dernier Jean-Louis Fournier !
Mais il n'était pas encore sorti ... ceci explique cela ...
Mais dès que, je te l'échange contre un moyen café ! ;)
Gros bisous Bouboug'

Écrit par : Philo | 05 octobre 2011

Pas encore de boubou Philo va falloir attendre, et puis je me dis qu'il a surement mieux à faire, deux mois pour retrouver sa famille j'espère bien justement qu'il a mieux à faire : -) et je marche pour l'échange, une bonne habitude qu'il ne faut pas perdre en route, va quand même falloir que je trouve mieux qu'un café à échanger, je m'en tire bien sur ce coup là. me demande si j'ai pas l'autre au bureau je voulais le lâcher dans la nature mais ça ne s'est pas fait, tu pourrais l'échanger ailleurs et mieux peut être ? : -) gros bisous et à bientôt.

Écrit par : Bougrenette | 08 octobre 2011

Le café c'est juste LA bonne raison pour venir admirer ton sourire Ultrabright ! ;)
Tu n'as pas fait tourner le bouquin ?
C'est dommage avec tout ce beau monde qui t'entoure ...
Je reconnais que le sujet n'est pas très gai !
Et le dernier l'est encore moins, mais c'est tellement bien écrit ...
Bisous Boug'

Écrit par : Philo | 10 octobre 2011

dès que tu viens on le dédicace ensemble et on va le lâcher pour voir : ) ca roule, et bisous.

Écrit par : Bougrenette | 11 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.