Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 décembre 2008

Eplucher l’illusion à la chair amère

60537_by_kubicki.jpgUn voile se déchire, sous la morsure pénétrante d’un calme, mutisme. S’accroche à la rupture d’un soupir rutilant d’éraillures, résultat de tes hésitations qui s’hérissent à mes pensées que nous aurions tu, dans une autre histoire d’amours, fragiles. Éviter la chute tranquille, luisante d’évidences à ton absence qui se fissure aux peines, distillées, raffinées, de quelques cruautés qui s’ignorent dans l’inconscience, d’ailleurs. S’éloigner pour négliger et doucement, enterrer, ci-gît.  Même pas peur.

 

Illustration Kubicki

 

25 novembre 2008

L'étincelle du caillou

Dreams_by_Swarnendu.jpg

Sur le bord de l’hallucination
Une image bascule, tentacules
Sur un songe, trompe-l’œil.
Aberration chimérique,
D’une vision, crépusculaire.
Le fantasme illusoire
Du mirage mythique, qui s'invite
S’enfonce en rêverie,
Au fin fond d’une heure
Qui se leurre d’un mystère.
Réalité troublée fantaisiste
Qui s’agite en simulacres,
Dans la mouvance d’un instant
De conscience ravagée.
Perception de pensées rayées, abimées,
D’avoir été jetées à la volée
En évasions, escapades bancales,
Dans d'obscures divagations.

Illustration Swarnendu

04 novembre 2008

Au bord de la rivière Agonie

EXMACHINE.jpg"S'effleurer, chuchoter, deviner, retenir, fait chier, bordel !
Moi je veux de l'empoigne, un suçon, de la sueur, des cris, des rires …"
Fiso

Donnez-nous la tempête, celle qui laisse le souffle court, le rouge aux joues, sans fards, les sens égarés. Cédez-nous les caprices qui marquent la peau, de traces enflammées, par un désir incandescent. Livrez-nous la folie de vos fantaisies, qui nous prennent, sans qu’on ne puisse y résister. Procurez-nous, les étreintes à se perdre, les évidences sans retenues, les jouissances qui se hurlent, par défi, on est en vie, envie de vous, pour les troubles vicieux, qui naissent dans nos têtes et finissent entre nos reins. Abandonnez-nous, votre corps, votre cœur, qu’on en fasse l’écrin de nos nuits torrides, de nos jours incendiés. Accordez-nous votre fougue et jetez cette raison qui fait chier, bordel !

 

Illustration Kadvit

29 octobre 2008

Allumer ses reflets chatoyants

goodbye.jpgDésir-nous, un geste, un rien, un nouveau souvenir, ta main, tes doigts, la brulure de la caresse, tatouée sur ma peau, un souffle, une tentative, avortée spontanément, sur une seconde qui s’attarde et persiste, pourtant. C’était infime, une envie volage, qui s’est laissée ignorer, doucement, légèrement, minuscule corps à corps, sans importance, sans conséquences, un bout de désir échappé au raisonnable, que je savoure, passé minuit, au fond de mes nuits, que je retiens, à peine, pour ne pas te perdre. Une gourmandise adoucissant nos réalités d’une  tendresse autonome.

 

 

Illustration Pixellabor

10 octobre 2008

Au clair du prince des Lunes

soufly.jpgA la faveur d'un enfer, qui perle aux coins de tes yeux, les heures qui se décomposent à la souffrance incontrôlable, instable, lunatique. Je déteste à l’envie d’en finir à ce temps qui s’effrite de riens, au quotidien, de l’absence de solutions ou tant d’impossibles remèdes sur lesquels détourner le regard. Désirs inconscients qui griffent les pulsions, à la répulsion, d’un avenir qui ne peut se définir à la couleur de la nuit, qui s’étreint sur un jour sans biens, à l’écho de tes silences qui tranchent dans le vif, de mes hésitations, à vivre ces fragments de nous, esquissés à la pointe de nos détresses.

 

Illustration Donjuki

 


 

05 octobre 2008

Se baiser le cœur et les yeux ailleurs

AMO_TE.jpgÉcrire l’amour, par défaut, parce que l’on manque à le dire, à le vivre, que les sentiments au bout, des lèvres, préfèrent se terrer la gorge serrée ou en pensées qui ricochent dans un mal de tête qui tue, sur quelques blessures de trop, qu‘on peine à cicatriser. Exposer en couverture, des mots qui se suivent et rester à couvert dans des silences, que rien ne vient remplir si ce n’est l’absence de ce que l’on ne peut atteindre, car on ne connaît pas le chemin. Perdre la raison, halluciner quelques rêves qui traînent encore et suivre son corps en diverses batailles au creux des draps, entre des bras, au fond des nuits, sous des miroirs, en musique, pour combler le vide, quitte à tomber, sans se fracasser à de vains regrets, de ne pas avoir chercher. Définir l’amour, par envie, parce qu’il nous manque, tout simplement.

 

Illustration Helder Oliveira

 

01 octobre 2008

Petite Fantaisie pour un sentiment qui chute

heaven.jpg Rends-toi à l’inclinaison de nos corps, qui s’emmêlent dans l’étreinte kamikaze assassine, ta peau pour horizon, mon paysage, dans le brouillon de nos jeux futiles, pas si fragiles. Ébauche-moi quelques heures contre ton cœur, en tempo, berce-moi à l’harmonie divine, du désir, entre tes bras. Laisse-moi couler, profondément, dans l’apnée de tes baisers. Sauve-moi d’un cri dans la nuit, d’un plaisir avide, affamé et cannibale. Griffe mes certitudes ridicules, l’absence de demain, brise le temps, en fracas, en petits morceaux somptueux, précieux. Aspire-moi dans la convoitise d’envies qu’on ne peut avouer que dans l’ébène d’obscurs moments et souffle-moi les caprices sauvages, les fantaisies volages qui s’amusent de nos troubles en désaccords, pour mieux en jouir, sans en finir. Révèle-toi encore dans tes « je veux » charnels, tapinant les torpeurs, qui précèdent la lumière, équilibristes sur le fil de tes sombres détresses, tombant dans l’aurore, sans faire le moindre bruit, si ce n’est les battements sourds, du silence.

Illustration Contessa of Everything