Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mai 2013

Moment d'émotion

BULLE.jpg[J'ai le cerveau à l'envers, l'un des effets désirables c'est la spontanéité] Allée Baratin Le Raincy c’est l’adresse du Trésor Public, sans déc si c’est pas de l’humour ça. [C'est pas bien, c'est mal].

18 avril 2013

Je ne rentre plus dans mon pantalon ...

PhotoGrid_1366291771691.jpg

Une très très bonne adresse Au vieux pêcheur, Limay dans le 78, le bord de seine pour fêter le retour d'un temps où le soleil éclate de rire à nous voir ainsi heureux, c'est le manque qui enrichit le sentiment. Une carte très classe, de belle saveurs classiques sur un fond de couleurs parfois superflues mais qu'importe car l'assiette est belle quand elle arrive. Pas d'entrée pour moi mais en plat Noix de St Jacques et ris de veau, jus de veau parfumé à l’huile à l’arôme de truffe, magnifique même si j'ai regretté que cela soit un peu froid, 37 euros ca fait un peu mal mais l'addition n'est pas pour moi, merci Chef. Une assiette gourmande en dessert, ça me confirme, une fois encore, que j'aurais mieux fait de prendre une entrée pour zapper le dessert, mais je garde le macaron. Avec le café on nous dépose sur la table une assiette pleine de tuiles aux amandes et ça je dois reconnaitre elles méritent le déplacement et j'ai eu beaucoup de peine en partant de voir qu'il en restait autant, j'ai osé demander un sac et on m'a très gentiment offert une belle boite à patisserie que j'ai pu remplir avec ces petites merveilles dorées. Et effectivement j'ai déboutonné mon pantalon dans la voiture au retour. J'ai fait ma petite découverte du jour, les trucs sur la photo du milieu. Niveau boulot je n'ai pas fait grand chose mais cette journée méritait que je me lève ce matin pour aller voir du coté du 78.

C'est la fête ...

PhotoGrid_1366284641779.jpg

11 avril 2013

décorum

mobile_picture

attente

une nouvelle visite chez un doc. l'esprit plein de questions sans réponses je me laisse aller à un certain désespoir et je ne m'aime pas pour cela. le metro hocquete et j'ai perdu les majuscules. j'ignore comment écrire ce que je ressens en ce moment alors j'envoie un peu de ce temps détesté.

26 mars 2013

Sans rien avoir à lui demander

1230382784.jpg

C’est vrai les blogs c’est mort, mais ceux d’une époque, ceux qui ont écrit une autre histoire, cela a été autrement mais tout peut être différent. Il y a un manque, quelques regrets mais au-delà de ça tout un tas de souvenirs heureux et de belles rencontres, des vrais, des regards et des rires posés sur des nuances, des gens que l’on n’aurait pas pu connaitre autrement, c’était le temps des brunchs, des rendez-vous improbables, des invitations ouvertes aux envies. Il me reste un tas de photos et des amis, bons et doux. Sans cela aujourd’hui moi je ne serais plus grand-chose, moi sans eux, je serais seule dans mon monde, triste car sans les autres l’on n’est pas grand-chose, rien à donner, rien à prendre et la peur de perdre ce qui est important, sans comprendre ni savoir où s’accrocher pour ne pas tomber. Les blogs sont morts mais les blogueurs sont toujours là, différents.

22 mars 2013

Questions de virgules

ange.jpgComment arrêter de courir après le temps et réussir à se poser pour faire autre chose que ne rien faire, écrire qu’on ne va pas bien cela fait-il du bien, c’est quoi un massage tantrique, comment prendre une chaussure en photo et la rendre sexy, où trouver un nain de jardin exotique, faut-il mettre Ange au règime, ma bannière ne me plait pas c'est triste, je vais remettre l'ancienne, faut-il se retourner sur ce qui a été, s’interroger fait-il avancer le kiki.

11 mars 2013

Trêve c’est juste un T au rêve

BULLE.jpgUn mot : Jouer : s’amuser pour se distraire, à s’en tourner la tête,  exécuter la peine en interprétant la joie. Parier pour miser quelques rires en éclats et gagner deux larmes au bord des yeux, hilares. S’hasarder à la distraction d’un risque qu’on manie avec audace, sang-froid de mon aisance à oublier mes dangers, mes périls. J’œuvre à effleurer des mots qui s’éclatent pour me réjouir, je néglige ma réalité pour me composer des illusions, laconiques et brèves. Je voudrais prendre, trouver le temps pour faire ça et je regarde ici pour voir, j’hésite.