Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 janvier 2008

Sur un air de plaisir

c76eeed417632544fa1bbe9ec48a22ad.jpgLe cœur ailleurs et la raison je ne sais où, je me laisse aller à des pensées incontrôlées. Un vendredi soir quelque part, la soirée se prépare, sur un trottoir deux regards se croisent, par hasard et se figent sur un trouble. Le regard sombre, la peau gourmandise chocolat se devine sous la chemise entrouverte, un bijou d’ambre brille sous la lumière artificielle du lampadaire, différent. Les yeux se quittent espérant déjà un retour, autrement. Salle de restaurant, on s’active, on rit, on parle, on fait la gueule, ou comment être seule au milieu d’une foule. Les musiciens s'installent, accords, reprises de tubes qu’on fredonne sans y prendre garde, et des mains confiseries câlinent une guitare électrique, le regard dressé, dans mes yeux, illusion, l’angle est propice à une rêverie. Dans un sourire spontané, ses dents du bonheur clouent définitivement, mon fantasme au creux de mon ventre. Les minutes passent envoûtantes, sur un air de Toto, l’image de ses mains fines et agiles sur un autre instrument sans cordes, l’envie brûlante, d’offrir mon corps pour une partition aux notes aiguës de jouissance sous amplis. Besoin urgent de prendre l’air, une cigarette, la loi soudain en prétexte, pour justifier la fuite loin de cette chaleur impromptue, le sol inégal rendant la démarche, rehaussée de 10 cm, en clin d’œil, difficile, je file vers la sortie, à mi-chemin, un escalier monte, sombre, une corde tendue sur le mur, comme pour s’y hisser, tentation d’aller trouver là haut, une solitude, je m’y engage, aventurière, je devine derrière moi une présence que je n’osais envisager, n’osant me retourner ne pouvant qu'imaginer, j’atteins mon but, un palier en bois usé, une porte entrebâillée que je pousse d’un air décidé, l’ombre sur mes talons, le décor importe peu en cet instant. La musique fut belle, puissante, envoûtante, et sous les mains fines et agiles j’ai chanté de plaisir, trouvant sur ses lèvres gourmandes un tempo tribal et sur sa peau mystère la mélodie d’un refrain charnel. Sur mes sens reste encore un parfum étrange, l’éphémère d’une aventure ou d’une histoire, il était une fois, peut être, une rêverie, ou un souvenir, quand le cœur et la raison ne sont pas là, on aime autrement.

18:25 Publié dans Il y a des désirs | Commentaires (25) | Tags : déraison, aventure

27 janvier 2008

Histoire de coeur

Image hébergée par servimg.com

Ne pleure pas ...
Tu le reverras ton coeur,
C'est un fugueur,
Il ne connait pas la peur.
Il a voulu
Faire un bout de route,
Il ne voulait plus,
Etre sur la touche.
Avec toutes les belles histoires,
Que tu lui as racontées,
Il a voulu vérifier,
C'est justifié.
Evidemment toi,
Sans ton coeur,
Tu te sens seule.

16:40 Publié dans L'autre chemin | Commentaires (10)

25 janvier 2008

Désordonnée

Comme je le dis souvent, j’ai perdu mes mots, enfin perdus pas vraiment, ils sont plutôt désordonnés, non pas que j’ai pour habitude de les ordonner plus que ça, au contraire, mais là c’est particulièrement, pardonnez moi le bordel. Malgré tout faut que ça sorte d’une manière ou d’une autre, mais fatiguée, je me dis que je ferais mieux d’aller me coucher, mais même moi je m’écoute pas. Tant pis, j’aligne, comme je le fais depuis plusieurs jours, sans envoyer d’ailleurs, j’efface tout pour recommencer le jour suivant, j’ai constaté que les mots clefs recherchés pour arriver sur mon blog étaient tous plus ou moins liés au verbe pleurer, ça m’en bouche un coin, je l’avoue, je ne sais pas si je dois m’en attrister et changer de cap, de genre, de style ou si au contraire je dois assumer le fait que c’est surtout la mélancolie qui me fait écrire le plus souvent et que finalement c’est la tristesse qui plane dans l’air du temps. Je pourrais parler boulot mais franchement j’y suis déjà la plupart du temps sans en plus en faire un créneau porteur, parler d’amour, de sexe, d’envie, de désir, oui un peu mais en faire mon unique fil conducteur je ne le souhaite pas non plus et il y a autrement mieux par ailleurs, je préfère me régaler chez les autres, la politique et l’actu c’est pas mon truc. J’ai aussi constaté que plus le silence s’éternise plus il est difficile de revenir, c’est un fait, il est également compliqué de trouver des sujets qui inspirent, de trouver l’inspiration elle-même qui se planque quelque part , dans un jeu de cache-cache qui se prolonge. J’ai savouré la bonne nouvelle, sans m’occuper de tout ce qu’il reste à faire et j’en suis fière. J’ai savouré un plaisir solitaire, les yeux brillants d’envie, j’ai fermé les yeux sur des mots d’enfant à la tendresse sublime, j’ai vibré, hypersensible, à un coup de tête, j’ai plongé dans une musique qui monte à la tête, j’ai admiré des clichés qui en disent tant et pas seulement. J’ai voyagé par procuration. Je me suis interrogée sur des silences, en me demandant à quoi bon, juste un instant. Et j'ai retrouvé un vieux cd où j'avais sauvegardé des trucs et des bidulles, des machins idiots comme j'aime, aller hop, pour le plaisir j'envois la série "volailles musiciennes".

http://i27.servimg.com/u/f27/09/01/03/90/th/singer10.gif 

 

00:15 Publié dans Echos à Vous | Commentaires (19)

24 janvier 2008

Apnée

b125bca4e6904d9d40b7f2c54438533c.jpg

00:34 Publié dans Instants figés | Commentaires (8)

22 janvier 2008

Quand j'ai le temps

09c4a95a50539f635794fa06be6ced8e.jpg
Parfois, j'attrape les pinceaux moi aussi, pour le plaisir uniquement, sans aucune technique,  pour mettre de la couleur à mon imaginaire, pour m'amuser. Ci-dessus "le guide" toile qui fut la première d'une série de trois, un triptyque quoi ...

22:50 Publié dans Instants figés | Commentaires (11)

21 janvier 2008

Sous influence

978a3cac781be11bacced5eaac4aa3c1.jpg

Une nuit, sous influence
J'ai rencontré sur le bord d'un rêve
Un p'tit morceau de bonheur
Sur ma mémoire reste encore
Quelques morceaux d'émotions
Le bruit de la mer
Pour rythmer les instants
Un refrain qui fait du bien.
Des oiseaux hauts dans le ciel
Ombres chinoises
En projection sur le sol
Pour un spectacle furtif, exquis
Le ciel à peine voilé par quelques nuages
En entractes.
La chaleur d'un soleil suffisante
Pour se découvrir,
Se sentir,
Effleurements,
Peau contre peau
Epidermes entre parenthèses
Une main dans la mienne
Un rire en écho
Pour un réveil en soupirs
En souvenir quelques grains de sable
Collés sur mes joues en reflets irisés.

Photo : Angelreich

00:45 Publié dans Sans dessus-dessous | Commentaires (17)

19 janvier 2008

Nettoyage par le vide

 Se laisser câliner par une pensée et se lover dans l‘émotion, perdre le fil lui préférant la sensation de la perdition avec addiction. Doucement fouiller ses souvenirs, soigneusement rangés et oubliés, en sortir avec précaution un moment, un instant, pour se fabriquer un film doux amer, qu’on se projette le soir avant de s’endormir, se dire que même si l’on n'a rien au présent, le passé c’est joué et que quelques parties ont été gagnées le cœur en fête, toujours vivant et que l’avenir a le mérite de ne pas être écrit et que tout reste à venir. Quand par hasard une vieille histoire écrite à l’imparfait prend soudain le ton du futur simple, l’impératif s’impose d’office, je suis nulle en conjugaison, mais que cela peut être bon de jouir des fautes pour justifier la réécriture. Se laisser cajoler par la joie pure et éclatante, le destin offre parfois des couleurs au noir et blanc, en touches délicates, en surprises étonnantes, en découvertes troublantes, chassés croisés de tout, de rien, mélanger, ne pas secouer, laisser reposer et déguster sans modération.

Régulièrement je me vide la tête, toujours surprise de voir que j’y arrive, je deviens rien, je pense à rien et je ne vois rien, je décroche totalement de toute pollution intérieure ou extérieure, après un moment j’arrive de nouveau à appréhender ce qui m’entoure, ce que je vis, les souvenirs et mon devenir.

Et j’écris, je dépose des mots, pour moi, pour les absents, les bien présents, pour ne pas être seule, pour partager et peut être trouver par ailleurs des réponses ou de nouvelles questions qui font que chaque jour devient soudain autre chose que 24 heures de passé sans que rien n’ait marqué le temps qui passe.

14 janvier 2008

Toile

 5c01a498e502148410c50ef0c0495a97.jpg

L’ombre en projection,
Dépose une fresque au plafond.
Les yeux perdus, à peindre, surréalistes,
Dans la nuit fauve, au couteau,
Des camaïeux de noirs,
Qui se décomposent.
Sur un paysage figuratif,
Qui s’esquisse d’artiste.

Peinture : Fée d'Hiver

22:30 Publié dans Echos à Vous | Commentaires (19)