Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 mai 2008

Au pays de Luz

free music

 

Un vrai gentil, un tout pareil, un doux barré (en ce moment il collectionne les décolletés) un sincère, un timide, et un sourire ... je ne vous en parle même pas, il ferait fondre la banquise, alors forcément moi, je l'ai trouvé craquant avec ses cheveux blancs (c'est pour la rime ma poule Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net hébergement de photos et d'image  ) Aller Luz, je sais que les coups de projecteurs sur toi ce n'est pas ton trip mais il faut bien qu'on marque le coup, alors une petite mosaïque de ce week end avec en première page notre déjeuner, en attendant le suivant, avec d'autres, pourquoi pas ? sinon temps pourri c'est bien la peine de faire autant de kilomètres, là par contre ça me fait râler sévère. 

 

Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net hébergement de photos et d'image
 
Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net hébergement de photos et d'image
 
  * recette gentillement piquée au patron du resto
75 cl de rhum soit 2/3 ambré et 1/3 de blanc
25 cl de sucre de canne
6 bâtons de cannelle (ca marche aussi avec 3 bâtons de vanille)
laisser reposer quelques mois et déguster avec modération
 

22 mai 2008

Les Feuillus sur Marne

free music
 
 
Quand j'ai réalisé que je serais absente le week end du festival de l'Oh, mon sang n'a fait qu'un tour, damned ! (me suis je écriée dans le fond de mon fort intérieur), je serais ailleurs. Je dois reconnaître qu'il m'aurait été agréable de voir ce beau bébé, quoi qu'il en soit quand on m'a parlé des Feuillus, j'ai regardé autour de moi, constaté un enthousiasme, débordant, de joie, mais finalement, je m'y suis rendue (tomtom me criant "tournez à gauche - tournez à gauche" "A GAUCHE !!!!" alors que sur l'écran, la flèche, elle tournait à droite ...) vous l'aurez compris, damned !! (me suis je écriée dans les profondeurs de mon fort très intérieur) je me suis égarée. Pas de panique, j'ai fini par trouver, je me suis régalée, je partage, oui oui je sais, j'ai bon coeur.
 
Image hébergée par servimg.com
Image hébergée par servimg.com
 
Ces silhouettes sur les bords de la Marne, flottants, grimpants, un peu partout, c'est un peu surréaliste et j'ai vraiment aimé l'idée. 
 
PS : Je précise également, que je serais absente, quelques jours, et oui c'est fou (je vous laisse tranquille), je serais sur Albi, mais je fais un passage sur Toulouse et ses environs et demain vendredi à 12 h,  vous pourrez m'envier, me jalouser et même me détester m'imaginer, à une table, sur une chaise (enfin j'espère) en très bonne compagnie, je devrais pouvoir le reconnaître il ressemble à ça, je déjeune avec un bel oeil vert, ...  Luz,  promis je ramène une photo de ses pieds, pour la collection.
 
Ca me fait penser que j'ai oublié de faire une photo des chaussons dimanche, damned ! ...  mais pourquoi je m'affole ? c'était pas mon idée cette photo de pieds d'abord, et puis je n'étais pas prévenue, je n'ai pas le pied photogénique et les ongles pas vernis et je n'étais pas préparée psychologiquement et ...  damned !!! ok je vais bosser et j'arrête de m'agiter, pour rien ! 
 

09:50 Publié dans Lu, vu, entendu | Commentaires (22)

11 mai 2008

Une journée sur Paris

Finalement j’y suis allée, et en métro, et j’ai adoré, ma journée et pas que …
Pour commencer, je confirme que je ne devrais pas avoir des idées préconçues sur les blogueurs,  Waid  est peut être élitiste, très cultivé (et il n’aime pas les rondes Image hébergée par servimg.com )  mais il est charmant, adorable et tout, et tout, et plus encore,  pour la peine je vais aller de ce pas me flageller. Que j’ai super mal dormie cette nuit rapport à mon angoisse débile, et que j’ai vu au bout de la rue, non pas deux mais trois personnes, j’ai le cœur qui s’est serré et les genoux qui se sont cognés, là aussi grave erreur, court mais vraiment agréable, en espérant le revoir plus longtemps, E-Lover, au beau sourire. Le programme c’était l’expo de Sophie Calle, nous étions, à peine, dissipés, heureusement Jolie Fée, elle a le bouquin pour l’anti-sèche, et on a mangé japonais (rapport aux caprices qu’on accepte avec un grand sourire, parce que) et des glaces (pas moi, rapport à mon cul), pour faire court c’était trop chouette et trop court, et qu’on espère remettre ça avec d’autres, qui nous ont manqué, qui seraient tentés par l’expérience, affaire à suivre, et hop quelques photos pour l’ambiance et les couleurs.  

Image hébergée par servimg.com
Image hébergée par servimg.com

02 mai 2008

L'écriture est à l'âme ...

free music

387499018.jpgHier, j’envoyais le « Bougrenette Express » comme ça et comme c’était venu :

C'est les yeux fermés, que je compte les minutes des jours qui s'étirent étrangement, entre joies inattendues et peines reconnues, mon temps est arc en ciel, je ne sais pas si je déteste ça ou au contraire si c'est comme cela que j'aime ...

Je m’interrogeais sur ma façon de vivre certaines choses, entre noir et blanc, entre par goût ou en dégoût, sans trop savoir, comment, pourquoi et surtout qu’en faire pour que cela soit moins cruel. Ce matin, sur le bureau, le courrier du jour, et surtout une enveloppe, pli personnel, et un sourire, une pensée pour Gi, instigatrice d’un défi, encore,  ici , Développement Personnel Harmonie, étude gratuite de graphologie, « L’écriture est à l’âme ce que le rêve est à l’inconscient : un langage » je me devais donc d’essayer. Et ce fut fait, de mon écriture de cochon, à l’arrache, comme d’hab, fautes comprises malgré le modèle et énormes ratures. Je vous livre ici le résultat brut, sans commentaires de ma part, sans en tirer de conclusions, ceux qui me connaissent un peu ou beaucoup sauront et pour les autres je sais pas, vous pouvez   essayer  vous aussi, je n'ai pas l’impression que cela soit du temps perdu, même si l'on peut noter le même paragraphe chez Gi et moi, celui relatif aux phénomènes contradictoires.

« … en lisant votre courrier, j’ai été interpellée par la forme de vos lettres qui démontre un besoin de non-conformité, une recherche d’originalité et un besoin de se démarquer de la pensée générale ; bref un refus de la routine.

Vous êtes certainement volontaire, vous aimez vous battre pour des idées.

Vous avez besoin d’affronter vos semblables et la vie de tous côtés. Vous vous épuisez dans les habitudes, vous vous accomplissez dans les difficultés. Ces différents traits de caractère peuvent vous amenez à des désaccords intérieurs que vous pouvez avoir du mal à gérer. 

En avançant dans mon étude je découvre certaines difficultés. Tout d’abord, sur le plan psychologique, je relève l’existence de phénomènes contradictoires. Ils peuvent même révéler un ancien conflit. Sa conséquence est un manque de confiance en vous qui interdit à vos potentialités de s’exprimer pleinement ; ceci peut générer une certaine maladresse ou une mauvaise aptitude à faire les meilleurs choix.

Il est évident que les hésitations et les conflits psychologiques ont un retentissement immédiat dans votre vie affective. Votre attitude en découle directement. 

L’orientation de vos lettre, à elle seule, suffit à démontrer votre bonne capacité réalisatrice, de l’énergie et le sens des contacts. Vous êtes mobilisable vers des objectifs prudemment analysés.

Votre vigilance votre volonté et votre fermetés vous rendent responsable. Votre optimiste est sans excès. Les gens qui vous entourent ont du mal à percevoir ce que vous ressentez profondément. 

Votre écriture est plutôt « grande » par rapport à la normale. Ce qui dénote chez vous une forte personnalité. Votre entourage vous reconnaît comme une personne énergique.

Vos désespoirs sont aussi grands que vos enthousiasmes. 

Vous possédez un tempérament audacieux et assuré. Votre puissance réalisatrice vous donne confiance pour d’éventuelles réussites.

Votre flair en ce qui concerne les rapports sociaux est un atout vous permettant de vous comporter de manière adéquate mais il peut arriver que vos décisions face aux personnes soit très sévères. 

Attention : votre fierté et votre ambition parfois arrogantes peuvent être perçues par certains comme une gêne.

Mais cette arrogance et cet orgueil ne sont-ils pas le reflet de votre grande inquiétude ? 

Vos traits fusent vers le haut de vos lignes. Cette écriture élancée est typique des personnages à l’esprit vif, toujours à la recherche de buts ambitieux. Rapide dans vos décisions, vous aimez vivre vos inventions et vos idées même si elles ne sont pas toujours raisonnables.

Vous devez prendre garde à ce que vos projets surdimensionnés ne deviennent pas utopiques. Car vous pouvez alors facilement perdre le sens des réalités.

A cela s’ajoute une grande sensibilité, prépondérante dans votre caractère et qui prenant le pas sur votre objectivité, vous amène à des états d’inquiétude, voire d’anxiété. 

Vous possédez une certaines clairvoyance qui vous permet d’avoir un rapport intense avec les choses et les personnes. Tout est bien tranché dans votre façon de raisonner.

Vous poursuivez un idéal, et ce aussi bien dans votre vie personnelle que professionnelle. Vous ne faites jamais les choses en demi-mesure, vous êtes complètement dans vos réalisations. 

… Nous venons de voir un pré-bilan à partir de 10 paramètres, en graphologie il en existe environ 250 à étudier c’est pourquoi …"

12:49 Publié dans Lu, vu, entendu | Commentaires (20)

01 mai 2008

Méli-Mélo

 1er mai

  Je suis "retombée" sur le "Prince Bleu" par hasard, bizarre ...

J'ai vu  Un secret  j'ai beaucoup, beaucoup, aimé ...

1818683118.jpg

J'écoute ...

free music

 

Je lis du vent ...

2005558791.jpg"La peur règne et rôde : "rester soi" murmure-t-elle dans son abri de peau. Car l'oiseau fou, le Morphnus, passe dans les corps en siflant "métamorphose" ! Puis son chant , qui vient de la bleue terre, du violon -sable et du sirop des cuivres, se fait souple et sinueux ..."forme se déforme, se transforme l'orme, le fluide flue, le feu est froid, ciel devient miel, écoule-toi ..." siffle d'oiseau."

 

 

 

 

Je vous épargne, les "Je bois", "Je mange" et "Je fais" j'ai pitié

12:44 Publié dans Lu, vu, entendu | Commentaires (4)

12 avril 2008

Fin de semaine.

160332492.jpgBon ok je l’accorde à qui voudra, il y a des moments, comme ça, qui cassent, où l’on n’a pas forcément l’envie, je dirais que pour moi en cet instant c’est une crise de flemme aiguë relativement activée par un petit agacement face au monde virtuel, je pense que personne n’a raté l’épisode « fermetures » des uns et des autres, puis il y a les blogueurs qui ne répondent pas aux commentaires de leurs lecteurs, ça je dois avouer qu'il y a un moment que ça dure et que j’ai toujours du mal à m’y faire, même si j'apprécie beaucoup mes lectures chez eux, mais clairement je me dis aussi que c'est sûrement moi qui me plante. Par contre une chose que je n'avais jamais vu, c’est mon commentaire police noire sur fond noir, sur un nouveau blog, il y a quelque chose qui m’échappe sûrement, mais j’adore ce principe du message secret, suffit de surligner, mon coté « je veux pas grandir » qui s’éclate (d'ailleurs dans cette note ... âme sensible s'abstenir). Du coup je me suis amusée, cette semaine, d’une part avec les nouvelles présentations hautetfort, merci à eux, (mais je déteste le bandeau de pub) et avec blog it express et sa fonction carnet de bord, publication par mail ou mms de photos, rapport à mes prochaines vacances de fin de semaine prochaine, que je n'avais pas encore pris la peine d’essayer, je lâche déjà l’affaire, après tout ça fait doublon, et puis sur le site, voir sur le coté « bougrenette vient d’arriver » « bougrenette a modifié ci » « bougrenette a publié ça » (p'tain qu'il est chiant ce matin ).  J'ai la pression qui monte dangereusement, ceci dit ça m’a permis de découvrir, de jeter mon œil, dans des blogs vraiment sympathiques, même si je n'ai toujours pas capteré (bordel ! c'est un participe, pas un infinitif ! ) qui pouvait bien me "visiter (er on peut dire me prendre)". Aller bénéfice du doute. En attendant je viens d’écrire pour ne rien dire, enfin presque, ça m’a permis de ressortir mon seul fantasme visuel (Clive Owen pour le parfum Hypnôse, moi il y a des mois que je suis hypnôtisée sur ses yeux, sa bouche et tout ce que j'aime à imaginer) pour illustrer cette note et une chanson de Aldebert que j’écoute en boucle en ce moment. ps : cette semaine est classée ***** sur mon échelle personnelle des couleurs à la vie, merci aux artistes de mon temps qui passe.


podcast

Ci après deux notes, deux commentaires que je voulais sortir de l'ombre, deux échos à Simplifie-moi, je voulais les mettre en lumière parce-que et c'est comme ça.

 

14:18 Publié dans Lu, vu, entendu | Commentaires (20)

06 avril 2008

Je ne m'en lasse pas

Je sais c'est pas nouveau, c'est vu et revu mais n'empêche, j'ai pas l'impression d'avoir vu mieux depuis.

Titre original/Titre français: For the Birds / Drôles d'oiseaux sur une ligne à haute tension

Réalisateur: Ralph Eggleston année de production: 2000 durée: 3 minutes

Une grande perche un peu maladroite, différente, au rire comme c'est pas permis, mais qui apprendra à une bande de volatiles mal léchés la tolérance.

12:15 Publié dans Lu, vu, entendu | Commentaires (17)

01 avril 2008

Astuce détente

778692316.jpgNewsletter de Psychologie.com, sympa, je note "Pour me dé-stresser " curieuse, je clique et je lis :

Je me dis mentalement : je suis dans mes pieds, je suis dans mes mollets, je suis dans mes cuisses, je suis dans mes avants-bras, je suis dans mes bras, je suis dans mes mains... Un courant de détente parcourt alors mon corps emportant un court instant mon attention sur des parties de mon corps.

A défaut de me dé-stresser, ça m'aura, au moins, fait marrer.

15:05 Publié dans Lu, vu, entendu | Commentaires (26)