Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 juillet 2008

Episode qui constitue une unité temporelle

Image hébergée par servimg.com

Laisser couler les mots, éclaboussés de ponctuation à la sauvage, sur un temps qui se voudrait raccord à l’envie, de se dire, se raconter, se cacher, que d‘un œil, et ouvrir son cœur pour voir et encore et encore se gaver d'intimes, déclarations exhibitionnistes. Se dire c’est fini, j’ai tout vu, tout lu, tout entendu, j’ai l’écho qui se fissure, qui se brise en minuscules soupirs, qui rament à vivre, à la dérive de son souffle. J’ai été vaincue, je n’en ai rien à battre, c’est trop tard, à peine mal, et pourtant, encore et toujours, se surprendre autrement, sur des instants en réanimation, qui se ressemblent différents et qui se griffent d’un coup à vif, même émoussé d’une fatigue, qui s’épuise, au creux de la nuit, qui s’entortille sur une solitude claustrophobe, équilibriste à un désir qui se hurle, en silence, tais-toi ! donc, que je puisse t’imaginer en surbrillance.

01:11 Publié dans Echos à Vous | Commentaires (16)

29 juillet 2008

Ailleurs l'eau est plus froide



STNIC1.jpg
STNIC2.jpg

21:33 Publié dans Instants figés | Commentaires (24)

11 juillet 2008

Interruption des programmes

mire.jpg A moi les vacances (p'tain de temps à ne pas mettre un cochon dehors).
A moi cette coupure bienvenue, une séparation pour mieux se retrouver, à l'envie, par choix, par goût, cette année de blog s'étire sur ce repos attendu, reposer les mots, et les désirs, pour revenir, peut être, autrement, un peu comme avant, pour mettre des couleurs à mes jours à venir, à mes demains espérés. Recevez mes Amis, toute ma tendresse sincère, je reste dans l'attente de vous revoir bientôt.

Val

   Image hébergée par servimg.com

10 juillet 2008

A Toi, une fois n'est pas coutume


Découvrez Les Oisives!

Image hébergée par servimg.com
 
Le temps pour soi, pour d’autres, soudain disparaît, mystérieusement remplacé par des obligations de dernières minutes et des souvenirs qui s’accumulent, tant de choses à faire et les heures deviennent secondes et le lendemain est déjà aujourd'hui, trop vite, plus tard, on verra, j’aurais retrouvé mon temps, ou pas, attend moi, si tu le peux, si tu le veux, savoure mon absence pour me réinventer, m’oublier ou me détester. Les jours malgré tout bordés de désirs à en gémir, à ne plus savoir comment le dire, ça reviendra, certaines choses se savourent en silence sur quelques évidences et d’autres dans un soupir, tant pis, sur ce que je ne t’ai jamais dit, des mois passés à t’espérer, parfois, cruellement, à m'en faire mal, profondément. Je tu ils se mélangent dans une confusion qui se voile la face pour ne pas voir ce qu’on se souhaite, à peine. J’aimerais tant que toi soit lui et pas un autre, retrouver dans un coin de ma vie mon vide jamais rempli, ou si mal, ou si peu. La mémoire devrait pouvoir s’effacer, bénéficier d’une corbeille où jeter ce qui fait souffrir à l’été, quand je souffle les bougies de ton amour, tu me disais « à tout jamais » j’aimerais tant « à demain ».

16:38 Publié dans L'autre chemin | Commentaires (13)

07 juillet 2008

Il pleut sur le jour

Image hébergée par servimg.com
Et pleure sur l’amour, couvrant d’un chagrin ce qui est vain, impuissance de l’absence, qui laisse en rideau sur trois coups d’un final fatal. Inévitable et pourtant fabuleux, qu’on croyait heureux, un rien bancale, sans moralité. La petite faiblesse, traîtresse, va te faire voir, par ailleurs, dans un monde meilleur, où les rêves et les nuits n’en finissent plus de s’étreindre sur la beauté dérisoire des lucioles d’espoirs, qui virvoltent, lubriques. Ca brille dans le noir des pupilles qu’on croise au jour tombé, lassé, laisse glisser, sans te raccrocher aux illusions dans le ton, qui s’imposent dans l’air d’un temps qui vire à l’orage.

03 juillet 2008

Beverly attendait au bar

Paris carnet, je viens de passer un moment à écrire, effacer, recommencer, pour de nouveau tout enlever, je n’arrive pas à décrire cette soirée, un mélange de joies, d’attentes, d’étonnements, d’attentions, de rires, fous, beaucoup d’inconnus et ceux reconnus Fiso Alex Oh!91, la joie sans réserves de rencontrer Bénédicte, pour ce qu’elle est et plus encore, en vrai, le bonheur de voir Lancelot m’avait déjà largement motivé, j’ai été comblée et aussi tendrement ravie de découvrir Incompréhensions,  je suis rentrée un peu émerveillée, mon coté enfant que je ne saurais cacher, surtout ici. Évidemment je viens de me fabriquer un souvenir, que je dépose avec un sourire, en pensant à tout ce qui s’est dit, par brides, arrête de rire bougre nette ! Ce n’est pas sexuel.

 

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Fiso a explosé son truc fluo

J'ai adoré la rime, ça m'est venu dans la voiture, bref, parfois je pense, en plus ce n'est pas cette photo là, elle va venir et les autres aussi, après, en attendant, pour vous faire patienter, dans la mesure, où peut être, vous pourriez attendre autre chose, des potins, des impressions à chaud, sur Paris Carnet, des infos de première main, des qui fait quoi, qui fait où, qui fait comment, et avec qui, je vous propose un petit jeu de l'été, déjà vous pourriez vous demander pourquoi de telles photos, faut arrêter de se poser des questions, c'est une histoire d'oeil du photographe (ou de verre baveur, dans le cas présent), autour de la table il y avait :

Oh!91 / Fiso / Lancelot / Alex / Bénédicte et moi  

Image hébergée par servimg.com
Paris carnet 1 sur 2, 

A suivre ...  

01 juillet 2008

Un brouillon de demain

Image hébergée par servimg.com   C'est quoi un nouveau jour qui se lève ?

Image hébergée par servimg.com

Ce n’est rien, il ne faut pas y prendre garde, faut l’ignorer et le laisser dans son coin, faire comme toi, ne pas lui fixer de limites dans des heures qui se greffent d’un jour, qui s’obligent d’un matin. Il n’y a rien de nouveau c’est hier qui s’étire à l’infini et qui parfois se déchire sur l’espoir d’un inédit, sur la pensée avortée de désirs, qu’on n’arrive même pas à écrire et encore moins à vivre. On grimpe aux rideaux des mensonges qui se tissent, entre érotisme sous microscope et sentiments en camisole qui s’isolent, de peur. Le jour est assassin et il y a plein de témoins, qui ne voient rien. Pourtant, c’est beaucoup, c’est le caprice d’envisager que tout est possible. Se projeter sur le devenir, se vouloir et pouvoir un peu, avec force, avec rage, même en larmes, se battre, résister ou au contraire, enfin se laisser aller à des possibles même avec contraintes. C’est demain qui s’anticipe, fragile, sur l’espoir d’une renaissance, on n’arrive toujours pas à l’écrire mais on veut le vivre.

15:32 Publié dans Echos à Vous | Commentaires (17)